Édition du 21 mars 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Antisémitisme et antisionisme

Liberté académique et critique d'Israël : la FQPPU adopte une résolution s'opposant à la définition de l'antisémitisme promue par l'IHRA

MONTRÉAL, le 13 mars 2023 - Toute critique à l’encontre de l’État d’Israël ne saurait être assimilée à de l’antisémitisme : à cet effet, réunis en Conseil fédéral, les membres de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) ont adopté une résolution rejetant une définition qui le suggère, celle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). « Les exemples illustrant la portée de cette définition sont très controversés », explique Dyala Hamzah, professeure au département d’histoire de l’Université de Montréal. « En faisant peser sur les personnes critiques d’Israël l’obligation de prouver qu’elles ne sont pas antisémites, celle définition porte gravement atteinte à la liberté d’expression et à la liberté académique. » Tout en réaffirmant sa ferme condamnation de toute forme d’antisémitisme, de racisme ou de discrimination, la FQPPU s’est ainsi formellement opposée à l’adoption de la définition de l’antisémitisme promue par l’IHRA par toute instance gouvernementale, organisation ou université.

Le péril que pose cette définition pour la liberté académique n’est ni théorique ni imaginaire. À titre d’exemple, en 2020, un débat sur la définition de l’IHRA, organisé par le Center for Free Expression de l’Université Ryerson, vaut à un professeur de droit de l’université York une mise à l’index par une organisation pro-israélienne : dans sa pétition cette dernière l’accuse d’antisémitisme et exige de son université qu’il n’enseigne plus de cours sur les droits de la personne. La même année, l’Université de Toronto interrompait la procédure d’embauche d’une juriste de réputation internationale - ses recherches et son expertise sur la question des droits de la personne en Israël et en Palestine n’étant pas du goût d’un important donateur de l’université. UofT s’était alors attiré un blâme de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU).

Plusieurs instances gouvernementales au Canada ont déjà fait leur la définition de l’IHRA, et ce, malgré que son rédacteur principal, Kenneth Stern, en ait lui-même dénoncé l’instrumentalisation politique. En 2019, le gouvernement fédéral l’insérait dans sa Stratégie nationale de lutte contre le racisme. En 2020, le gouvernement ontarien l’adopte par décret, et à sa suite, plusieurs provinces en feront de même. En 2021, la Coalition Avenir Québec annonce unilatéralement vouloir l’adopter également. Contre les risques que représente cette situation pour la liberté académique d’un grand nombre d’universitaires, la FQPPU enjoint les Scientifiques en chef du Québec et du Canada de se prononcer contre l’adoption de la définition de l’antisémitisme promue par l’IHRA. Dans son opposition à cette définition, la FQPPU rejoint les rangs de l’ACPPU, de la FNEEQ, de l’OCUFA et d’une quarantaine de syndicats et associations de professeur·e·s canadien·ne·s et québécois·e·s.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Antisémitisme et antisionisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...