Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie québécoise

Mise à jour économique - Il faut en finir avec le maquillage des finances publiques, plaide Vincent Marissal

QUÉBEC, le 7 nov. 2019 - Alors que les chiffres dévoilés aujourd’hui révélaient que le ministre Girard s’est trompé de 300% lors de la mise à jour économique de l’an dernier, le député solidaire Vincent Marissal y voit une preuve flagrante de la nécessité de créer un poste de directeur parlementaire du budget afin de donner l’heure juste à la population sur l’état des finances publiques.

« Entre les prévisions que le ministre des Finances faisait l’an dernier à pareille date et les chiffres finaux présentés aujourd’hui pour l’exercice 2018-2019, le surplus est trois fois plus élevé. On parle d’une marge d’erreur de plusieurs milliards de dollars. Le gouvernement de la CAQ est-il encore aujourd’hui en train de reproduire les mêmes pratiques que ses prédécesseurs en maquillant les chiffres des surplus pour servir ses propres intérêts ? Il y a lieu de se poser la question », martèle M. Marissal.

« Le premier ministre aime répéter que les surplus appartiennent aux Québécois : ne serait-il pas normal qu’ils sachent précisément à combien s’élèvent ces surplus ? En créant un poste de directeur parlementaire du budget, cela nous permettrait d’avoir un regard extérieur, neutre et objectif sur les finances publiques du Québec sur une base régulière, par exemple à tous les six mois, plutôt qu’à la veille des élections seulement, comme c’est le cas actuellement avec la vérificatrice générale », explique M. Marissal.

Rien pour les services publics et l’environnement

Le député solidaire est également consterné de constater que malgré des surplus de plus de 4 milliards de dollars pour la période 2019-2020, aucun indicateur dans la mise à jour économique ne laisse présager des investissements dans les services publics ou dans la lutte aux changements climatiques.

« Si la CAQ s’empiffre aujourd’hui dans le buffet des surplus, c’est parce que les Québécois ont été mis au régime de force pendant des années. Pourtant, il n’y a aucune indication dans la mise à jour économique du gouvernement qu’on va réinvestir dans les services publics, alors que c’est là où les compressions libérales ont fait le plus mal. On passe aussi le message aux fonctionnaires qu’ils n’auront pas vraiment de marge pour négocier : ce sera l’inflation et rien de plus. Or, la fonction publique a aussi souffert des années d’austérité », martèle le député de Rosemont.

« Le gouvernement nous a habitués à la médiocrité en matière de lutte aux changements climatiques, mais là, on bat un record absolu : on nous dit qu’il y aura éventuellement un plan pour l’électrification des transports, mais que ça ira à l’an prochain. Tout ça alors que de l’aveu même du ministre Girard, la performance économique du Québec est remarquable. On ne veut surtout pas imaginer ce que serait leur plan d’action en période de ralentissement économique ! Ça fait longtemps qu’on demande des gestes concrets en environnement. Malheureusement, la CAQ se comporte une fois de plus en gouvernement climato-passif », conclut Vincent Marissal.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Economie québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...