Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Négociations dans le réseau de la santé et des services sociaux - Tenir le réseau à bout de bras pour 5 % d'augmentation sur trois ans, c'est terminé ! - L'alliance APTS-FIQ manifeste son impatience

QUÉBEC, le 15 sept. 2020 - Afin de rappeler au gouvernement du Québec que la négociation pour le renouvellement de leur convention collective est cruciale et qu’il doit bonifier sérieusement ses offres salariales, les membres de l’alliance APTS-FIQ ont tenu une action symbolique devant l’Assemblée nationale aujourd’hui. « Si quelqu’un dans ce gouvernement doutait encore du fait que les professionnel·le·s en soins ainsi que les professionnel·le·s et technicien·ne·s en santé et services sociaux portent vraiment le réseau à bout de bras, les derniers mois devraient avoir été convaincants. La pandémie a ajouté une pression insoutenable sur un personnel qui était déjà à bout de souffle et de ressources. Cela fait presque un an que la négociation avec le gouvernement est commencée. Clairement, il ne semble toujours pas saisir l’urgence de la situation. Son offre salariale est la même depuis des mois : un pitoyable 5 % d’augmentation sur trois ans. Pour nous, c’est tout simplement inacceptable », ont déclaré d’une même voix les présidentes de l’APTS et de la FIQ, Andrée Poirier et Nancy Bédard.

Les deux présidentes ont rappelé que le prix payé actuellement par leurs membres est très élevé. Depuis des mois, la conciliation famille-travail-vie personnelle n’existe plus pour le personnel du réseau de la santé et des services sociaux. « 131 000 personnes, dont une vaste majorité de femmes, travaillent dans des conditions épouvantables. Leur santé physique et mentale en sont grandement affectées. Tout au long de cette pandémie et malgré la charge et les longues heures de travail, le manque d’équipement de protection, le temps supplémentaire obligatoire et un contexte hautement imprévisible, nos membres ont répondu encore une fois présent·e·s. Ils et elles méritent un juste retour du balancier. » Rappelons que la demande salariale actuelle des deux organisations syndicales est de 12,4 % sur 3 ans dont 7,4 % en rattrapage salarial. « Si notre demande était pleinement méritée avant le début de la pandémie, elle est désormais plus que justifiée », ont plaidé conjointement les présidentes.

Pour l’alliance APTS-FIQ, on ne répétera jamais assez la corrélation entre l’amélioration des conditions de travail d’une part, et l’attraction et la rétention du personnel, l’amélioration de la sécurité ainsi que de l’accessibilité des soins et des services offerts à la population d’autre part. « Le gouvernement doit comprendre que tout le monde y gagne : les employé·e·s auront une plus juste reconnaissance de leur travail, le réseau deviendra plus attirant pour une main-d’œuvre dont il a cruellement besoin, et la population pourra compter sur des soins et services plus accessibles » ont conclu mesdames Poirier et Bédard.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...