Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Nouvelle vague de compressions à Radio-Canada - Les employés de bureau et professionnels déjà à bout de souffle

MONTRÉAL, le 10 avril 2014 - Le syndicat des employés de bureau et professionnels de la SRC au Québec et à Moncton réagit avec grande inquiétude aux nouvelles compressions annoncées ce jeudi. Le diffuseur public va supprimer l’équivalent de 36 postes à temps plein au sein de ce groupe. Cela porte à 70 le total de postes supprimés depuis 2012. La présidente du syndicat déplore vivement les conséquences pour un groupe d’employés déjà à bout de souffle.

« Malgré les compressions qui déferlent vague après vague, les employés de Radio-Canada prennent leur métier à cœur et font tout pour garder le navire à flot. Mais nous constatons une hausse fulgurante des problèmes liés à la surcharge de travail et à l’épuisement professionnel. Parmi nos membres, les cas d’invalidité à long terme se multiplient. Nous sommes donc extrêmement inquiets des conséquences de ces 36 nouvelles abolitions de postes », a lancé Isabelle Doyon, présidente de la section locale 675 du SCFP, qui représente environ 550 employés de bureau et professionnels de la SRC au Québec et à Moncton.

« Nous craignons même que de façon générale, la SRC franchisse un point de bascule et connaisse des dysfonctionnements majeurs, comme un roulement de personnel très excessif. Nous sommes rendus à l’os avec les compressions récurrentes imposées par le gouvernement Harper. C’est extrêmement malheureux pour une institution qui est un fleuron de la culture, des arts et des sciences, et qui remplit une mission éducative et citoyenne unique dans notre société », a déploré Isabelle Doyon.

Le syndicat rappelle l’ampleur de la mission de Radio-Canada, qui exploite 88 stations de radio et 27 stations de télévision à travers le Canada, en plus d’une multitude d’autres services. Les différents services offerts par CBC/Radio-Canada sont détaillés au http://bit.ly/1ixWsuU

Il déplore aussi que faute d’effectifs suffisants, les tâches des employés de bureau et professionnels sont de plus en plus souvent effectuées par des cadres aux salaires dans les six chiffres.

« Aussi, nous avons appris qu’en 2013, environ 600 cadres de Radio-Canada ont touché des primes annuelles totalisant quelque 8 millions de dollars. Cette somme aurait pu et même dû servir à conserver plusieurs dizaines de postes », regrette la présidente du syndicat.

« Malgré tout, nous allons poursuivre sans relâche notre mission syndicale de défense du diffuseur public et de défense des employés. Nos membres peuvent compter sur nous pour les épauler et faire écho à leurs préoccupations sur toutes les tribunes, aussi longtemps qu’il le faudra », a-t-elle conclu.

Comptant plus de 111 000 membres au Québec, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) représente quelque 9300 membres du secteur des communications au Québec. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants : les affaires sociales, l’éducation, les municipalités, les universités, l’énergie, les sociétés d’État et organismes publics, les transports aérien et urbain, ainsi que le secteur mixte. Le SCFP est aussi le plus grand syndicat au Canada avec quelque 627 000 membres.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...