Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Plus de 500 professeures et professeurs d’universités québécoises dénoncent l’indifférence du gouvernement et affirment leur entière solidarité à l’égard des étudiants en grève

Montréal, le 11 avril 2012 – Depuis le début de la grève, de nombreux professeurs et syndicats ont soutenu les étudiantes et les étudiants en se prononçant contre la hausse des frais de scolarité. Des lettres ouvertes, des pétitions et des manifestes ont circulé. Le milieu collégial – étudiants et professeurs confondus – a maintes fois exprimé et expliqué son refus de la hausse. Du fait de la multiplicité des interventions, les professeurs d’université, de leur côté, ont pu paraître s’exprimer par voix dispersées plutôt que d’une voix commune et forte. En moins de 48 heures, un contingent de plus de 500 professeurs d’université s’est donc mobilisé pour manifester, par une lettre aux journaux, un appui non équivoque aux étudiantes et étudiants.

Cette lettre d’appui ne vise pas à accomplir une nouvelle démonstration de l’injustice de la hausse ou à débattre de l’état présent de l’université québécoise. À un moment critique de la grève, elle énonce une position générale, minimale, qui marque clairement la place des professeurs et professeures aux côtés des étudiants. Elle entend ouvrir la voie à de futurs débats sur l’avenir de l’éducation.

Les professeures et professeurs unis contre la hausse proviennent de toutes les universités du Québec et représentent tous les domaines de la recherche et du savoir, des sciences naturelles aux lettres, en passant par le droit, la médecine, les sciences humaines et sociales. Plusieurs personnalités connues ont signé la lettre, notamment Gérald Larose (UQAM), Michel Seymour (U. de Montréal), Gilles Gagné (U. Laval), Yvon Rivard (McGill), Georges Leroux (UQAM), Geneviève Billette (École supérieure de théâtre), Daniel Turp (U. de Montréal), Samuel Archibald (UQAM).

Même si elle a déjà permis de dépasser le seuil des 500 signatures, la lettre contre la hausse continuera à circuler dans toutes les universités québécoises. L’objectif des professeures et professeures d’université contre la hausse est ainsi de réunir un maximum de signatures afin de dénoncer l’indifférence de l’actuel gouvernement ainsi que sa conception à courte vue du financement des universités et de la place de l’éducation dans la société.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...