Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Portugal. Chega : un parti d’extrême droite présent dans le système politique portugais

Pendant de nombreuses années, l’exceptionnalité portugaise a fait l’objet d’interrogations et d’études. Jusqu’en 2019, le Portugal faisait partie d’un groupe restreint de pays de l’Union européenne sans représentants de l’extrême droite dans leurs parlements.

15 février 2021 | tiré du site À l’encontre

Le fait que le Portugal soit une jeune démocratie, émergeant (par des moyens révolutionnaires) d’une longue période de 48 ans de dictature fasciste et de 13 ans de guerre coloniale, est l’une des raisons les plus couramment mises en avant pour expliquer cette caractéristique particulière. La mémoire récente des crimes de la dictature de l’Estado Novo d’António Oliveira Salazar [1899-1970, président du Conseil des ministres de 1932 à 1968] et Marcello Caetano [1906-1980, président du Conseil des ministres de 1968 à avril 1974, puis exil dans le Brésil des militaires] et les acquis démocratiques de la Révolution du 25 avril 1974 ont contribué de manière décisive à maintenir l’extrême droite portugaise en quarantaine pendant de nombreuses années. Ensuite, l’éventail des partis portugais s’est révélé assez résilient, principalement dans le camp de la droite. Jusqu’en 2019, les deux principaux partis de la droite portugaise, le Parti social-démocrate (PSD) et le Centre social-démocrate (CDS), n’ont jamais vu naître sur leur droite une formation politique qui ait réussi à s’imposer politiquement.

Ces deux caractéristiques fondamentales : le souvenir de la répression et de la pauvreté sous la dictature et la stabilité de la structure des partis ont donné à la démocratie portugaise 45 ans sans que les représentants des partis d’extrême droite soient élus dans les parlements nationaux et régionaux et dans les conseils municipaux.

Rapide radiographie de l’extrême droite portugaise dans la période post-25 avril
Alors que la démocratie portugaise faisait encore ses premiers pas, elle devait déjà faire face à la déstabilisation orchestrée par les groupes terroristes d’extrême droite.

Des organisations terroristes telles que le MDLP (Movimento Democrático de Libertação de Portugal), l’ELP (Exército de Libertação Português) et la « Maria da Fonte », composée essentiellement d’éléments de la défunte police politique (PIDE-Polícia internacional e de defesa do estado) et de factions fascistes de l’armée, ont été responsables de centaines d’enlèvements, d’assassinats et d’attaques terroristes contre des militants et des organisations de gauche. Pour leur capacité opérationnelle, ils ont compté, dans une large mesure, non seulement avec le financement d’hommes d’affaires et de financiers nostalgiques de l’Estado Novo et le soutien des secteurs les plus réactionnaires de l’Église catholique, mais surtout avec le soutien des dictatures militaires franquiste et brésilienne. Le centre politique du MDLP a opéré depuis Madrid et les terroristes du ELP ont reçu un entraînement dans des grandes fermes espagnoles. Le chef du MDLP, le maréchal António de Spínola [1910-1996, président de la Junte de salut national du 25 avril au 16 mai 1975, président de la République du 15 mai au 30 septembre 1974], s’est exilé au Brésil après que sa tentative de coup d’État ait été déjouée le 11 mars 1975 [Mario Soares va le réhabiliter et le décorer en 1987].

Dans les actuelles régions autonomes des Açores et de Madère, des organisations terroristes à tendance séparatiste – le Frente de Libertação dos Açores (FLA) et le Frente de Libertação do Arquipélago da Madeira (FLAMA) – sont nées et ont cherché à contenir par le terrorisme les vents qui soufflent de Lisbonne. Sur le plan électoral, la droite, nostalgique de la dictature, s’est organisée en différents micro-partis et coalitions défaillantes : le PDC (Partido da Democracia Cristã), le MIRN (Movimento Independente para a Reconstrução Nacional/Partido da Direita Portuguesa), le PP/MFP (Partido do Progresso/Movimento Federalista Português) et le Frente Nacional.

Le coup d’Etat du 25 novembre 1975, mettant fin audit Processus Révolutionnaire en Cours suscite une intensification des activités des organisations terroristes. Mais l’ELP et le MDLP mettent fin à leurs opérations en 1976 et la FLAMA monte sa dernière attaque en 1978. Les partis d’extrême droite ont alors reculé jusqu’à leur extinction. La plupart des groupes d’intérêts économiques et des personnalités liés à ces secteurs de la droite radicale portugaise ont rejoint le CDS et le PSD. Une minorité est restée en marge.

Dans les années 1980 et 1900, le mouvement néonazi a gagné une certaine présence dans les régions du grand Porto et de Lisbonne. Ils ont organisé des manifestations, des concerts et créé un nouveau parti : le Movimento de Ação Nacional (MAN). Comme tous ses prédécesseurs sa vie a été brève. L’activité de ces groupes était pratiquement limitée à des actions violentes. Ils avaient un lien étroit avec le crime organisé. Les skinheads portugais ont été reconnus coupables du meurtre d’un jeune homme noir, Alcindo Monteiro [en 1995, il était originaire du Cap Vert] et du militant de gauche, membre du Parti socialiste révolutionnaire (PSR), « Zé da Messa » [de son nom José Carvalho a été tué en octobre 1989 devant la porte du local du PSR à Lisbonne]. Suite à cette stratégie, ces skinheads ont été traduits en justice et leurs principaux dirigeants ont été arrêtés.

En 1999, un groupe de militants d’extrême droite a infiltré un parti centriste en voie d’érosion, le Partido Renovador Democrático (PRD). Ce groupe a remboursé ses dettes et a pris le contrôle de sa direction et a changé son nom en Partido Nacional Renovador (PNR). La Cour constitutionnelle portugaise a accepté ce changement en avril 2000. L’extrême droite portugaise a tenté de se regrouper dans le PNR, mais contrairement à ce qui se passe dans plusieurs pays européens, elle n’a pas réussi à sortir de la marginalité.

Le PNR a accumulé les échecs successifs. Le meilleur résultat qu’il a obtenu lors des élections législatives de 2015 fut : 0,18% des voix. Il n’est pas parvenu à attirer des cadres qualifiés, ni à susciter l’intérêt parmi les « milieux économiques ».

La radicalisation de la droite portugaise

En 2011, l’aile droite portugaise est revenue au pouvoir. Le PSD et le CDS, soutenus par l’intervention extérieure de la troïka [Banque centrale européenne, Commission européenne et du Fonds monétaire international], ont mis en place un programme d’austérité agressif sur quatre ans. Plus d’un demi-million de Portugais et Portugaises sont contraints d’émigrer, le chômage atteint le taux de 15,5%, les niveaux d’emploi retombent à des valeurs proches de celles enregistrées dans les années 1980, les fonctionnaires et les retraités voient leur revenu mensuel diminuer et la majorité des travailleurs voient leurs impôts augmenter.

La gueule de bois suite à la doctrine du choc est rude. Cette conjoncture ouvre des brèches dans le camp de la droite portugaise. En 2015, elle a perdu sa majorité aux élections législatives et a vu naître une majorité de gauche avec un programme visant à annuler les mesures antisociales qu’elle avait prises. L’héritage de la troïka divise le PSD. L’ancien premier ministre Passos Coelho [2011-2015] quitte la direction du parti. Lui succède Rui Rio [ancien maire de Porto de 2002 à 2013], à la direction en 2018. Il est critique des « excès » d’austérité que son parti a fait subir à la société portugaise. Revenu dans l’opposition jusqu’à aujourd’hui, le PSD reste divisé entre deux ailes, l’une héritière de l’austérité de Passos Coelho et l’autre qui cherche à repositionner le parti au centre, dirigée par Rui Rio.

Le CDS voit Paulo Portas, son leader historique et ancien vice-premier ministre du gouvernement de la troïka, se retirer de la tête du parti pour laisser la place à l’ancienne ministre de l’Agriculture [2011 à 2015], Assunção Cristas, depuis mars 2016. Le parti a accumulé les défaites aux élections nationales [4,22% des suffrages en octobre 2019] et la successeure de Paulo Portas démissionne. Dès janvier 2020, avec un nouveau leader néoconservateur, Francisco Rodrigues dos Santos, le CDS est balkanisé et fait face à des sondages lui attribuant 0,3% des intentions de vote.

La radicalisation de la droite traditionnelle et la crise qu’elle a provoquée dans son camp ont ouvert la porte à l’émergence de deux nouveaux partis à sa droite, l’ultra-libérale Iniciativa liberal et le Chega [Ça suffit !], d’extrême droite, dirigé par André Ventura. Tous deux représentent l’autonomisation de secteurs radicalisés de la droite portugaise, qui étaient représentés lors de la direction de Passos Coelho. Ce n’est pas un hasard si leurs dirigeants et principaux responsables font fréquemment l’éloge de l’héritage de son gouvernement.

La naissance de Chega et son évolution électorale

Aux élections municipales de 2017, le PSD présente André Ventura comme candidat à la mairie de la municipalité de Loures, la 6e plus grande du Portugal, située dans les environs [au nord] de Lisbonne. André Ventura était connu pour ses interventions enflammées en défense du SL Benfica (le plus grand club de football portugais) dans des panels de commentaires sportifs à la télévision [sur la CMTV] et pour ses interventions incendiaires ayant trait à des « actes criminels » dans la presse à sensation portugaise. En tant que membre de la direction nationale du PSD, il a également choisi comme drapeau de campagne la dénonciation de la communauté gitane, la défense de la peine de mort, l’emprisonnement à vie et le renforcement de la répression comme de la surveillance policière. Le discours « populiste » national a créé un malaise chez son partenaire de droite, le CDS, qui a rompu avec la coalition.

Malgré la forte opposition et la résistance que son discours xénophobe et autoritaire a suscitées dans la société portugaise et aussi parmi les secteurs et les dirigeants du PSD, le dirigeant de l’époque, Pedro Passos Coelho, a renouvelé son soutien à André Ventura. Il l’a appuyé dans la campagne électorale. Ce geste peut être lu aujourd’hui comme la chute du premier cordon sanitaire entre la droite et l’extrême droite portugaise.

André Ventura est élu conseiller municipal de Loures et sa candidature obtient la 3e place, derrière le Parti communiste portugais (qui dirige la municipalité depuis 2013) et le Parti socialiste. En 2018, après le départ de Pedro Passos Coelho de la présidence du PSD, André Ventura quitte le PSD et le conseil municipal et annonce la création d’un nouveau parti, le Chega.

La formation d’extrême droite, après plusieurs controverses initiales (ils ont essayé de légaliser le parti en utilisant de fausses signatures), est acceptée par la Cour constitutionnelle en avril 2019.

En mai 2019, Chega se présente aux élections européennes sous l’égide de la coalition Basta (Assez !) rejointe par le Partido Popular Monárquico (PPM), les traditionalistes catholiques du Portugal pro Vida (PPV) et un microgroupe libéral, « Democracia XXI ». Le front électoral de la droite radicale dirigée par André Ventura n’est pas au Parlement européen. Il a terminé à la 9e place, avec environ 50’000 voix (1,49% des suffrages). Lors des élections législatives [octobre 2019], Chega se présente seul aux élections, mais intègre le PPV dans ses listes. Il a remporté 67’826 voix (1,29%) et son leader a été élu député de la circonscription de Lisbonne. Quelques mois plus tard, il a déclaré son intention de se présenter aux élections présidentielles de janvier 2021.

Le moment andalou de la droite portugaise

Depuis la fondation de Chega, un débat fait rage au sein de la droite traditionnelle portugaise sur sa relation avec l’extrême droite. Jusqu’aux élections régionales aux Açores en octobre 2020, les dirigeants de la droite parlementaire portugaise ont rejeté tout accord avec le parti d’André Ventura. Ils l’accusaient de présenter des propositions incompatibles avec leurs programmes et principes « démocratiques » et « humanistes ».

« La preuve du pudding c’est qu’on le mange. » Lors des élections régionales aux Açores [octobre 2020], le Parti socialiste a perdu sa majorité absolue. La droite pourrait, après une longue période de 24 ans d’opposition, revenir au pouvoir. Il suffisait que José Manuel Bolieiro (leader du PSD/Açores) parvienne à un accord parlementaire avec Chega, qui a remporté deux députés et 5% des voix.

L’extrême droite (Chega) a imposé trois conditions au PSD. Le premier était un engagement à réduire de 50% le nombre de bénéficiaires du RSI (Revenu d’Insertion Sociale, un soutien social destiné aux plus pauvres parmi les pauvres). En moyenne, chaque bénéficiaire aux Açores reçoit 86,11 euros par mois. Les données publiées par l’Institut national des statistiques (INE) montrent que près de 10% des bénéficiaires aux Açores travaillent, 61,3% sont des femmes, pour la plupart célibataires, âgées de 35 à 44 ans. Les Açores sont en fait la région la plus pauvre du Portugal. De plus, Chega a exigé la création d’un « cabinet de lutte contre la corruption » – une mesure « populiste » sans conséquence – et la réduction du nombre de députés de l’Assemblée législative de la région autonome des Açores, une mesure qui, parce qu’elle dépend de l’approbation du Parlement de la République et de la région elle-même, ne verra guère le jour.

L’aile droite portugaise a connu, au milieu de l’Atlantique, son moment andalou [allusion aux résultats de Vox en 2018 en Andalousie avec 11%, ce qui permet la constitution d’un gouvernement de droite]. Le précédent de l’accord des Açores montre que la droite libérale et conservatrice portugaise conclura des accords avec l’extrême droite tant que la clé du pouvoir restera entre ses mains. Il n’est guère intéressant pour elle, lorsqu’il s’agit de prendre le pouvoir, qu’elle approfondisse ainsi la naturalisation du discours raciste, xénophobe et autoritaire, héritier des pires épisodes de l’histoire contemporaine du Portugal.

De quoi est fait Chega ?

Si, durant les premiers mois de son existence, Chega a essayé d’éviter l’étiquette de parti d’extrême droite, il semble que cela ne soit plus un problème pour la direction du parti. La formation dirigée par André Ventura a récemment décidé de rejoindre le parti européen Identité et Démocratie, qui rassemble l’essentiel de l’extrême droite européenne. Il échange publiquement des compliments avec la famille Bolsonaro, se rend en Italie pour faire campagne aux côtés de Matteo Salvini, visite Marine Le Pen à Paris et la reçoit, en pleine campagne présidentielle, à Lisbonne.

La rhétorique et les tactiques qu’il utilise pour consolider sa base sociale semblent également tirées des écrits de l’extrême droite internationale, en particulier du bolsonarisme : programme économique néolibéral, discours sécuritaire, profondément raciste et xénophobe, appels nostalgiques au colonialisme portugais et à la dictature de l’Estado Novo, « populisme » répressif mêlé à des références messianiques chrétiennes. André Ventura est allé jusqu’à déclarer publiquement que Dieu lui avait confié la « tâche difficile mais honorable de transformer le Portugal ».

Les similitudes ne s’arrêtent pas là. Selon les experts informatiques portugais, la milice numérique de Chega est constituée d’au moins 20’000 faux comptes sur les réseaux sociaux. Ces données expliquent, dans une large mesure, le succès de la fête sur Facebook et Youtube. Ce dispositif est utilisé non seulement pour renforcer la propagande du parti, mais surtout pour répandre la désinformation et attaquer les journalistes, les dirigeants de gauche et les militant·e·s des mouvements sociaux. Chega est une véritable usine à mensonges qui laisse les contrôleurs de faits portugais sans doigts pour les compter.

Le programme économique est une véritable vulgate libérale. Chega a l’intention de démanteler complètement l’État social portugais. Il veut privatiser le Service national de santé, l’école publique, la sécurité sociale et les transports publics et remettre tous ces biens publics à des groupes privés. Il préconise de mettre fin à la progressivité des impôts et d’introduire des impôts forfaitaires [à taux unique – flat tax] qui, s’ils sont appliqués, augmenteraient la charge fiscale de ceux qui gagnent moins, pour la réduire ensuite pour ceux qui gagnent beaucoup plus. Et il propose de libéraliser complètement les expulsions des logements et le Code du travail. Dans son manifeste électoral, le parti préconise même une baisse des salaires. Si la doctrine du choc agressive défendue par André Ventura lui a créé des problèmes lors d’entretiens et de débats avec des opposants – le Portugal est l’un des pays les plus inégalitaires de l’UE, le taux de risque de pauvreté avant transferts sociaux atteint 43% de la population – elle lui a servi, en revanche, d’appât pour attirer des financements et le soutien de divers hommes d’affaires, investisseurs immobiliers et banquiers (dont beaucoup sont liés à divers scandales financiers).

Beaucoup parmi les « Propriétaires du Portugal » assument publiquement qu’ils mobilisent leurs ressources pour soutenir André Ventura. C’est le cas de l’homme d’affaires João Maria Bravo – propriétaire de Sodarca [armement] et Helibravo [transports aériens] ; de Miguel Félix da Costa – dont la famille a été pendant 75 ans le représentant des lubrifiants Castrol, aujourd’hui un gestionnaire influent d’investissements immobiliers et touristiques ; de Carlos Barbot – propriétaire de Tintas Barbot [encres, couleurs] ; ou de Paulo Mirpuri – PDG de la compagnie aérienne Hi Fly et de Mirpuri Investments.

L’extrême droite portugaise a également de solides alliés dans le monde financier. Parmi eux, plusieurs cadres supérieurs du Grupo Espírito Santo (GES), qui a fait faillite [en 2014], tels que Francisco Sá Nogueira, Salvador Posser de Andrade ou Pedro Pessanha. Les deux derniers sont membres du parti. Posser de Andrade, qui est toujours l’administrateur de l’ancien gestionnaire immobilier de GES, Coporgest, était un dirigeant national et candidat aux élections législatives de Lisbonne. Alors que Pedro Pessanha, un ancien conseiller du groupe financier en Angola, est président du district de Lisbonne. Francisco Cruz Martins, ancien homme de paille pour les affaires de l’élite angolaise au Portugal, et l’un des noms portugais mentionnés dans le scandale international des Panama Papers, mais aussi dans d’autres affaires nationales de corruption, comme l’affaire Vale do Lobo ou la faillite de la banque Banif de Madère. Il est un fervent défenseur d’André Ventura. On peut en dire autant de l’homme d’affaires de la pharma, César do Paço, propriétaire de Summit Nutritionals International, qui a financé la CDS jusqu’en 2019. Cet ex-consul du Portugal en Floride, en plus de financer Chega, a placé dans le parti son homme de confiance – José Lourenço – qui, jusqu’en janvier 2021, a occupé le poste de président du district de Porto.

Comme les autres partis « populistes » européens de la droite radicale, la base militante et la structure de direction de Chega sont constituées d’un amalgame de groupes. L’idéologue et premier vice-président du parti, Diogo Pacheco de Amorim, a une longue expérience de l’extrême droite portugaise. Il a fait partie des mouvements étudiants fascistes qui étaient à droite de la dictature de l’Estado Novo. Il fut un membre des groupes terroristes MDLP, où il faisait partie du « Bureau politique », et du MIRN. Il a été représentant du Portugal dans le magazine néo-fasciste français Nouvelle École et traducteur des textes d’Alain de Benoist en portugais. Il était membre du CDS-PP. Il est également membre du mouvement catholique traditionaliste Comunhão e Libertação. Le deuxième vice-président Nuno Afonso, actuellement chef de cabinet d’André Ventura à l’Assemblée de la République, a fait toute sa carrière au sein du PSD, au même titre que le président de Chega. La direction du parti comprend également un président du syndicat de la police, José Dias, un membre de l’Opus Dei, Pedro Frazão, et la dirigeante des évangéliques néo-pentecôtistes de Chega, Lucinda Ribeiro, également active dans les groupes négationnistes du Covid-19.

Le Bureau de la Convention nationale du parti semble avoir été le lieu choisi par l’aile ultra-nationaliste pour se sentir représentée. Le président de cet organisme, Luís Filipe Graça, était membre de plusieurs groupes néo-nazis, tels que le Nova Ordem Social (NOS) ou le Movimento de Oposição Nacional (MON), mais était aussi un leader du Partido Nacional Renovador (PNR). Nelson Dias da Silva, membre de cet organisme et membre du groupe d’étude Chega, combine ces fonctions avec celle de porte-parole de l’organisation néofasciste Portugueses Primeiro (P1), qui comprend plusieurs visages connus du mouvement néo-nazi portugais, comme João Martins, l’assassin du jeune homme noir Alcindo Monteiro.

Le parti est une force croissante dans les forces de sécurité. Le Movimento Zero (une importation du mouvement américain Blue Lives Matter) est fortement lié au Chega. En novembre 2019, il a organisé une manifestation devant le parlement portugais, en collaboration avec les structures syndicales de la police. André Ventura a été accueilli avec enthousiasme par des centaines de policiers et a été le seul dirigeant politique invité à s’exprimer devant les manifestants.

Les élections présidentielles et la reconfiguration de la droite portugaise
Lors des élections présidentielles de janvier 2021, André Ventura est arrivé en troisième position, avec 11,9% des voix, derrière le président sortant Marcelo Rebelo de Sousa (60,70%), soutenu par le PSD et le CDS, et la socialiste Ana Gomes (12,97%), qui n’avait pas le soutien de son parti (PS), mais avait le soutien de Pessoas Animais e Natureza (PAN) et du parti pro-européen LIVRE. João Ferreira, le candidat soutenu par le Parti communiste portugais (PCP), a obtenu 4,32%, Marisa Matias, soutenue par le Bloco de Esquerda a obtenu 3,95% des voix et l’ultra-libéral (IL) Tiago Mayan 3,22%.

Le candidat d’extrême droite a remporté une victoire, bien qu’il se soit fixé comme objectif de terminer devant Ana Gomes. Le résultat obtenu par André Ventura a donné lieu à de nombreuses spéculations. Le soir de l’élection, de nombreux commentateurs ont sauté le pas, affirmant que le leader de l’extrême droite aurait obtenu ses voix de l’électorat traditionnel de gauche. Des études récentes et plus approfondies ont réfuté cette thèse. L’électorat de gauche, qui a abandonné Ana Gomes, João Ferreira et Marisa Matias, a concentré son vote sur le président de la République sortant. Le fait que Marcelo Rebelo de Sousa n’ait pas mis d’entrave au gouvernement de la majorité de gauche [PS avec soutien de l’extérieur, conditionné, du Blocode Esquerda et du PCP] et se soit présenté aux élections comme un obstacle au programme raciste et autoritaire de l’extrême droite, lui a valu une victoire confortable au premier tour. Dans ces conditions, il a obtenu le soutien de milliers d’électeurs traditionnels socialistes, du Bloco et du PC.

Les voix d’André Ventura sont venues des franges électorales les plus radicales de la droite traditionnelle, surtout à l’intérieur du pays et dans la région centrale. La « normalisation » de Chega par le PSD, surtout après l’accord intervenu dans les Açores, ainsi que l’érosion du CDS auront sans doute contribué à ce résultat. Le discours raciste et violent contre la communauté rom (gitane) semble également avoir joué un rôle. André Ventura a obtenu des résultats significatifs dans les municipalités où la population rom est la plus nombreuse, notamment dans l’Alentejo. En effet, parmi les presque un demi-million d’électeurs d’André Ventura aux élections présidentielles, se trouvent beaucoup de personnes issues des classes populaires qui ont trouvé dans cette candidature le répondant à leur frustration. Mais, selon plusieurs universitaires portugais, ces électeurs sont des citoyens qui, pour la plupart, ont déjà voté pour la droite (CDS et PSD).

La balkanisation des partis de droite en quatre (PSD, CDS, Chega et Iniciativa Liberal) ne leur a pas permis de mobiliser une plus grande partie de l’électorat. Tous les sondages d’opinion indiquent que la grande majorité des Portugais continuent à se sentir représentés par les partis de gauche. Toutefois, la gauche ne doit pas voir cela avec confort ou insouciance.

Le Portugal traverse trois crises graves : la crise pandémique, la crise sociale et la crise économique. La gauche portugaise doit être capable de trouver un programme pour des majorités et un programme mobilisateur pour surmonter la crise et ne laisser personne sur l route. Le chômage et la réduction des revenus auxquels des milliers de Portugais sont confrontés, ainsi que la fatigue naturelle qu’imposent les mesures de confinement, peuvent rapidement devenir un facteur de montée en puissance d’une majorité d’extrême droite. La prédiction en politique est toujours un exercice risqué. Mais il est difficile pour un futur gouvernement de droite de ne pas dépendre de l’extrême droite et de son programme raciste, discriminatoire et autoritaire – avec les conséquences que nous observons avec Salvini en Italie, Órban en Hongrie, Trump aux États-Unis ou Bolsonaro au Brésil. (Article publié le 11 février 2021 sur le site Viento Sur ; traduction rédaction A l’Encontre)

Fabian Figueiredo est sociologue et dirigeant du Bloco de Esquerda.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...