Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Garderies

Remplaçantes temporairement qualifiées : Les éducatrices ne sont pas des gardiennes ! (SQEES-FTQ)

MONTRÉAL, le 9 juin 2021 - Le Syndicat québécois des employées et employés de service, affilié à la FTQ, déplore l’instauration d’un nouveau titre d’emploi en CPE : les remplaçantes temporairement qualifiées.

« Il y a certainement un criant manque d’éducatrices dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance, mais le ministre ne doit pas oublier que ces services sont justement éducatifs. À force d’élargir l’accès à la profession à des gens qui n’ont pas nécessairement les qualifications requises en petite enfance, à des travailleuses sociales par exemple, on revient tranquillement, mais sûrement à un réseau de garderies, et ça pour le développement de nos tout-petits, c’est inacceptable », s’offusque Sylvie Nelson, présidente du SQEES-FTQ.

Le SQEES-FTQ a en effet pris connaissance de la directive du ministère de la Famille qui vient ajouter les remplaçantes temporairement qualifiées. « Comment peut-on être qualifiée temporairement ? Comment un père ou une mère doit se sentir lorsqu’il confie son enfant à une personne qualifiée de façon temporaire ? Ça n’a juste pas de sens. De plus, nous n’avons aucune indication à savoir combien de temps est censé rester en place cette mesure temporaire », s’interroge Mme Nelson.

« Si on veut améliorer l’attractivité des postes d’éducatrices qualifiées, il faut améliorer les conditions de travail et salariale. Pour les titulaires d’un diplôme d’études collégiales en technique d’éducation à l’enfance, il y a deux débouchés : Éducatrices en CPE ou en service de garde scolaire. Il serait plus que temps que celles en CPE reçoivent le même traitement que celles en milieu scolaire », déclare Sylvie Nelson.

Le SQEES-FTQ rappelle que les techniciennes en service de garde scolaire ont un salaire de 24,23 $ de l’heure à l’embauche et de 29,05 $ au sommet de l’échelon. À titre comparatif, en CPE les salaires vont de 19,98 $ à 25,15 $ de l’heure. « Que le ministère cesse d’appliquer des solutions plasters pour pallier la pénurie de main-d’œuvre en CPE et qu’il s’attaque à la racine du problème : une réelle reconnaissance de celles qui prennent soin de nos enfants », conclut Sylvie Nelson.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Garderies

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...