Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La révolution arabe

Tunisie : texte de l’appel de l’UGTT à la grève générale du 8 février et à la journée de deuil national

nous reproduisons, traduit de l’arabe, le texte de l’appel à la grève générale (pour le 8 février) de l’UGTT (Union générale tunisienne du travail).

Publié par Alencontre le 10 - février - 2013

Le samedi 9 février 2013, les jeunesses du parti islamiste Ennahda avaient appelé à une manifestation. Selon diverses sources, il apparaît que seulement quelque 3000 personnes ont battu le pavé, après les dizaines de milliers qui ont défilé le vendredi 8 février. C’est dans un contexte de profonde crise sociale et politique que ces défilés, symbolisant l’affrontement en cours, ont eu lieu.

Lors du défilé du samedi 9 février 2013 les partisans d’Ennahda ont dénoncé le projet du Premier ministre Hamadi Jebali de constituer « un gouvernement de technocrates », cela sans demander l’autorisation de l’Assemblée nationale constituante dominée par Ennahda.

Hamadi Jebali a déclaré, le 9 février 2013, à la chaîne de TV France 24 : « Je présenterai l’équipe au plus tard au milieu de la semaine prochaine. Si elle est acceptée, je continuerai à assumer mes fonctions, à défaut, je demanderai au président [Moncef Marzouki, depuis décembre 2011] de chercher un autre candidat pour former un nouveau cabinet. » (Rédaction A l’Encontre)

La Commission administrative de l’UGTT décide d’observer
une grève nationale générale pacifique toute la journée du vendredi 8 février 2013

Nous, les membres de La Commission administrative nationale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), réunis ce 7 février 2013 de manière extraordinaire, sous la présidence du camarade Houcine Abassi, secrétaire général de l’Union, et après avoir examiné le virage dangereux que prend le pays suite à l’assassinat du militant politique et des droits humains martyr Chokri Belaïd, coordinateur général du Parti des patriotes démocrates unifié et membre de la coordination du Front populaire, et ce, après une série d’actes de violences et d’intimidations qu’ont subi les syndicalistes à travers les attaques brutales à plusieurs reprises – dont celles du 4 décembre 2012 lors de la commémoration du 60e anniversaire de l’assassinat du martyr Farhat Hached [en décembre 1952] – attaques qui ont touché toutes les composantes de la société civile et politique du pays, suite à l’incitation de plusieurs forces gouvernementales qui n’ont pas manifesté, depuis, les premiers signes de changement dans le langage de ceux qui prônent la violence, au contraire, elles ont continué à protéger les auteurs :

1° condamnons fermement ce crime odieux, notamment en ce qu’il ouvre la voie aux assassinats politiques dans une tentative de réduire au silence tout souffle civil libre et démocratique ;

2° imputons au gouvernement provisoire l’entière responsabilité dans la propagation du phénomène de la violence politique et sociale et la protection de ses auteurs et l’impunité des agresseurs dans tous les crimes commis contre l’UGTT, les partis et les composantes de la société civile ;

3° tenons à notre exigence de dissoudre les dites « ligues de protection de la révolution » [milices des forces islamistes], de traduire les criminels devant la justice et de dévoiler les marchands d’armes et les milices qui se cachent derrière eux ;

4° décidons de considérer le 6 février de chaque année une occasion nationale pour rejeter la violence politique, comme l’a réclamé le martyr de la liberté et de la patrie Chokri Belaïd ;

5° appelons toutes les composantes de la société civile et politique démocratique à accélérer la convocation du deuxième Congrès national pour le dialogue, auquel a appelé l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) afin d’unir davantage toutes les forces démocratiques contre tous les projets qui menacent les valeurs civiques et les acquis de la République et minent l’esprit de tolérance, d’ouverture et de s’accrocher à l’identité qui caractérise tous les Tunisiens de toutes les générations ;

6° considérons le 8 février 2013, une journée de deuil national pour le défunt martyr de la Tunisie Chokri Belaïd et appelons à l’organisation de funérailles nationales auxquelles prendront part toutes les Tunisiennes et tous les Tunisiens et les forces démocratiques du pays ;

7° exigeons d’arrêter les assaillants au plus vite et de les traduire devant la justice et de dévoiler les partis qui se tiennent derrière eux ;

8° et devant les dangers qui menacent le pays et risquent de le glisser vers une guerre civile et de porter une attaque à la liberté et à la sécurité des Tunisiens et à leur révolution, nous avons décidé d’appeler les travailleurs à observer une grève générale nationale pacifique toute la journée du vendredi 8 février 2013 ;

9° appelons les forces armées et de sécurité à assumer leurs responsabilités dans le maintien de la sécurité et la protection des Tunisiens, comme nous appelons tous les Tunisiennes et Tunisiens à continuer à faire preuve d’un grand patriotisme et se limiter à la protestation pacifique et civilisée. Le secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi

UGTT

Union générale des travailleurs de Tunisie

Sur le même thème : La révolution arabe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...