Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé et sécurité au travail

Un accès immédiat aux masques N95 pour les professionnelles en soins (FIQ)

MONTRÉAL, le 4 févr. 2021 - L’annonce à venir d’une autre directive sur les N95 ne donne pas espoir à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec-FIQ et de la FIQ | Secteur privé que leurs membres pourront avoir accès à une meilleure protection lorsqu’elles donnent des soins à des patients infectés par la COVID-19 ou suspectés de l’être. « Encore se battre pour des masques N95 ? C’est un non-sens ! » rappelle Linda Lapointe, vice-présidente au secteur santé et sécurité au travail, après avoir pris connaissance de la décision du directeur national de santé publique de lever l’ordonnance restreignant l’accès aux masques N95 et aux protections oculaires.

« Il n’y a plus de doute dans la tête de personne que le virus se transmet par des aérosols. Le directeur national de santé publique vient de nous donner raison en levant son ordonnance. On aurait dû se réjouir ! Au lieu de ça, le ministre de la Santé et des Services sociaux a déjà annoncé que la nouvelle directive serait calquée sur les recommandations de l’INSPQ. Remplacer l’ordonnance par une directive aussi contraignante revient à changer quatre trente sous pour une piastre. Au final, ce sont les professionnelles en soins qui doivent encore se battre pour se protéger. » déclare Linda Lapointe.

Les professionnelles sur le terrain les mieux placées pour juger

La FIQ et la FIQP ont exprimé leur désaccord avec les recommandations émises par le comité sur les infections nosocomiales dans un avis rendu public la semaine dernière. L’avis limite l’accès à une protection respiratoire lors d’une éclosion non contrôlée de la COVID-19 et seulement après une évaluation multidisciplinaire exhaustive. On y va même d’une proposition d’outil d’aide à la gestion. Non seulement on ne prend pas en compte le jugement des professionnelles en soins, mais on rajoute une couche de bureaucratie. « Une aberration ! », pour Mme Lapointe.

« Appliquer le principe de précaution c’est pourtant simple ! Les experts en santé publique ne sont pas des experts en santé et sécurité du travail. C’est là que le bât blesse. En situation de transmission aérienne du virus, ça prend la meilleure protection contre cette transmission aérienne ! Je ne comprends pas comment il se fait que le Québec soit encore à la remorque d’autres provinces comme l’Ontario et le Manitoba qui ont répondus aux demandes des professionnelles en soins pour l’accès aux masques N95, ont adopté le principe de précaution et font confiance en leur jugement. » de déclarer la vice-présidente au secteur santé et sécurité au travail.

Les fédérations rappellent que ce sont les professionnelles en soins au Québec qui ont le plus été infectées par le virus.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé et sécurité au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...