Édition du 17 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Unifor choisit la compagnie Ford Motor pour établir l'entente type dans le cadre des négociations du secteur de l'automobile

TORONTO, le 8 sept. 2020 - Le président national d’Unifor, Jerry Dias, a choisi la compagnie Ford Motor comme cible du syndicat pour établir l’entente type avec les trois constructeurs automobiles de Detroit.

« J’ai choisi Ford parce que nous pensons que la compagnie est prête à reconnaître nos membres, à s’engager à poursuivre la fabrication au Canada, et qu’elle a une vision que nous pensons être dans le meilleur intérêt de l’industrie et de l’économie, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor, lors d’une conférence de presse diffusée en direct sur la page Facebook d’Unifor. Dans le monde entier, nous avons vu plus de 300 milliards de dollars annoncés pour la production de véhicules électriques et pas un seul cent n’est destiné au Canada. Nos membres veulent que cette situation change. »

Depuis des décennies, le syndicat a pour pratique de choisir stratégiquement avec lequel des trois constructeurs automobiles de Detroit il négociera en premier lieu une entente type pour les travailleuses et travailleurs de l’automobile au Canada. Pour prendre cette décision, le syndicat, en consultation avec le comité central de négociation, tient compte de multiples facteurs, en se basant sur deux objectifs clés : le développement de l’industrie automobile canadienne et la réalisation des objectifs de négociation du syndicat.

Une fois qu’une entente avec l’entreprise cible est ratifiée par les membres, la négociation passe à la deuxième entreprise, puis à la troisième.

« L’usine d’assemblage d’Oakville est la dernière des usines d’assemblage de Ford qui reste au Canada et n’a pas d’engagement ferme sur des produits au-delà de la génération actuelle du modèle de la Ford Edge. C’est un problème important pour nos membres et cela devrait préoccuper tous les niveaux de gouvernement », a déclaré Jerry Dias.

« Nos membres sont heureux de passer en premier et veulent forger leur propre destin, c’est pourquoi nous avons travaillé dur pour construire une relation productive avec cet employeur », a déclaré John D’Agnolo, président du comité central de négociation avec Ford et président de la section locale 200 d’Unifor.

Unifor représente 6 300 travailleuses et travailleurs chez Ford Motor, 9 000 chez Fiat Chrysler Automobiles et 4 100 chez General Motors.

Unifor a entamé les négociations contractuelles officielles à Toronto le 12 août, avec pour thème The Future is Made in Canada (L’avenir est fait au Canada). Le syndicat a demandé à plusieurs reprises au gouvernement fédéral de mettre en place une stratégie industrielle globale pour le secteur automobile, étant donné que chaque emploi dans le secteur de l’assemblage automobile crée ou soutient jusqu’à dix emplois supplémentaires dans l’ensemble de l’économie.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...