Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

ABOLITION DES MESURES TRANSITOIRES À L'ASSURANCE-EMPLOI UN DÉPUTÉ NÉODÉMOCRATE DÉNONCE LA FAÇON DE FAIRE DU GOUVERNEMENT CONSERVATEUR

QUÉBEC — Le député néo-démocrate de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, M. Jonathan Tremblay, dénonce la façon de faire du gouvernement conservateur dans la gestion du programme de l’assurance-emploi. Depuis avril dernier, les heures assurables pour que les travailleuses et travailleurs de la Haute-Côte-Nord et de Charlevoix se qualifient à l’assurance-emploi ne cessent d’augmenter puisque les mesures transitoires permettant aux travailleurs un minimum de 490 heures sont désormais abolies par le gouvernement conservateur. Le nombre d’heures requis pour se qualifier à l’assurance-emploi est aujourd’hui de 560 heures puisque le taux de chômage de la région économique Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord est de 9,3%.

« Afin de mettre fin aux lourdes conséquences pécuniaires dont sont victimes les travailleuses et travailleurs de la Haute-Côte-Nord et de Charlevoix sans compter le stress qui leur est imposé depuis les années 2000 où année après année les mesures transitoires et les projets pilotes sont reconduits à la pièce et curieusement parfois la veille d’une élection, il est primordial que le gouvernement conservateur restaure l’intégrité du programme d’assurance-emploi en amendant la Loi » a déclaré le député Jonathan Tremblay.

Rappelons que le Règlement 18(2) de l’assurance-emploi prévoit une révision des limites des régions économiques au 5 ans. Le dernier découpage a eu lieu en 2000 d’où la naissance des mesures transitoires puisque ni la Haute-Côte-Nord, ni la région de Charlevoix ne pouvaient se comparer à la région économique dans laquelle elles se retrouvaient liées, c’est-à-dire Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord. « Malgré les dizaines d’années passées, sans les mesures transitoires, les besoins et la réalité du marché du travail de la Haute-Côte-Nord et Charlevoix restent inchangés. Force est de constater que le découpage de 2000 est un échec qui coûte cher aux familles que je représente. C’est pourquoi j’ai demandé à la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Mme Diane Finley, de revoir le programme d’assurance-emploi dans les plus brefs délais » a ajouté le député Jonathan Tremblay.

Voici les requêtes du député Jonathan Tremblay tirées de la lettre adressée à la ministre conservatrice, Diane Finley :
Éliminer la période d’attente de deux semaines ;
Ramener la période d’accessibilité à un minimum de 360 heures de travail ; sans tenir compte du taux de Chômage qui prévaut ;
Augmenter le taux de prestations à 60% et en basant les prestations sur les meilleurs 12 semaines dans la période de référence ;
Améliorer la qualité et la surveillance de la formation et de la réorientation.

Le député a profité de la période de questions à la Chambre des communes ce cet après-midi afin de réitérer ses demandes au gouvernement au nom des femmes et des hommes qui ont travaillé durement et qui ne se qualifieront pas à l’assurance-emploi. « En tant que député de Montmorency - Charlevoix - Haute-Côte-Nord, j’ai à cœur la situation vécue par les travailleuses et travailleurs des industries saisonnières. Je les comprends pour avoir moi-même été refusé à l’assurance-emploi pour à peine quelques heures. Je connais le sentiment d’insécurité qu’ils vivent en ce moment », a conclu le député Jonathan Tremblay.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...