Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Affaire Lagacé - « Le gouvernement Couillard pellette les problèmes en avant » - Manon Massé

QUÉBEC, le 1er nov. 2016 - Dans la foulée de l’affaire Lagacé, la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, est déçue de constater que les mesures annoncées par le gouvernement libéral auront comme conséquence de reporter à plus tard un véritable changement de culture concernant la surveillance policière et la protection des sources journalistiques et des dénonciateurs.

« Dans les faits, le premier ministre Couillard nous annonce aujourd’hui qu’il pellette les problèmes en avant. Nous sommes bien d’accord avec l’idée d’un comité d’expert.e.s, mais cela ne doit pas être un prétexte pour empêcher de prendre des actions immédiates en attendant le rapport dans plusieurs mois. Il faut changer cette culture qui attribue tout le pouvoir à la police quand vient le temps de dénoncer des actes répréhensibles », affirme la députée solidaire.

Québec solidaire exige que le gouvernement pose un geste significatif dès maintenant pour protéger les lanceurs d’alertes. Manon Massé demande au ministre Leitao d’amender ou de retirer l’article 6 du projet de loi 87 sur la dénonciation d’actes répréhensibles qui oblige les lanceurs d’alerte à aller voir la police avant de parler aux journalistes.

« Le projet de loi 87 est censé répondre à l’une des recommandations de la commission Charbonneau. Dans sa forme actuelle, il fait tout le contraire. Plutôt que de réellement protéger les dénonciateurs, le gouvernement libéral les livre à des forces policières qui se croient tout permis. Cela viendrait restreindre de façon importante la liberté de presse et le droit du public à l’information », poursuit Mme Massé, rappelant que la commission Charbonneau n’aurait jamais vu le jour si le travail des journalistes avait été entravé par la police.

Mme Massé a déposé l’an dernier le projet de loi 496, une assurance à couverture complète pour les lanceurs d’alertes qui œuvrent au sein des organismes publics québécois, mais aussi dans le secteur privé et municipal.

« Le gouvernement a une solution toute faite pour mieux protéger les lanceurs d’alerte : le projet de loi 496 de Québec solidaire. M. Couillard devrait jeter un coup d’œil plus attentif à nos recommandations maintenant que les 10 plus hauts responsables du monde de l’information et de nombreux juristes lui demandent d’agir », conclut Mme Massé.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...