Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Atteinte à la démocratie et à la liberté d'association - Les profs de Québec pris en otage par la CSQ !

SAINT-HYACINTHE, QC, le 12 déc. 2018 - À l’appel du Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ), une centaine d’enseignantes et enseignants ont manifesté ce matin, à Saint-Hyacinthe, où la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) tenait un Conseil général, afin de dénoncer l’attitude antidémocratique de la CSQ. « Pris en otage » par la CSQ, qui conteste leur démarche de désaffiliation devant les tribunaux depuis bientôt huit mois, les membres du SERQ revendiquaient leur droit de connaître le résultat du référendum auquel ils ont participé le 15 mai 2018, lors duquel plus de 4700 membres, ce qui représente 85 % des personnes adhérentes, se sont prononcés sur leur désaffiliation de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) pour joindre la Fédération autonome de l’enseignement (FAE).

En raison des procédures judiciaires intentées par la CSQ et malgré le fait que le référendum se soit tenu il y sept mois, les bulletins de vote n’ont toujours pas été dépouillés. Ainsi, le 15 mai 2018, après une longue période de réflexion et des travaux approfondis sur leur affiliation à la CSQ, des milliers d’enseignantes et enseignants du SERQ se sont prononcés sur leur affiliation, en tout respect du règlement de désaffiliation de la CSQ, grâce à un vote papier. Or, depuis cette date, la CSQ a déposé une demande d’injonction en prétextant le non-respect des règles applicables. Depuis, toutes les enseignantes et tous les enseignants membres du SERQ attendent le résultat.

« Les recours juridiques pris par la CSQ contre les profs sont une honte pour tout le mouvement syndical. Comment d’autres organisations syndicales pourraient songer à joindre la CSQ alors qu’une fois affiliées, elles doivent se battre pour en sortir ? Nos membres sont en colère : les attaques de la CSQ envers le SERQ et ses membres sont une atteinte à la démocratie et à la liberté d’association. En utilisant les tribunaux, la CSQ brime notre autonomie locale et tente de faire taire la démocratie syndicale. La CSQ utilise des pratiques abusives. C’est de l’acharnement pur et simple. Rien ne peut justifier le comportement des dirigeants de la CSQ si ce n’est la volonté de bafouer le droit des profs de choisir l’organisation à laquelle le SERQ sera affilié », souligne Annie-Christine Tardif, présidente du Syndicat d’enseignement de la région de Québec.

Le SERQ demande donc à la CSQ de permettre le dépouillement des boîtes de scrutin. « Que la CSQ laisse la démocratie syndicale s’exprimer. Cela fait huit mois que la CSQ a enclenché les hostilités envers ses propres membres et qu’elle les a plongés dans l’incertitude en refusant de les laisser connaître le résultat du vote. Cette mascarade a assez duré ! », a conclu madame Tardif.

Syndicat de l’enseignement de la région de Québec

Le Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ) représente plus de 5 000 enseignantes et enseignants des commissions scolaires de la Capitale et des Premières-Seigneuries. Elle compte parmi ses membres des enseignantes et enseignants de tous les secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...