Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

International

Aux États-UNis, le silence de MOVE ON

Le mouvement citoyen pour la paix le plus important du pays, Move On, demeure silencieux alors que les guerres américaines en Irak, Afghanistan et Pakistan continuent et même s’approfondissent. En décembre dernier, dans un sondage conduit par l’organisation, les membres de Move On ont inscrit la « fin de la guerre en Irak » comme cinquième objectif d’action pour 2009 à 48,3%.

TOM HAYDEN , THE NATION.ORG , 28 mai 2009.
Traduction : Alexandra Cyr.

Devant l’assurance-maladie à 64,9%, la récupération économique et la création d’emplois à 62,1%, et la lutte pour une économie verte et contre les changements climatiques à 49,6%, tout juste 1,5% devant la fin de la guerre en Irak. C’était au moment où la plupart des Américains étaient sous l’impression que cette guerre se terminait effectivement. L’Afghanistan et le Pakistan n’étaient pas soumis nommément au sondage.

Le 22 mai, Move On sonde à nouveau ses membres et la fin de la guerre en Irak arrive neuvième dans la liste des priorités d’action pour le mouvement. De nouveau, la guerre en Afghanistan et au Pakistan n’apparaissaient pas dans la liste de priorités sur lesquelles se prononcer, pas plus que la fermeture de Guantanamo d’ailleurs. En tête des préoccupations, venait : « mettre l’administration Bush sous enquête ».

Move On se présente comme la version Internet de la démocratie participative. Mais il semble que sa direction s’assure de ce que les membres ne puissent pas se prononcer sur la question centrale des guerres en cours. Que serait-il advenu si une question telle : « exiger un règlement diplomatique et rejeter un désastre militaire en Afghanistan et au Pakistan ? » avait été posée ? Ou encore : « passer de l’investissement militaire à celui pour la nourriture, les soins médicaux et les écoles ? » ?

Ce n’est pas anodin. Move On détient une liste de cinq millions de membres, la plupart d’ardents combattants pour la paix. Leur contribution à la campagne électorale de 2004-06 a été sans précédent, à la hauteur de cent quatre-vingt millions. Voilà qu’ils s’écrasent ou sont séquestrés, en tout cas, manquent à l’action.

Que faire ? Il ne s’agit pas de se mettre à déblatérer contre Move On et encore moins le combattre. Non, il faut toutefois démarrer un dialogue sur Internet avec ses membres en ayant confiance dans leur jugement et leurs capacités à retourner l’ordre des préoccupations de leur direction. La même chose s’applique à d’autres militants pour la paix : ceux et celles du parti Démocrate et de l’organisation post-électorale du président Obama, Organising for America. Tous et toutes doivent reprendre l’action à la base pour reconstruire le fort mouvement citoyen pour la paix.

Ce comportement de manipulation des membres par des directions d’organisations n’est pas nouveau, mais celui de la direction de Move On n’est pas insignifiant. Il y a une réelle confusion à la base quant à la guerre en Afghanistan et au Pakistan. La crise économique en a détourné les regards. Il est clair que, pour le moment, bon nombre de ceux et celles qui ont voté pour le président Obama vont lui donner le bénéfice du doute.

Garder le silence, c’est prendre position ! De cette façon, Move On appuie le budget de quatre-vingt milliards de dollars pour la guerre en Afghanistan, soumis au vote du congrès récemment. Sans pression de la population, le leadership du Congrès et les représentants ont voté pour ce financement sans questionner la politique d’extension de cette guerre. Il ne leur a même pas été possible de se prononcer sur un rapport datant de décembre dernier, qui présentait pourtant des stratégies de sortie de ce conflit autres que militaires. Malgré tout, certains voté contre cette augmentation du budget.

Si les militants pour la paix avaient mené campagne au niveau des circonscriptions, le nombre d’opposants serait probablement passé à environ quatre-vingt-cinq .

David Obey, président du comité d’appropriation, a en quelque sorte, donné un an au président pour arriver à des résultats en Afghanistan. Il a avertit que si la situation tourne au cauchemar, le parti Démocrate sera sous examen très, très critique. Nancy Pelosi, speaker de la chambre, a tenu le même discours, le six mai, dans une entrevue au Washington Examiner. Elle y a déclaré : « Il n’y aura pas d’autre augmentation. Le message aux membres du Congrès est donc, c’est tout ! ». Toutefois, la phraséologie de Mme Pelosi est à analyser. Dire qu’il n’y aura plus de fonds via l’appropriation est différent de se prononcer contre le financement de la guerre.

Ce laps de temps d’une année est à mettre à profit par le mouvement citoyen pour la paix. Il pourrait rallumer le feu pacifiste et mettre la pression nécessaire sur la chambre des représentants et le président pour qu’ils changent de politique. D’ici là, voici quelques possibilités qui peuvent survenir,

IRAK, est-ce que le président Obama va maintenir sa politique de retrait des troupes de combat au cours des seize prochains mois et de toutes les troupes, pour la fin 2011 ? Actuellement le rythme se ralentit et le calendrier est révisé sous la pression du commandement militaire sur le terrain. Les Sunnis poursuivent leur lutte armée contre le gouvernement Malaki pour qu’il leur fasse de la place dans l’organisation politique et sécuritaire du pays. Mais le président Obama soutient qu’il ne fait qu’ajuster à la marge le plan prévu. Pronostic, SITUATION FRAGILE.

AFGHANISTAN, est-ce que l’augmentation des troupes américaines contribuera à l’escalade du cauchemar, ou réussira à vaincre les Talibans ? 21,000 soldats et experts de plus sont actuellement en route. Les pertes civiles augmentent amenant le président Karzaï à s’en plaindre. Il y aura de plus en plus d’incarcérations préventives d’Afghans. L’augmentation des morts américaines au combat sera aussi en augmentation ; on en compte six cents en ce moment. Les Talibans vont ajuster leur stratégie et étendre leurs attaques de façon à obliger les troupes américaines à se disperser. Pronostic, ÉPAISSEMENT DU CAUCHEMAR !

PAKISTAN, la politique américaine a poussé Al-Quaïda HORS de l’Afghanistan vers les zones tribales du Pakistan. La CIA y a aussi multiplié les attaques par drones et presque poussé ainsi l’armée pakistanaise financée par les États-Unis, dans la contre insurrection. Ces interventions ont soulevé la rage de la population contre cette politique américaine. Pronostic, EXPANSION DE LA GUERRE AU PAKISTAN AVEC AUGMENTATION DES MANACES À LA SÉCURITÉ DES ÉTATS-UNIS.

IRAN, avec ou sans l’appui des Etats-Unis, Israël peut décider d’attaquer l’Iran au cours de la prochaine année. Cela aura des conséquences incalculables sur l’Irak et l’Afghanistan notamment. Pronostic, CRISE INTENSIFIÉE.

GLOBALEMENT, les Etats-Unis ne réussiront pas à augmenter l’implication de troupes étrangères en Afghanistan et au Pakistan, que ce soit d’Europe ou d’ailleurs. Cela forcera une politique de négociations pour arriver à une fin non militaire du conflit. Pronostic, OBAMA EST TOUJOURS POPULAIRE, LES ÉTATS-UNIS TOUJOURS AUSSI ISOLÉS !

PRIORITÉS BUDGÉTAIRES, les investissements dans les guerres vont sérieusement affaiblir les possibilités de mettre en action les autres priorités intérieures de l’administration : l’assurance maladie, l’éducation et le développement des énergies alternatives. Pronostic, ENCORE UNE FOIS ÉCHEC DE LA POLITIQUE « DES FUSILS ET DU BEURRE EN PLUS ! »

Mots-clés : International

Sur le même thème : International

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...