Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie québécoise

COVID-19 - « Plus les gens ont besoin d'argent, plus les banques en profitent ! » dénonce Vincent Marissal

MONTRÉAL, le 3 avril 2020 - Alors que les gens se tournent vers le crédit comme bouée de sauvetage, le porte-parole de Québec solidaire en matière de justice fiscale, Vincent Marissal, croit qu’il est temps de contraindre les institutions financières à donner de l’oxygène à leurs clients. Les mesures annoncées par Desjardins ne sont qu’un premier pas bien modeste et les banques ne montrent aucun signe de vouloir faire leur part.

« Tout le monde fait des sacrifices, sauf les institutions financières. Quand les gens n’ont plus d’argent, ils se servent de leur carte de crédit pour payer l’épicerie et les factures. Pour des dizaines de milliers de nouveaux chômeurs, l’endettement n’est pas un choix, c’est une nécessité. Continuer de charger des intérêts dans de telles circonstances, c’est carrément profiter de la misère du monde ! » martèle M. Marissal.

Québec solidaire propose de contraindre les institutions financières à poser les gestes suivants :

- Annuler les intérêts chargés sur les cartes de crédit, les découverts et les autres produits de prêts pour la période en cours, un congé renouvelable tant que la crise sanitaire perdure. La baisse des taux d’intérêt annoncée par Desjardins est insuffisante : de leur côté, les grandes banques canadiennes continuent d’accumuler des intérêts allant jusqu’à 30% sur les soldes impayés. À l’heure actuelle, la seule mesure annoncée par les banques, le report des paiements hypothécaires, leur permet d’accumuler plus d’intérêt sur le solde.

- Accorder un congé de frais de service à leurs clients jusqu’à la fin des mesures sanitaires. Comme l’argent comptant n’est plus accepté dans les commerces, leurs clients sont forcés de faire plus de transactions qu’à l’habitude et de souscrire à des forfaits plus chers.

« Année après année, les institutions financières font des profits record grâce à leurs clients. Maintenant que leurs clients ont besoin d’aide, elles jouent aux abonnés absents. Lorsque leur gourmandise va causer une crise de l’endettement des ménages, on va s’en rappeler. En attendant, si les banquiers sont incapables de faire preuve de compassion par eux-mêmes, les gouvernements ne devraient pas se gêner pour leur serrer la vis », conclut le député de Rosemont.

En 2019, les six grandes banques canadiennes ont empoché un bénéfice record de 45 milliards de $.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Economie québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...