Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

COVID-19 : travailleuses et travailleurs du communautaire ignoré.e.s - Des syndicalistes tapissent d'affiches l'entrée principale de la Direction régionale de santé publique de Montréal (STTIC-CSN)

MONTRÉAL, le 28 avril 2020 - Des membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire (STTIC-CSN), à bout d’être ignorés par leur principal bailleur de fonds, soit la Direction régionale de la santé publique, font une action de visibilité en placardant l’entrée principale de leur édifice situé sur la rue Sherbrooke E. à Montréal. Sur les affiches, le Syndicat dénonce le silence de la DRSP et lui rappelle ses 10 revendications.

Le Syndicat a reçu dans la nuit du 26 au 27 avril 2020 ce texte anonyme et ces photos des travailleuses et travailleurs et souhaite vous le partager pour que vous puissiez ressentir leur colère :

« On est en tabarnak.

Hier soir, nous sommes allé-e-s rappeler à la DRSP les revendications que le Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire (STTIC-CSN) leur a fait parvenir il y a presque un mois. Ces revendications avaient été envoyées aux directions d’organismes syndiqués STTIC-CSN, si certaines ont répondu avec bienveillance, d’autres se sont contentées d’un mince accusé de réception tandis qu’une n’a même pas daigné répondre.

La DRSP, qui est notre principal bailleur de fonds, qui depuis le début de la crise a démontré l’étendue de ses pouvoirs, qui est en contact régulièrement avec nos boss, n’a même pas donné signe de vie aux travailleuses et travailleurs du terrain. On se retrouve encore pris entre nos boss pis la DRSP qui s’échangent la responsabilité pour nos conditions de travail et celles des gens que nous accompagnons. C’est frustrant, ça nous met en colère, mais en même temps, ça vient confirmer ce que nos collègues pis nous-mêmes on soupçonne : l’État pis la DRSP nous considèrent comme du cheap labor.

À quelques jours du 1er mai, on a donc décidé de rappeler à la DRSP qu’on existe en allant tapisser leurs vitres des revendications du STTIC-CSN :

1- Approvisionnement continu en matériel de protection et formation pour son utilisation

2- Support clinique et psychosocial aux équipes

3- Consultations des employé-e-s dans la mise en place des mesures préventives

4- Maintien des salaires en cas d’infection au COVID-19

5- Bonification de la banque de journées personnelles/mobiles pour prévenir le burnout

6- Maintien des salaires pour les employé-e-s permanent-e-s et les occasionnel.le.s en cas de réduction ou fermeture des services

7- Ajustement des salaires des pair-e-s-aidant-e-s

8- Bonification de 15% du salaire pour les risques

9- Maintien des conventions collectives

10- Application de ces mesures aux ressources non-représentées par le STTIC-CSN

Solidarité avec toutes les travailleuses et travailleurs qui luttent pour leurs conditions ! »

« On le sent sur le terrain : les travailleuses et travailleurs du communautaire en ont assez d’être ignorés par le gouvernement et ses institutions. Cette crise sanitaire leur fait prendre conscience qu’être ignoré a ses crisses de limites et qu’il faut passer à l’action. La démonstration d’hier en est un bel exemple. », explique Yannick Gingras, président du STTIC-CSN.

À propos du STTIC-CSN et de la FSSS-CSN

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire représente plus de 200 membres répartis dans sept organismes communautaires soit Cactus Montréal, Spectre de rue, RÉZO, le RAPSIM, Dans la rue, Montréal Autochtone et Plein Milieu. Il fait partie de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés.

Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire (STTIC-CSN)

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs en intervention communautaire représente plus de 200 membres répartis dans sept organismes communautaires soit Cactus Montréal, Spectre de rue, RÉZO, le RAPSIM, Dans la rue, Montréal Autochtone et Plein Milieu. Il fait partie de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) qui compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...