Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Conditions de travail inacceptables dans le secteur de la santé - Large appui de la population aux revendications de la FSQ-CSQ

MONTRÉAL, le 9 févr. 2021 - Deux jours après avoir annoncé qu’elle rejette l’offre globale de règlement du gouvernement, la Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), rend public un sondage CROP qui confirme que ses membres infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes bénéficient d’un très large appui de la population.

En effet, alors que la présidente de la FSQ-CSQ, Claire Montour, dénonce l’absence de reconnaissance du gouvernement Legault envers les travailleuses et travailleurs de la santé, presque l’ensemble des Québécoises et Québécois interrogés, soit 93 %, considère que le personnel de la santé a mis sa santé et sa sécurité à risque depuis l’éclosion de la pandémie.

Une surcharge de travail qui inquiète 87 % de la population

Autre donnée significative en faveur des préoccupations manifestées par la FSQ-CSQ, 87 % des personnes interrogées se disent très ou assez inquiètes de la surcharge de travail et de l’épuisement professionnel des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes. Des problèmes graves pour la solution desquels le gouvernement ne propose rien de concret à la FSQ-CSQ dans le cadre de ses négociations.

Une proportion de 64 % des répondantes et répondants au sondage est d’avis que le gouvernement Legault doit prioriser l’amélioration des conditions de travail du personnel pour enrayer la pénurie de main-d’œuvre qui affecte le réseau public de santé. Plus précisément, 93 % des personnes interrogées sont d’accord pour que le gouvernement fasse de l’instauration d’un ratio personnel-patients sa priorité, même en sachant que cela nécessite des investissements supplémentaires.

Une majorité d’appuis aux moyens de pression

Dans le même ordre d’idées, 89 % pensent que le gouvernement devrait aussi investir davantage en santé pour lutter contre le temps supplémentaire obligatoire.

Par ailleurs, en cas de refus du gouvernement d’améliorer les services aux patients et de bonifier les conditions de travail du personnel en santé, près de 60 % indiquent soutenir les moyens de pression des travailleuses et travailleurs dans le secteur de la santé.

Un encouragement pour les membres et une mise en garde au gouvernement

Commentant les résultats de ce sondage, la présidente de la FSQ-CSQ le reçoit comme un grand message d’encouragement et de reconnaissance de la population envers ces milliers d’infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes qu’elle représente et qui sont obligées de se battre contre un gouvernement qui s’entête à vouloir perpétuer leurs conditions de travail inhumaines.

« Ce sondage confirme que la grande majorité de la population est derrière nous et qu’elle joint sa voix à celle de nos membres, qui pressent le premier ministre, François Legault, et la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, de nous soumettre des propositions qui amélioreront réellement nos conditions de travail. Les travailleuses et les travailleurs de la santé subissent et endurent depuis des années l’inacceptable dans leurs milieux de travail, et aujourd’hui on dit qu’assez, c’est assez ! Que ce gouvernement assume ses responsabilités et prenne les moyens qui s’imposent pour que ça change maintenant », somme la présidente de la FSQ-CSQ, Claire Montour.

Un gouvernement qui doit cesser de se cacher derrière la pandémie

Même attitude ferme du côté de la présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Sonia Ethier, qui assure les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes membres des syndicats de la FSQ-CSQ qu’elles peuvent compter sur l’appui de la CSQ et de ses 200 000 membres dans leur négociation avec le gouvernement du Québec.

« Le premier ministre et la présidente du Conseil du trésor se comportent avec le personnel de la santé comme ils le font avec les travailleuses et les travailleurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur. Les besoins sont criants partout, mais ils refusent de les voir et préfèrent se cacher derrière la pandémie pour ne pas régler les problèmes. C’est totalement irresponsable de leur part, et il faudra bien que tôt ou tard ils assument leurs responsabilités parce que nos membres ne renonceront pas à revendiquer des améliorations à leurs conditions de travail et aux services à la population », conclut la présidente de la CSQ, Sonia Ethier.

Pour consulter les données du sondage, cliquer ici.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...