Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

D’Israël à la Russie, les occupants refont l’ordre du monde

Un peu plus d’un mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Israël reste très discret sur la question de la guerre. Si le gouvernement a publié un certain nombre de déclarations modérées en soutien aux Ukrainiens, il a refusé les demandes de soutien militaire de Kiev tout en essayant de maintenir de bonnes relations avec la victime et l’agresseur, permettant ainsi au Premier ministre Naftali Bennett de servir d’intermédiaire occasionnel entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelenskyy.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Selon le récit officiel, Israël doit maintenir un certain niveau de neutralité dans ce conflit par égard pour la population juive de Russie, qui compte environ 180 000 personnes, et pour permettre à Israël d’attaquer librement des cibles militaires au cœur de la Syrie, avec l’approbation de Moscou (la violation répétée de la souveraineté syrienne est considérée comme un fait acquis par Israël, bien que ce soit précisément ce type de violation que le monde tente actuellement de faire cesser en Ukraine).

En vérité, cependant, les intérêts israéliens dans cette guerre dépassent largement ces considérations à court terme et résident dans des questions plus profondes de lois et de normes internationales. Alors que la plupart des gouvernements occidentaux dénoncent la Russie pour son attaque brutale contre un pays voisin, Israël a un problème inhérent à s’exprimer clairement contre l’occupation de la terre et de la souveraineté d’un autre peuple. Il ne peut pas adhérer sans réserve aux sanctions contre la Russie ou dénoncer ses crimes de guerre tout en menant une campagne diplomatique contre le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions dirigé par les Palestiniens, ou contre les procédures devant la Cour pénale internationale concernant les crimes présumés commis dans le cadre de l’occupation militaire israélienne.

La guerre en Ukraine oblige la communauté internationale à réfléchir aux conséquences de l’autorisation donnée aux pays puissants de défier ouvertement le droit international sans être sanctionnés. C’était le cas avec les occupations américaines de l’Afghanistan et de l’Irak ; c’est le cas avec les guerres actuelles en Syrie, au Yémen et en Éthiopie ; et c’est le cas avec l’occupation israélienne qui dure depuis 55 ans. C’est ce moment potentiel de jugement qu’Israël essaie d’éviter, parce qu’il reconnaît qu’il pourrait être considéré comme une autre Russie.

Israël sait depuis longtemps que pour éviter d’être tenu responsable de ses crimes contre les Palestiniens, il a besoin d’alliés politiques forts. Dans l’ordre mondial actuel, la pression la plus efficace sur Israël devrait venir de l’Occident – mais nous en sommes encore très loin, car les États-Unis et l’Europe ont surtout facilité plutôt qu’inhibé les actions d’Israël. Néanmoins, la crainte que les opinions sur Israël ne commencent à changer en Occident a incité l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu à consacrer une grande partie de la dernière décennie à la formation d’une alliance de gouvernements de droite et autoritaires, dont le Brésil, la Hongrie, l’Inde, la Chine, les Philippines et, bien sûr, la Russie.

Dans une tentative d’offrir une alternative à la démocratie libérale et au droit international, Netanyahou voulait s’assurer que si Israël était un jour sanctionné par les puissances américaines ou européennes, il aurait des marchés et des fournisseurs auxiliaires qui ne se donnent même pas la peine de respecter du bout des lèvres – comme le fait l’Occident – les droits des Palestiniens. Le dernier des triomphes de Netanyahou dans ce domaine, facilité par le président Donald Trump, a été la signature des accords d’Abraham, ajoutant les États arabes du Golfe à la longue liste des pays autoritaires qui choisissent Israël plutôt que les Palestiniens. Ce réalignement régional a été pleinement exposé dimanche, lorsqu’Israël a accueilli des dirigeants des Émirats arabes unis, de Bahreïn, d’Égypte et du Maroc lors du sommet dit du Néguev.

Cet axe antilibéral a survécu à Netanyahou, et maintenant, alors que le gouvernement Bennett-Lapid refuse de condamner la Russie, il opère avec le même objectif et les mêmes loyautés à l’esprit.

C’est également dans ce contexte que s’inscrit la récente vague de rapports reconnaissant la nature du régime d’apartheid d’Israël, des années après que les Palestiniens et les activistes sud-africains l’aient fait. Rien qu’au cours des deux dernières années, ces rapports ont été rédigés par les groupes israéliens de défense des droits de l’homme Yesh Din et B’Tselem, par les organisations internationales Human Rights Watch et Amnesty International et, cette semaine encore, par le rapporteur spécial des Nations unies sur les territoires palestiniens occupés.

On peut soutenir que le point de bascule central de ces rapports se trouve dans la décision israélienne, enhardie par la nouvelle alliance illibérale, de s’opposer ouvertement à la solution à deux États, en paroles comme en actes. Alors qu’il y a dix ans, l’ordre international fondé sur des règles exigeait que Nétanyahou se montre au moins favorable à cette solution du bout des lèvres (comme dans son discours de 2009 à Bar Ilan), en 2020, l’existence du nouvel axe autoritaire a permis au Premier ministre d’avancer publiquement vers l’annexion formelle de larges pans de la Cisjordanie.

Ici aussi, l’héritage de Netanyahou se perpétue avec ses successeurs : Lapid et Bennett déclarent régulièrement qu’il n’y aura pas de négociations avec l’Autorité palestinienne au-delà de la sécurité et de la coordination économique, et que si Israël ne fera pas pression pour une annexion de jure, ils considèrent le « statu quo » de l’occupation, du siège et de l’apartheid comme la base d’une solution à long terme.

Pendant trois décennies, Israël a pu repousser les critiques internationales en utilisant la piètre excuse des « pourparlers de paix », tout en consolidant sa domination sur les Palestiniens sur le terrain et en procédant à une annexion de facto de leurs terres. Le projet Netanyahou visait à saper l’ordre juridique mondial au point de pouvoir enlever le masque d’Israël sans en payer le prix. Comme l’a dit l’ancien Premier ministre lui-même, « Ils [le monde] deviendront plus comme nous que nous ne deviendrons comme eux. » La grande tragédie est qu’il avait raison. Et maintenant, alors qu’Israël choisit de garder le silence sur l’occupation de l’Ukraine, il le fait pour s’assurer qu’« ils » continuent à nous ressembler.

Haggai Matar

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

+972, 27 mars 2022

Haggai Matar

Collaborateur du site À l’encontre.

Auteur de l’article "Manifestations de masse contre les mesures d’austérité en Israël"

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...