Édition du 25 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Début des négociations 2020 en éducation - C'est au tour du gouvernement de donner son 110 % (FSE-CSQ)

QUÉBEC, le 16 janv. 2020 - À l’occasion de la première rencontre de négociations sectorielles qui se tient ce matin entre les représentants du gouvernement et ceux du réseau scolaire de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), une centaine de membres de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), de l’Association provinciale des enseignantes et des enseignants du Québec (APEQ-QPAT), de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) et de la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE‑CSQ) ont manifesté de façon visible et originale sur le thème du hockey pour appuyer leurs équipes de négociation respectives. D’ailleurs, l’ensemble du personnel du réseau scolaire de la CSQ porte aujourd’hui le chandail « Faut que ça change maintenant ! » pour marquer le coup d’envoi des pourparlers.

Les représentantes et représentants du réseau scolaire ont tenu une partie de hockey symbolique et animée au Parc de l’Amérique‑Française pour signifier au gouvernement que les échanges commençaient. Ils ont aussi offert du café aux passants et curieux qui étaient sur place pour l’occasion. Il est clair pour l’ensemble des représentants syndicaux que le personnel de l’éducation porte l’école à bout de bras et est à bout de ressources depuis trop longtemps déjà, et qu’il faut que ça change maintenant.

« Si la pénurie de profs est le plus grand défi de 2020 en éducation, comme le dit le ministre Roberge, on se serait attendus à plus de sérieux de sa part, au moins à ce qu’il respecte ses propres engagements en matière salariale. Nous ne voulons pas d’hypothèses discutées dans des forums où l’ingérence de tout un chacun serait permise dans notre contrat de travail. Nous avons déjà fait nos devoirs et nous voulons des solutions concrètes pour répondre aux besoins des enseignants épuisés, pour les garder en poste et pour attirer la relève. Et nous voulons que ces changements soient négociés aux tables sectorielles, là où ça doit l’être. Ça commence aujourd’hui, et nous voulons que la discussion permette d’avancer », a rappelé Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ.

« Alors qu’on nous avait demandé d’être créatifs et novateurs, la partie patronale nous a servi le même réchauffé de récupérations inacceptables qu’en 2015. À croire qu’il n’y a pas eu de changement de gouvernement depuis ce temps. Pourtant, nous mettons au jeu des pistes de solutions porteuses et intéressantes qui allègeront la tâche des enseignants et pour leur donner la reconnaissance tant attendue, notamment une majoration salariale et une composition plus équilibrée de leur classe », a ajouté Heidi Yetman, présidente de l’APEQ-QPAT.

« Imaginez la vie des élèves et de leurs parents s’il n’y avait pas de secrétaires d’école, d’éducatrices spécialisées, d’éducatrices en service de garde, de concierges ou même de chauffeurs d’autobus. Le personnel de soutien scolaire fait partie intégrante de l’éducation, et le gouvernement doit le reconnaître en nous offrant de meilleures conditions de travail, des emplois à temps complet, des salaires décents en plus de chercher des solutions pour pallier la pénurie de main-d’œuvre actuelle », affirme Éric Pronovost, président de la FPSS‑CSQ.

« Le gouvernement a de graves problèmes à recruter des joueurs en ce qui concerne le personnel professionnel. Nos membres ont le choix entre plusieurs ligues et, avec les offres patronales qui sont sur la table en ce moment, les commissions scolaires deviendront un choix de troisième ronde. Il faut attirer les meilleurs joueurs auprès des élèves avec des conditions et des salaires compétitifs. Le gouvernement patine seul, il doit passer la rondelle aux professionnels de l’éducation pour leur permettre de compter des buts tous ensemble et ainsi changer l’issue du match. L’avenir des élèves est plus qu’un jeu », a conclu Jacques Landry, président de la FPPE-CSQ.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...