Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Des employé-es d'Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

MONTRÉAL, le 20 janv. 2023 - Harcèlement, mesures disciplinaires injustifiées, montants d’argent offerts en échange du retrait des plaintes déposées à la CNESST lors d’accidents de travail, congédiements à la suite d’arrêts de travail pour cause de lésions professionnelles, ingérence patronale dans la campagne de syndicalisation en cours… Les pratiques ayant cours dans les entrepôts d’Amazon dans la région montréalaise vont complètement à l’encontre du Code du travail et de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, déplorent la CSN et le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI).

Des employé-es d’Amazon ont rencontré les médias, ce matin, pour témoigner des multiples représailles qu’ils ont subies après avoir exercé des recours tout à fait légaux auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ou pour avoir contribué à la création d’un syndicat pour les travailleuses et les travailleurs.

Alors que la CSN appuie activement la campagne de syndicalisation en cours, son vice-président, David Bergeron-Cyr, a fortement condamné les agissements de la multinationale. « On a vu Amazon agir aux États-Unis, on savait que la campagne serait difficile. On est face à l’un des pires employeurs de la planète. Depuis le printemps et tout au long de l’automne, Amazon a placardé ses espaces entrepôts d’affiches antisyndicales, a fait parvenir de nombreuses missives, par texto, à l’ensemble de ses employé-es pour les inciter à rejeter la syndicalisation. Une vraie campagne de peur. Ils ont fait venir des cadres de partout en Amérique du Nord pour s’entretenir avec les employé-es. On savait qu’Amazon serait prêt à tout pour contrer la syndicalisation de ses employé-es. »

Même son de cloche du côté du CTI, qui assiste des employé-es d’Amazon dans leurs démarches juridiques auprès des instances appropriées. « On était bien conscients qu’Amazon faisait tout pour se soustraire à l’obligation de déclarer chaque accident de travail à la CNESST ou encore pour contester chaque réclamation », a déclaré Mostafa Henaway, organisateur communautaire au CTI. « Mais d’apprendre aujourd’hui que des mesures sont prises à l’encontre des accidenté-es du travail qui exercent leur droit légal à des compensations et un sain rétablissement, d’apprendre que certains d’entre eux se voient promettre de l’argent par Amazon si leurs plaintes à la CNESST sont retirées, d’apprendre qu’Amazon va jusqu’à congédier des employé-es ayant osé faire une réclamation à la suite d’un accident de travail, ça dépasse l’entendement. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...