Édition du 24 mars 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écologie

Éloge de la rupture

La survie de la planète est en jeu et par conséquent la nôtre. Nous fonçons droit dans le mur. Il nous reste quelques années devant nous pour effectuer le virage de bord nécessaire. Et pourtant nous semblons attendre une catastrophe majeure à l’échelle planétaire avant de réagir. L’idée d’un changement volontaire dans notre façon de penser et notre façon de vivre ne semble pas nous effleurer. Si on se contente de mettre nos boîtes de conserve vides dans un bac vert ou de construire un tramway à Montréal dans vingt ans, on ne sera malheureusement plus là pour le voir…

La seule solution est de rompre dès maintenant avec notre façon de penser et de faire. Quand on parle de rupture, on ne parle plus de réformer, de faire des petits changements au jour le jour. On parle d’un virage radical dès maintenant. On parle de penser autrement, de vivre autrement dès maintenant. La vie quotidienne autant dans la famille qu’au travail ne serait plus la même et viserait en premier lieu à établir un équilibre et une harmonie chez l’humain et dans les relations entre les humains en cessant de courir et dans le respect de notre planète. Il ne s’agit plus d’une Journée sans voitures une fois par année mais de laisser sa voiture à la maison chaque jour pour prendre le transport en commun. Il ne s’agit plus d’une Journée de la terre où nous nous préoccupons de notre planète mais d’en prendre soin chaque jour. Il ne s’agit plus de se donner bonne conscience lors de ces journées et de vivre de la même façon le lendemain.

Il ne s’agit plus pour un parti vert d’être un peu plus vert que les autres, ou d’un parti de gauche d’être un peu plus à gauche que les autres. Il ne s’agit plus de proposer des changements à la pièce mais de dire aux gens que s’ils votent pour nous, ils ne pourront plus vivre de la même façon le lendemain. Sinon qu’ils votent pour d’autres. Quelques exemples. Si on nous élit, les voitures en vente seront limitées à 100kms/heure, et ce pour protéger les vies humaines, économiser l’essence et protéger l’environnement. Si on nous élit, les gens iront travailler obligatoirement en transport en commun sauf dans des cas particuliers.

Les parents travailleront trois jours semaine pour en passer quatre avec leurs enfants et s’impliquer pour transformer la société. Le salaire minimum sera haussé à 12$ l’heure ; les gens plus riches et les entreprises seront plus imposés pour soutenir les personnes démunies. Le système de santé axé sur soigner la maladie sera transformé en une organisation de la santé prônant le maintien d’un sain équilibre de vie et des soins axés sur le rétablissement de l’équilibre émotionnel et physique de l’individu. Les humains, piétons et cyclistes seront priorisés dans les villes et les voitures tolérées sur certaines rues. Les pesticides et engrais chimiques seront bannis de l’agriculture. Les usines ne devront émettre aucune pollution. L’économie sera mise à contribution pour produire des biens utiles et durables respectueux de l’environnement, et l’acheminement de biens se fera principalement en direction des gens vivant dans les pays en voie de développement et des gens démunis dans les pays développés, car ici, majoritairement, nous n’avons plus besoin de rien..

Pour ceux et celles qui qualifieraient mes propos de pelletage de nuage, je leur demanderais s’ils préfèrent continuer à suivre les grands financiers de ce monde, dont nous sommes souvent les admirateurs sinon les complices en agissant comme eux à plus petites échelle. N’est-il pas de plus en plus évident qu’ils nous mènent tous à notre perte sur le plan de l’environnement et de l’économie avec la course effrénée à l’argent et au pouvoir ? Avons-nous encore envie de vivre ou de crever, sans penser à nos enfants et nos petits enfants ?

Mots-clés : Écologie Québec
Yves Chartrand

Intervenant social
Montréal

Sur le même thème : Écologie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...