Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

En Grèce, mobilisation dans l'éducation face à la gestion calamiteuse de la pandémie

Malgré la propagande sur la maîtrise de la pandémie par l’infaillible (!) Premier ministre Mitsotakis, la réalité en Grèce, c’est une situation très grave : la semaine dernière, le nombre quotidien de morts a dépassé plusieurs fois 100, et les hôpitaux sont laissés sans moyens, le ministre de la Santé Plevris, militant d’extrême droite, ayant visiblement dans ses plans de profiter du Covid pour offrir le secteur de la santé au privé.

17 février 2022 | tiré du site de la Gauche anticapitaliste
https://www.gaucheanticapitaliste.org/en-grece-mobilisation-dans-leducation-face-a-la-gestion-calamiteuse-de-la-pandemie/

De manière générale, ce refus de renforcer l’hôpital public, avec des arguments comme « À quoi servirait de recruter alors que dans trois mois l’épidémie sera finie ? », s’inscrit dans un ultra-libéralisme misant en fait sur l’immunité collective, politique se traduisant par des chiffres impressionnants de contaminations… et par une colère massive des agentEs hospitaliers.

UNE ÉCOLE EN SOUS-FONCTIONNEMENT

Et depuis deux semaines — la rentrée scolaire a eu lieu le 10 janvier — c’est dans le secteur éducatif que cette politique est à l’œuvre, alors que les chiffres étaient connus : si le 1er janvier 13 % seulement des contaminés étaient des jeunes, 10 jours plus tard, ils en représentaient le tiers, avec arrivée d’Omicron et ses effets contagieux. D’où un premier mouvement large, début janvier, réclamant le report de la rentrée.

Refus de la ministre Kéraméos, qui se vante de vouloir garder les écoles ouvertes, un air connu ! Et alors que, le lundi 10 étaient absents 6 900 enseignantEs et entre 20 et 30 % des élèves, le protocole maintenu est celui de fermeture d’une classe seulement pour 50 % de cas + 1 ! Résultat : entre le 10 et le 19 janvier, on a recensé 46 250 contaminations de jeunes (1 à 17 ans), 70 à 80 000 en réalité d’après les spécialistes, et une école en sous-fonctionnement, avec bien des angoisses des élèves, la course aux notes empirant avec cette ministre qui a instauré une mesure couperet en fin de lycée (20 000 jeunes ont été empêchés d’entrer à l’université).

POUR LE DROIT À LA SANTÉ ET À L’ÉDUCATION

Face à cette obstination, les élèves, les enseignantEs et les parents d’élèves ont réclamé la fourniture de masques, et surtout insisté sur l’urgence de revendications permanentes :

– réduction du nombre d’élèves à 15 par classe (dans les grandes villes, ils sont souvent une trentaine) ;

– recrutement des enseignantEs indispensables : en temps normal, il en manque déjà 5 500 dans le primaire et 3 500 dans le secondaire. Réponse du ministère : 3 600 recrutements pour trois mois, et 1 200 jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Face à tant de mépris, la colère du monde éducatif s’est vite traduite par des mobilisations dynamiques : environ 400 établissements occupés, et deux journées nationales de manifestations bien déterminées, avec des mots d’ordre portant sur la santé et le droit à l’éducation, dont les jeunes savent à quel point c’est une bataille cruciale quand la Grèce est la championne européenne du chômage des moins de 25 ans (novembre 2021 : moyenne de l’UE 15,4 %, Grèce 39,1 %).

MALGRÉ LES OBSTACLES, LE COMBAT CONTINUE !

La seule réponse de Kéraméos pour l’heure, c’est la répression : interpellation de jeunes, ordre aux enseignantEs des établissements occupés d’assurer les cours à distance (mais consigne syndicale de refus), appel à la délation des enseignantEs solidaires, aucun allègement des programmes (gigantesques)… Même si les directions syndicales nationales refusent pour l’heure de lancer la grève, la mobilisation est croissante, d’autant que les mêmes problèmes se posent à l’université, sans oublier la perspective de voir bientôt y arriver les flics « en cours de formation » pour faire régner « l’ordre et la loi ». Et les étudiantEs étaient jeudi dernier dans les manifs !

Cette mobilisation, posant les problèmes de fond, doit être soutenue, face à la fuite en avant d’un gouvernement dont la seule réponse aux revendications est la répression, comme on le voit aussi avec la tentative digne des régimes totalitaires de criminaliser des journalistes d’investigation très connus, Kostas Vaxevanis et Yanna Papadakou.

Depuis Athènes, publié par l’Anticapitaliste.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...