Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique du Nord

Etats-Unis. La crise alimentaire est telle que les banques alimentaires commencent à rationner

Une famille états-unienne sur six avec des enfants n’a pas assez à manger en cette période de fêtes (fin novembre). Il s’agit d’une situation de détresse nationale exacerbée par la pandémie de coronavirus et la crise du chômage qu’elle a engendrée. Ces derniers jours, des reportages remarquables, notamment dans le Washington Post et le National Geographic, ont enquêté sur cette dynamique alarmante.

Paru sur le site Alencontre
1 décembre 2020

Par Brett Wilkins

Selon Feeding America, la plus grande organisation de lutte contre la faim aux États-Unis, plus de 50 millions de personnes connaîtront l’insécurité alimentaire d’ici la fin de l’année. Parmi les enfants, ce chiffre s’élève à un sur quatre. Cette structure, qui gère un réseau de quelque 200 banques alimentaires à travers le pays, affirme avoir distribué plus d’un demi-milliard de repas rien que le mois dernier, soit une augmentation de 52% par rapport à un mois moyen avant la pandémie.

La dernière enquête du U.S. Census Bureau (Bureau américain du recensement) sur la pandémie, publiée au début du mois de novembre, a révélé que moins de la moitié des ménages avec enfants affirmaient être « très confiants » dans leur capacité de fournir suffisamment de nourriture à leur famille en décembre.

Comme c’est souvent le cas lorsqu’il s’agit de questions d’inégalité économique, les communautés noires, latinos et indigènes sont touchées de manière disproportionnée par la crise alimentaire. Parmi les 25 comtés américains connaissant la pire insécurité alimentaire, seuls quatre ont une population majoritairement blanche, tous situés dans les zones rurales du Kentucky. Les données du Bureau du recensement révèlent que 27% des ménages noirs et 23% des ménages latinos avec enfants ont déclaré ne pas avoir mangé suffisamment au cours de la semaine écoulée, contre seulement 12% des familles blanches.

« C’est une histoire de disparités raciales et ethniques – à la fois l’insécurité alimentaire et les effets de la pandémie de coronavirus », a déclaré Emily Engelhard, directrice générale de l’unité de recherche de Feeding America, au National Geographic. « Les populations et les zones géographiques qui au départ ont été le plus touchées par l’insécurité alimentaire sont celles qui sont le plus affectées » par la pandémie.

***

7 millions avec emploi mais avec baisse de salaire et du nombre d’heures payées ;
11,1 millions officiellement sans emploi ;
4,5 millions qui ont décroché de l’emploi ;
3,1 millions sans emploi mais classés de manière erronée comme actifs ou hors de la population active

***

« Les gens connaissent la faim comme jamais auparavant », a déclaré au National Geographic Trisha Cunningham, présidente de la North Texas Food Bank – où les voitures font la queue sur des kilomètres et où les gens dorment dans leur véhicule en attendant les boîtes de nourriture pour Thanksgiving. Le 14 novembre, sa journée la plus chargée jamais enregistrée, la North Texas Food Bank a fourni des provisions – dont 7000 dindes entières – à plus de 25’000 personnes.

Dans le nord-est de l’Ohio, la banque alimentaire du Grand Cleveland a prévu de distribuer 12’000 repas, soit une augmentation de 5000 repas par rapport à l’année précédente.

« Nous voyons maintenant des familles qui disposaient d’une épargne minimum mais elle a fondu. Ces familles sont au bout du rouleau », a déclaré Kristin Warzocha, présidente de la banque alimentaire du Grand Cleveland, au Guardian. « Nous allons faire cela pendant très longtemps, et c’est franchement terrifiant étant donné l’impact de la faim sur la santé physique, l’apprentissage et le développement des enfants, et le stress des parents. »

Dans la deuxième plus grande ville du Texas, la banque alimentaire de San Antonio distribue chaque jour huit semi-remorques remplies de nourriture, mais elle a quand même dû recourir au rationnement en raison de l’augmentation des besoins.

« Le Covid-19 a “pris” tellement de choses, les emplois des gens, leurs proches, et maintenant nous essayons juste de l’empêcher de prendre Thanksgiving », a déclaré le PDG de la San Antonio Food Bank, Eric Cooper, à CNBC. « Avant la pandémie, nous nourrissions environ 60’000 personnes par semaine, et maintenant nous en recevons environ 120’000… et la plupart d’entre elles sont nouvelles pour la banque alimentaire. Elles n’ont jamais eu à demander de l’aide auparavant. »

En effet, parmi les milliers de voitures qui se sont alignées avant l’aube sur le parking pour obtenir des repas gratuits de Thanksgiving au NRG Stadium de Houston le week-end dernier, il y avait plus que quelques marques de voiture de luxe.

« Je disais juste à ma mère : “Si tu vois des gens qui font la file en Mercedes ou autre, c’est fini” », a déclaré au Washington Post Randy Young, un cuisinier récemment licencié qui faisait la queue sur le stade avec sa mère âgée. « Si une personne qui conduit une Mercedes a besoin de nourriture, vous savez vraiment que c’est mal parti. » « Il est difficile de survivre », a déclaré Randy Young. « L’argent est rare. Pas d’emplois. Difficile de trouver du travail. »

Loudoun, en Virginie, est le comté le plus riche par habitant du pays, avec un revenu moyen des ménages d’un peu moins de 140’000 dollars. Pourtant, le Washington Post rapporte que Loudoun Hunger Relief a récemment distribué des repas à 887 ménages en une semaine, soit une augmentation de 300% par rapport à son activité pré-pandémique.

« Nous continuons à voir des gens qui n’ont jamais utilisé nos services auparavant », a déclaré Jennifer Montgomery, directrice exécutive de Loudoun Hunger Relief.

Dans la plus grande ville du pays, la présidente de la Food Bank for NYC (New York City), Leslie Gordon, a déclaré à France 24 que « même avant la pandémie, il y avait 1,5 million de résidents dans les cinq arrondissements qui ne savaient pas toujours d’où viendrait leur prochain repas ou de quoi il serait fait. Et cela a considérablement augmenté à près de 2 millions dans ces quartiers. »

« Dans tout le pays, la demande n’a pas diminué et les banques alimentaires font tout ce qu’elles peuvent pour s’assurer que les familles ont de la nourriture sur la table pour Thanksgiving », a déclaré Zuani Villareal, porte-parole de Feeding America, au Guardian. « Il n’y a pas de fin en vue, mais nous ne pouvons pas être la seule solution. »

Celia Call, PDG de Feeding Texas, a souligné au Washington Post que « sans une aide soutenue au niveau fédéral, nous aurons du mal à suivre » la demande. « Nous nous préparons au pire », a-t-elle ajouté.

Plusieurs élus progressistes ont tweeté l’article du Washington Post au cours des deux derniers jours. L’un d’entre eux, la députée Ro Khanna (démocrate, Californie), a déclaré que « le Congrès a le pouvoir de s’attaquer à cette crise » et a demandé « pourquoi ne le faisons-nous pas ? ». (Article publié sur le site Common Dreams, le 27 novembre 2020 ; traduction rédaction A l’Encontre)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique du Nord

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...