Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

FPPC-CSQ : un congrès marqué par l'ombre de la loi spéciale

MONTRÉAL, le 23 mai 2012 - La Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), a profité de la tenue de son dernier congrès pour réitérer sa dénonciation de la loi spéciale adoptée par le gouvernement Charest et pour réaffirmer la légitimité du mouvement étudiant.

Faisant le bilan du Congrès de la FPPC-CSQ tenu la semaine dernière à Matane, son président, M. Bernard Bérubé, explique que l’instance a été marquée par la loi spéciale.

« Il est évident que nos délégués étaient fort préoccupés par l’adoption de cette loi spéciale et ses conséquences. La loi n 78 a de graves répercussions et, à titre de représentants du personnel professionnel œuvrant dans des collèges, nous avons malheureusement l’impression qu’elle aura exactement l’effet contraire de celui recherché », anticipe M. Bérubé.

Un gouvernement enfermé dans son univers

Le président de la FPPC-CSQ ajoute que les personnes déléguées au Congrès étaient unanimes à exprimer de graves inquiétudes devant l’attitude adoptée par Jean Charest et son gouvernement depuis le début de cette crise, au mois de février dernier.

« Personne n’arrive à comprendre comment ce gouvernement a pu s’enfoncer aussi profondément dans l’aveuglement et l’entêtement jusqu’à continuer de croire, encore aujourd’hui, qu’il est sur la bonne voie pour dénouer l’impasse. Il y a quand même une limite à ce qu’un groupe d’individus — fussent-ils membres d’un même gouvernement — puisse nier si fortement la réalité qui l’entoure et s’enfermer aussi facilement dans son propre univers », commente M. Bérubé.

Agir avant le mois d’août prochain

M. Bernard Bérubé souhaite fortement que le premier ministre Jean Charest et son entourage reprennent rapidement contact avec la réalité afin d’être en mesure de faire des propositions pour une véritable sortie de crise.

« Cela fait près de cinq mois que le gouvernement pellette le dossier vers l’avant sans prendre le temps pour négocier sérieusement avec les étudiants. Pendant ce temps, la situation n’a fait que se dégrader et il est évident que ce sera encore pire au mois d’août, si aucune entente n’est intervenue d’ici là. Une vraie négociation doit être entreprise, ce qui veut dire que le gouvernement n’a pas d’autre choix que de revenir sur sa position, sinon nous n’en sortirons jamais », fait valoir le président de la FPPC-CSQ.

Le nouveau Conseil exécutif

Par ailleurs, les personnes déléguées présentes au Congrès ont également procédé à l’élection de leur nouveau Conseil exécutif. Il est composé de M. Bernard Bérubé, président (cégep Gérald-Godin), M. Philippe Bonneau, 1er vice-président (cégep Maisonneuve), M. Réjean Montpetit, 2e vice-président (cégep Saint-Jean-sur-Richelieu), Mme Caroline Maheu, trésorière (collège Ahuntsic) et Mme Nathalie Clusiau (cégep de Valleyfield).

Les personnes déléguées ont également convenu de revoir, au cours des prochains mois, leurs pratiques syndicales en s’inspirant, notamment, du mouvement étudiant et de tout ce qu’il a accompli depuis plus de quatre mois pour défendre ses droits.

Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ)

La Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ) représente les deux tiers du personnel professionnel des cégeps du réseau collégial, soit plus de 1 300 professionnelles et professionnels répartis dans 35 syndicats, dont environ 130 conseillères et conseillers d’orientation. Elle regroupe exclusivement du personnel professionnel de cégep.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...