Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Fermeture de bureaux et déshumanisation - Le SFPQ interpelle les partis politiques sur l'avenir des services de la fonction publique

QUÉBEC, le 22 sept. 2022 - Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) dénonce la fermeture inattendue des bureaux régionaux de différents ministères et organismes et demande aux partis politiques de se prononcer sur l’avenir des services directs offerts par la fonction publique. L’annonce récente de la Commission des normes de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de conserver seulement 8 huit bureaux ouverts sur les 28 bureaux au Québec semble se dessiner comme le nouveau modèle d’affaire du gouvernement du Québec, déplore le SFPQ qui représente le personnel de première ligne dans la fonction publique.

« La pandémie sert actuellement de prétexte à l’État pour ne pas rouvrir les bureaux fermés pour motifs sanitaires et ainsi poursuivre la déshumanisation des services offerts en personnes. Les politiciens de tous partis confondus doivent informer les citoyennes et citoyens des genres de services qu’ils entendent offrir à la population après le 3 octobre prochain. Les bureaux de l’État québécois deviendront-ils des coquilles vides forçant la population québécoise à se tourner vers les services en ligne ou téléphonique sans possibilité de rencontrer un être humain ? », questionne le président général du SFPQ, Christian Daigle.

Cette fermeture des bureaux de la CNESST s’ajoute aux 14 bureaux régionaux de Service Québec fermés à l’automne 2021. D’autres ministères et organismes comme Retraite Québec, Revenu Québec et la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) n’ont pas rouvert leurs bureaux à la population depuis leur fermeture durant la pandémie, constate le SFPQ. « Les files d’attente n’ont pas disparu, elles sont devenues invisibles sur Internet ou au téléphone. Il est maintenant extrêmement difficile d’accéder aux lignes téléphoniques dans les centres d’appels, en raison du manque de personnel et du volume très élevé des appels. Cette situation pénalise particulièrement les personnes âgées, les personnes à faible revenu et les personnes nouvellement arrivées au Québec qui sont les plus susceptibles d’avoir de la difficulté à accéder aux services en ligne. Est-ce cela que nos politiciennes et politiciens envisagent pour tous les services offerts par la fonction publique au Québec ? », demande monsieur Daigle.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...