Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Fonte de l'Artique : une arène clé pour la concurrence future entre grandes puissances

Donald Trump a fait les gros titres avec ses déclarations sur le Groenland, en août, ne vous y trompez pas. Ce n’était pas du trumpisme en action, mais ce que nous devrions tous commencer maintenant à appeler la Doctrine de Pompeo.

Photo et article tiré de NPA 29

La plupart des commentateurs ont considéré cette décision comme un exemple supplémentaire du comportement de plus en plus erratique du président.

Cependant, un examen plus approfondi de cet incident et des mesures administratives connexes suggère une interprétation tout à fait différente de ce qui se passe, avec une immense importan-ce pour la planète et même la civilisation humaine.

Sous l’impulsion de Mike Pompeo, la Maison-Blanche considère de plus en plus l’Arctique comme une arène clé pour la concurrence future entre grandes puissances, dont le prix ultime est une extraordinaire mine de ressources précieuses, dont le pétrole, le gaz naturel, l’uranium, le zinc, le minerai de fer, l’or, les diamants et les terres rares.

Ajoutez un autre facteur : personne dans l’administration ne mentionne les termes interdits de « changement climatique » ou « crise climatique », mais ils comprennent tous parfaitement que le réchauffement climatique est ce qui rend possible une telle ruée vers ces ressources.

Les changements climatiques modifient déjà radicalement la situation : les températures augmentent plus vite dans l’Arctique que partout ailleurs sur la planète, faisant fondre certaines parties de la calotte glaciaire polaire et exposant des eaux et des îles autrefois inaccessibles à un développement commercial.

Craignant que d’autres pays, dont la Chine et la Russie, ne puissent récolter les fruits d’un tel changement climatique, l’administration Trump a déjà lancé une campagne globale pour assurer la domination états-unienne dans cette région, même au risque de confrontations et de conflits futurs.

Le secrétaire Mike Pompeo et ses subalternes ne mentionnent jamais le terme changement climatique, mais chaque aspect de sa nouvelle doctrine est le produit de ce phénomène.

Le Conseil de l’Arctique, une organisation intergouvernementale pour les États dont le territoire se trouve au-dessus du cercle arctique (dont les cinq pays arctiques, la Finlande, l’Islande et la Suède). Se réunissant tous les deux ans.

Un tel forum est marqué, habituellement, par des déclarations anodines sur la coopération internationale et la bonne gérance de l’environnement. Or, le couvercle a été levé lors de la dernière réunion du Conseil de l’Arctique en mai 2019 lorsque Pompeo a prononcé un discours provocateur et martial qui mérite bien plus d’attention qu’il n’a eu à l’époque.

« Au cours de ses deux premières décennies, le Conseil de l’Arctique a eu le luxe de se concentrer presque exclusivement sur la collaboration scientifique, sur les questions culturelles et sur la recherche environnementale ». Mais nous n’avons plus ce luxe. Nous entrons dans une nouvelle ère d’engagement stratégique dans l’Arctique, avec de nouvelles menaces pour l’Arctique et ses ressources, et pour l’ensemble de nos intérêts dans cette région. »

Dans ce qui s’est avéré être un discours brutal, Pompeo a affirmé que nous étions maintenant dans une nouvelle ère dans l’Arctique. Parce que le changement climatique – une expression qui n’a jamais été prononcée par Pompeo, bien sûr – rend de plus en plus possible l’exploitation des vastes ressources naturelles de la région, une ruée pour en prendre le contrôle est mainte-nant officiellement en cours. Cette concurrence pour les ressources s’est instantanément empêtrée dans un affrontement géopolitique croissant entre les États-Unis, la Russie et la Chine, engendrant de nouveaux risques de conflit.

À mesure que l’humanité émet de plus en plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et que les températures mondiales continuent d’augmenter, la calotte glaciaire de l’Arctique va conti-nuer de se rétrécir.

L’exploitation des abondantes réserves de pétrole et de gaz naturel de la région en sera d’autant plus possible, ce qui entraînera une augmentation de la consommation de combustibles fossiles, un réchauffement accru et une fonte toujours plus rapide. En d’autres termes, la doctrine de Mike Pompeo est une conception pour une catastrophe.

Ajoutez à cette « exploitation » évidente de la planète la probabilité que la hausse des températures et l’augmentation des tempêtes rendent l’extraction de pétrole et de gaz dans certaines parties du monde de moins en moins viable.

De nombreux scientifiques croient maintenant que les températures estivales diurnes dans les régions productrices de pétrole du Moyen-Orient, par exemple, devraient atteindre 120 degrés Fahrenheit [49 degrés Celsius] moyenne d’ici à 2050, ce qui rendrait mortels les divers travaux humains à l’extérieur.

En même temps, des ouragans plus violents et d’autres tempêtes tropicales passant au-dessus des eaux toujours plus chaudes de l’Atlantique et du golfe du Mexique pourraient mettre en péril l’exploitation continue des plates-formes offshore (et d’autres zones de forage exposées à des tempêtes similaires).

À moins que l’humanité ne se soit convertie aux carburants de remplacement d’ici là, l’Arctique pourrait être considéré comme la principale source mondiale de combustibles fossiles, ne faisant qu’intensifier la lutte pour contrôler ses ressources vitales.

Peut-être qu’aucun aspect de la réponse de l’humanité à la crise climatique n’est plus diabolique que celui-ci.

Plus nous consommons de combustibles fossiles, plus nous modifions rapidement l’Arctique, ce qui favorise l’extraction de ces combustibles et leur contribution au réchauffement planétaire.

D’autres régions étant de moins en moins en mesure de soutenir une économie d’extraction de combustibles fossiles, une dépendance continue à l’égard du pétrole assurera la désolation du Grand Nord, autrefois vierge, qui se transforme en une arène pour un conflit brûlant et une catastrophe civilisationnelle.(Résumé)

(Article publié sur le site TomDispatch le 12 septembre 2019 ; traduction rédaction A l’Encontre)

http://alencontre.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...