Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Grève générale en Belgique : augmentation des salaires et blocage des prix de l’énergie

La Belgique ne fait pas exception à la vague de grèves de ce chaud automne social européen. La grève générale décidée par les trois organisations syndicales – la FGTB (Fédération générale du travail de Belgique) de tendance socialiste, la CSC (Confédération des syndicats chrétiens) démocrate-chrétienne et la CGSLB (Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique) libérale – est le produit de la rage sociale accumulée et fait suite à de nombreuses mobilisations antérieures.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Le 21 septembre dernier déjà un rassemblement syndical qui se voulait symbolique à Bruxelles s’était transformé en manifestation pour répondre à l’impatience des militant·e·s. La Grève générale du 9 novembre a paralysé le pays et a été un succès complet. La participation a été massive aussi bien dans les secteurs privé que public et, fait notable, les petits commerçants et nombre d’indépendants se sont joints aux travailleurs salariés.

Indexation des salaires et norme salariale

Alors que nombre de pays bénéficiaient, jusqu’aux années 1980, d’une indexation automatique des salaires liée à l’évolution des prix, la Belgique, en raison de la résolution et de la fermeté des organisations syndicales, a été un des rares pays (avec le Luxembourg et Malte) à conserver cette liaison des salaires, pensions et allocations sociales au coût de la vie. Les travailleurs sont très attachés à l’indexation qui a permis le maintien, même relatif, de leur pouvoir d’achat et a servi d’amortisseur social lors des dérèglements de l’économie [1]. Les organisations syndicales ont cependant dû en contrepartie du maintien de l’indexation concéder l’adoption d’une loi (loi de 1996) qui permet de fixer une norme salariale pour « sauvegarder la compétitivité des entreprises » par rapport à la France, l’Allemagne et les Pays-Bas et qui cadenasse de ce fait les augmentations salariales hors index. La « norme salariale », indicative à ses débuts, a été rendue ensuite impérative et a vu ses dispositions durcies en 2017 par le gouvernement de droite dirigé alors par Charles Michel [Président du Conseil européen depuis le 1er décembre 2019].

Dans un système de relations professionnelles très institutionnalisé, les représentants syndicaux et patronaux se réunissent tous les deux ans pour conclure pour tout le secteur privé une convention collective interprofessionnelle qui sert de cadre aux négociations sectorielles et d’entreprise. A de nombreuses reprises déjà la FGTB avait refusé de signer l’accord en raison de la marge de négociation dérisoire permise par la norme salariale et avait réclamé la suppression de la loi de 1996. Confrontées cette année à une marge salariale à négocier de 0% et à la hausse des prix du gaz et de l’électricité parmi les plus élevées en Europe, les trois organisations syndicales se sont rebiffées. La rage et l’impatience résultant de la détresse de très larges fractions du salariat ne leur laissaient d’autre possibilité que l’appel à la grève générale.

Les organisations syndicales, qui ne pouvaient accepter une telle impasse salariale, mettaient aussi en cause les aides gouvernementales insuffisantes pour faire face aux factures d’énergie des ménages et contestaient les mesures non ciblées en faveur des entreprises. En particulier la réduction indifférenciée des cotisations patronales était dénoncée comme un cadeau aux entreprises aux bénéfices plantureux au détriment des recettes de la sécurité sociale. Alors que les patrons se réfugiaient derrière la meilleure protection des salarié·e·s de Belgique en raison de l’indexation mettant en danger la compétitivité des entreprises, les syndicats insistaient sur le caractère partiel de cette protection. En effet, d’une part certains produits (comme les carburants) ont été sortis de l’index et d’autre part il existe un délai (variable selon les conventions sectorielles) entre l’augmentation des prix et sa traduction salariale. Si bien que l’index ne compense que partiellement l’augmentation des prix. De plus, le « saut d’index » [2] opéré par le gouvernement Michel en 2015 a entraîné une baisse structurelle des salaires. Si le système d’indexation constitue une protection appréciable pour les salarié·e·s, il n’empêche pas pour autant une diminution de leur pouvoir d’achat.

Le social aux commandes

Le succès de la grève générale met le gouvernement sous pression. Celui-ci, composé de l’alliance hétéroclite de sept partis, est déchiré par sa polarisation entre les libéraux (à droite) et les socialistes et écologistes (au centre gauche). Alors que les socialistes se disent favorables à la demande syndicale de rendre comme auparavant la norme salariale indicative, les libéraux au contraire subordonnent toute modification de la loi de 1996 à la suppression de l’indexation des salaires.

Les organisations syndicales reconnaissent la nécessité des mesures en faveur des petites et moyennes entreprises incapables de faire face à la hausse des prix de l’énergie. La position de l’organisation patronale (FEB-Fédération des entreprises de Belgique) qui refuse toute négociation salariale en assimilant aux petites et moyennes entreprises en difficulté les entreprises et secteurs qui distribuent des dividendes record aux actionnaires et accumulent des profits considérables est ressentie par les grévistes comme une provocation. Les socialistes, ligotés par leur accord avec les libéraux au gouvernement, ne paraissent pas en mesure d’obtenir l’assouplissement de la loi de 1996 ouvrant la voie à des négociations salariales dans les secteurs prospères. Tout au plus un compromis consistant à distribuer une prime aux salariés dans les secteurs enregistrant des profits substantiels paraît au mieux envisageable au sein du gouvernement. Il est douteux que les travailleurs, déjà échaudés par les « primes Covid » puissent se satisfaire d’un tel compromis. Les primes et chèques « one shot », largement pratiqués par les gouvernements pour apaiser la colère populaire, ne rassurent guère : salaire au rabais, les primes ne contribuent pas au montant des retraites ni au financement de la sécurité sociale et n’apaisent pas l’inquiétude qui pèse sur l’avenir des travailleurs et travailleuses. Un compromis sur des primes n’aurait pour effet que d’exacerber la colère populaire.

L’indexation automatique des salaires est une conquête qui permet de conserver, même imparfaitement, le pouvoir d’achat des salarié·e·s. Malgré les attaques incessantes du patronat et de la droite pour y mettre fin, le système résiste en raison de l’attachement indéfectible des travailleurs et travailleuses. Il s’agit là d’un avantage incontestable que les syndicats ont pu défendre en Belgique. En revanche, la loi de 1996 qui subordonne la négociation à la norme salariale conduit à la paralysie des négociations salariales. La grève générale de ce 9 novembre révèle l’ampleur de la crise sociale qui divise le pays. Dans un pays en crise profondément divisé et avec des formations politiques affaiblies et minées de l’intérieur, c’est désormais le social qui prend le dessus sur « le communautaire » [3].

La grève générale en Belgique s’inscrit dans un même mouvement de reprise des mobilisations sociales d’envergure au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Grèce… qui traverse l’Europe. Une configuration dans laquelle le mouvement syndical, jusqu’ici effacé et dominé par le politique, se retrouve au premier plan. L’horizon n’est pas saturé par la seule montée des forces populistes/nativistes d’extrême droite en Europe. La conflictualité sociale actuelle pourrait aussi ouvrir d’autres horizons.

[1] En Belgique l’indexation des salaires est profondément ancrée dans l’histoire ouvrière. Dans les années 1920 déjà, 13% des conventions collectives de travail prévoyaient un système d’indexation automatique des salaires.

[2] Lorsque l’indice-pivot (2%) est atteint, les salaires n’augmentent pas : c’est le « saut d’index ». L’indexation reprendra ensuite, une fois que les prix auront atteint une nouvelle hausse de 2%.

[3] Nom donné en Belgique à la division entre Flamands et Wallons.

Mateo Alaluf (12 novembre 2022)
Mateo Alaluf, professeur émérite de sociologie auprès de l’ULB. Auteur de l’ouvrage intitulé Le socialisme malade de la social-démocratie, Editions Page deux et Syllepse, 2021.


LIBÉRER LES SALAIRES, BLOQUER LES PRIX, CONTINUER LA LUTTE !

Par Gauche anticapitaliste | 08/11/2022 |

Nous publions ci-dessous le texte du tract que nous distribuerons à l’occasion de la grève de ce mercredi 9 novembre 2022. Pour la Gauche anticapitaliste, ce 9 novembre doit marquer le début d’une contre-offensive des travailleurs, des travailleuses et de nos organisations syndicales. Ne comptons que sur nos luttes !

LES PRIX EXPLOSENT, LA LOI DE 96 GÈLE NOS SALAIRES
Aujourd’hui nous sommes en grève parce que ça ne peut plus durer. D’un côté, l’inflation dépasse les 11%. Se chauffer, se loger, se nourrir, se déplacer, tout est de plus en plus cher. De l’autre, la loi de 1996 bloque nos salaires. La marge salariale imposée par le patronat et son gouvernement n’était déjà que de 0,4% jusqu’en 2022. Nous savons maintenant, suite au dernier rapport du Conseil central de l’Économie (CCE), ce que le patronat nous prépare : 0% jusqu’en 2024, voire les années suivantes si rien ne bouge. Un blocage des salaires réels pour des années ! C’est intenable !

L’INDEXATION DES SALAIRES EST ATTAQUÉE
En parallèle, le patronat mène un assaut contre l’indexation automatique des salaires. Il souhaite la fin de ce mécanisme, le seul à avoir permis de protéger un minimum nos paies. Le gouvernement de De Croo et Dermagne a déjà commencé le sabotage en offrant aux entreprises de ne pas payer de cotisations sociales sur les salaires indexés pour deux trimestres. C’est près d’un milliard d’euros en moins pour financer la sécurité sociale ! Un milliard d’euros en moins pour les soins de santé et les pensions. Dans son dernier budget, il s’attaque aussi aux crédits temps utilisés en majorité par des travailleuses !

LE CAPITAL NE CESSE DE S’ENRICHIR
Pourtant, les grands patrons et capitalistes, les actionnaires et autres multi-propriétaires ne connaissent pas la crise. Aucune mesure de limitation de leurs revenus – pourtant possible selon la même loi de 1996 – n’est sur la table ! Les patrons se plaignent de nos salaires ? Leurs profits atteignent des records. En 2021, les entreprises belges cotées en bourse ont réalisé un bénéfice de plus de 21 milliards €. La Banque nationale confirme que ce sera pareil pour 2022 : les marges des entreprises sont historiquement élevées. En même temps, leurs investissements baissent. Donc les entreprises s’accaparent toujours plus de la valeur créée par les travailleurs et travailleuses mais consacrent une part toujours plus faible à l’investissement. Elles veulent continuer à engraisser leurs actionnaires à nos dépens.

À CEUX D’EN HAUT DE PAYER POUR LEUR CRISE !
Le message est clair. Comme pour la crise du COVID19, le patronat veut faire des salaires, des conditions de travail et des emplois, les seules variables d’ajustement. Face à leur violence sociale, la grève de masse est notre meilleure réponse. Ce 9 novembre doit marquer le début d’une contre-offensive des travailleurs, des travailleuses et de nos organisations syndicales ! Les rares avancées sous ce gouvernement sont le fruit du rapport de force, ne comptons que sur nos luttes !

DÈS MAINTENANT, INITIONS DES ASSEMBLÉES SUR NOS LIEUX DE TRAVAIL, POUR UN PLAN D’ACTION SYNDICAL COMBATIF EN FRONT COMMUN :
Pour le blocage des loyers et des prix de l’énergie
Pour la suppression de la loi de 1996 qui bloque les salaires
Pour la protection, l’extension et l’amélioration de l’indexation automatique des salaires
Pour un impôt confiscatoire à 100% sur les surprofits des entreprises
Pour la socialisation du secteur de l’énergie et la planification écologique
Pour une vraie grève générale !

Mateo Alaluf

Mateo Alaluf est sociologue et historien, professeur à l’Institut de sciences du travail de l’Univerrsité libre de Bruxelles. Dernier livre paru : Le socialisme malade de la social-démocratie, Paris/Lausanne, Syllepse/Page 2, 2021.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...