Édition du 17 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Les Premières nations contre Coastal GasLink

Jeunesse autochtone pour Wet'suwet'en et alliés prennent l'espace aux rues Sherbrooke et McGill

Tiohtià:ke (autrement connu comme Montréal), 17 février 2020 - Les jeunes autochtones pour Wet’suwet’en et leurs alliés détiennent la souveraineté sur l’intersection de Sherbrooke et McGill College, en se mobilisant contre l’invasion du territoire non-cédé de Wet’suwet’en par le gouvernement du Canada.

L’intersection est occupé par la culture et la communauté, et célébrera la résistance autochtone tout en exigeant que le gouvernement du Canada respecte les souhaits des chefs héréditaires Wet’suwet’en, représentant les cinq clans de la nation Wet’suwet’en, de ne pas procéder avec la construction de Coastal Gaslink (CGL) sur leur territoire.

"[La décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique d’étendre l’ordonnance d’injonction de CGL est une criminalisation de la loi Wet’suwet’en et viole directement leurs droits constitutionnellement protégés d’occuper leurs propres terres non cédées, tels qu’ils sont énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP)]", explique Carlee Kawinehta Loft, une femme Kanien’keha:ka (Mohawk) de 25 ans qui se consacre à l’autonomisation des jeunes autochtones aux niveaux local et national. Entre-temps, le processus de construction de CGL a été entaché d’abus, incluant la destruction de sites archéologiques sacrés, de systèmes alimentaires générationnels, de lignes de piégeage et la brutalisation des protectrices et protecteurs des terres commis par la GRC.

"[Nous comprenons que les peuples autochtones cesseront d’exister sans leurs terres, leurs langues, leurs cultures, et que les générations futures ne pourront pas survivre sans elles. Les jeunes autochtones n’héritent pas seulement d’une crise climatique provoquée par des projets de combustibles fossiles comme CGL, mais aussi de l’héritage canadien de la colonisation, du génocide et de la violence de genre contre les femmes, les filles et les personnes bi-spirituels autochtones]", ajoute Loft. Étant donné l’urgence de la situation et l’insistance du gouvernement à ignorer les droits humains des peuples autochtones, ces jeunes et d’autres à travers l’île de la Tortue sont engagés dans une campagne nationale d’actions de solidarité et d’occupations. "[Nos actions ne peuvent pas être réduites à une simple manifestation, mais cette prise d’espace est centrée sur les relations proches (amitié, familiale,...), la culture et la communauté telles qu’elles sont enseignées par la terre, CGL menace ce même lieu d’apprentissage. Nos systèmes juridiques et de gouvernance sont eux-mêmes menacés par de tels projets. Comment les peuples autochtones devraient-ils réagir autrement ? Autre que de porter la culture, et de détenir la souveraineté en s’opposant à ces projets]", demande Tomas Jirousek, membre de la nation Kainai de la Confédération Blackfoot et étudiant en sciences politiques à McGill.

[Nous appelons le public montréalais et le ministre de l’Environnement du Québec, Benoît Charette, à se joindre à nous, à dénoncer la ligne CGL]", explique M. Loft. "[Nous appelons également le gouvernement canadien à respecter les droits des autochtones et la loi Wet’suwet’en enlevant CGL et la GRC des territoires Wet’suwet’en]", ajoute-t-elle. Catie Galbraith conclut : "[L’attention internationale se porte sur le gouvernement canadien alors qu’il continue à violer les droits des Wet’suwet’en, le droit international et le droit canadien]". Ce moment est crucial, les prochaines étapes sont importantes

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Les Premières nations contre Coastal GasLink

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...