Édition du 11 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

L'alliance entre les partis souverainistes : rien ne presse

A la veille de la tenue du congrès de la Convergence Nationale en fin de semaine prochaine bien des ténors du mouvement souverainiste s’inquiètent de la dispersion des forces au sein de plusieurs partis politiques en vue du prochain rendez-vous électoral. Pour ma part je suis loin de partager cette inquiétude. Aucun rendez-vous avec l’indépendance du Québec ne se pointe à l’horizon pour le moment et le prochain rendez-vous électoral une fois de plus ne portera malheureusement pas sur la souveraineté. Nous avons donc du temps devant nous.

De plus, les différents partis souverainistes sont plus occupés présentement à faire avancer leurs pions sur l’échiquier politique qu’à travailler sérieusement à l’avènement de la souveraineté. Le Parti Québécois est concentré à espérer se faire réélire. Québec Solidaire est occupé à souhaiter transformer ses appuis dans les sondages actuels en vote et élection de nouveaux députés. Option Nationale est concentré à prendre sa place dans l’arène politique québécoise. Et peu importe le contexte futur il ne faudra pas encore une fois faire l’erreur de remettre le sort de l’indépendance du Québec entre les mains des partis politiques.

Seul l’avènement d’un mouvement citoyen et populaire fort en faveur de l’indépendance du Québec permettra de réaliser celle-ci et imposera le temps venu son agenda aux partis politiques. Les militants et militantes indépendantistes de toutes allégeances idéologiques et politiques doivent se concentrer sur leur propre itinéraire dans la marche vers l’indépendance. Notre priorité est la création de ce vaste vaste mouvement citoyen et populaire et le moment venu s’imposera par la volonté populaire la mise en place d’une coalition des partis politiques souverainistes pour prendre le pouvoir et nous conduire à un prochain référendum gagnant.

Pour arriver à la création de ce mouvement citoyen et populaire pour l’indépendance du Québec il faut se mettre au travail dès maintenant et se donner un plan d’action commun sur une horizon d’au moins deux ans pour mettre fin aux discussions entre convaincus et aller échanger avec tous les Québécois. Dans ce plan d’action des moyens d’action qui ont fait leurs preuves lors de la création du Parti Québécois et l’époque du RIN doivent être repris dans tous les milieux, que ce soit le porte à porte ou les réunions de cuisine, jumelés aux moyens de communication modernes comme les réseaux sociaux. Au sortir du congrès de la fin de semaine il faudra avoir adopté un tel plan d’action et avoir élu un conseil de direction apte à coordonner sa réalisation. Et comme le dit si bien Bernard Landry, ’’ L’indépendance du Québec n’est ni à droite, ni à gauche, mais en avant ’’.

Yves Chartrand
Membre de Québec Solidaire et Option Nationale, Hochelaga-Maisonneuve

Yves Chartrand

Intervenant social
Montréal

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...