Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La candidature de Coderre : catastrophe appréhendée aux élections de novembre

Comme il fallait s’y attendre, certains chroniqueurs et éditorialistes accueillent favorablement la candidature de Denis Coderre à la mairie de Montréal. Ces derniers notent qu’il s’agit d’un homme jouissant d’une longue expérience politique et qui est doté de qualités personnelles, comme la détermination et le dynamisme, dont il pourrait faire profiter la Ville. Montréal pourrait alors se targuer d’avoir à sa tête un maire aussi coloré et populiste que Labeaume à Québec. D’autres observateurs, résolument optimistes, prédisent d’ores et déjà que ce dernier aura la voie libre pour occuper la fonction de premier magistrat le 3 novembre prochain puisque ses adversaires ne feraient pas le poids électoralement.

Heureusement, il reste suffisamment de temps avant le scrutin pour que les électeurs réfléchissent sérieusement afin de faire un choix qu’ils ne regretteraient pas par la suite. Au-delà de son manque de connaissances des dossiers municipaux et du peu d’intérêt qu’il a manifesté envers ces questions jusqu’ici, M. Coderre a expliqué qu’il met un parti sur pied un parti seulement pour pouvoir profiter des avantages monétaires que confère la loi électorale. Par la suite, sa formation se démembrerait puisque, prétend-t-il, l’administration municipale n’étant pas un gouvernement rien ne justifie la présence de partis. Beau sophisme qui conduirait à un clientélisme débridé nous ramenant directement aux excès de la période noire remontant aux années 1930 et 1940 des maires Camilien Houde et consorts.

Mais ce qui inquiète le plus c’est que M. Coderre renvoie implacablement l’image d’un politicien traditionnel et opportuniste. Son nom a notamment été mentionné plusieurs fois devant la commission Gomery sur le scandale des commandites, en 2004, pour ses relations d’amitié, malgré son statut de ministre, avec le président de l’agence de publicité Everest qui y a été mise en cause. Près de son organisation électorale comme député libéral de Bourassa il compte également plusieurs entrepreneurs en construction ayant paradé devant la commission Charbonneau ces derniers mois. Cet entourage délétère ne peut guère inspirer confiance.

Souhaitons de tout coeur qu’une administration Coderre ne succède pas aux débilitantes administrations Bourque et Tremblay qui ont sévi dans la métropole pendant presque deux décennies. Sinon les Montréalais, en incorrigibles masochistes, se prépareraient d’autres années d’amères déceptions qui nécessiteraient peut-être, en bout de compte, la tenue d’une nouvelle commission d’enquête sur son administration. Ce serait la troisième depuis 1952. Montréal serait alors devenu un cas incurable.

Paul Cliche,
Montréal, 22 mai 2013

Paul Cliche

Auteur du livre Pour réduire le déficit démocratique : le SCRUTIN PROPORTIONNEL et membre fondateur du Mouvement pour une démocratie nouvelle.

Il a été responsable du dossier de la réforme des institutions démocratiques à l’Union des forces progressistes (UFP).

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...