Édition du 1er décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

L’édifice Marie-Guyart illuminé par la FSE-CSQ et l’APEQ

« Le mépris, ça suffit ! Respecter les profs, ce n’est pas négociable ! »

Québec, le 12 novembre 2020. – La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ‑QPAT) ont illuminé la façade nord de l’édifice Marie-Guyart de Québec, où loge le ministère de l’Éducation, pour éclairer le gouvernement afin qu’il fasse avancer la négociation pour le renouvellement des conventions collectives des enseignantes et enseignants du Québec. On pouvait y lire « Le mépris, ça suffit ! Respecter les profs, ce n’est pas négociable ! / En éducation, faut que ça change maintenant ! », en référence aux conditions d’exercice particulièrement difficiles dans lesquelles évoluent les enseignantes et enseignants de tous les secteurs, sans amélioration réelle à l’horizon aux tables de négociation. Cela amène d’ailleurs le personnel enseignant à hausser le ton pour se faire entendre.

« Ce gouvernement nous a promis de faire de l’éducation une véritable priorité, en respectant et en valorisant le personnel enseignant. Or, nous sommes épuisés, avec une charge accrue en raison de la pénurie et de la pandémie, nos classes sont trop pleines et mal équilibrées, il manque de services et nous sommes toujours les moins bien payés au Canada. Ça suffit, ça ne passe plus, il faut que ça change maintenant ! », a fait savoir Josée Scalabrini, présidente de la FSE‑CSQ.

« On ne peut pas accepter que les gestes concrets ne suivent pas les engagements du gouvernement de valoriser la profession. Le gouvernement est‑il bien au fait de l’écart magistral existant entre ses demandes patronales aux tables et ses engagements électoraux ? Les conditions de travail étaient déjà difficiles avant la pandémie, c’est dire combien nos enseignants sont épuisés présentement. Il faut voir des améliorations maintenant, ça presse ! », a ajouté Heidi Yetman, présidente de l’APEQ.

L’absence de plan pour corriger la ventilation défaillante dans les salles de classe est peut-être l’épisode le plus récent du manque de considération envers les enseignantes et enseignants, qui demandent des unités mobiles de purification d’air là où cela est problématique, et ce, afin de protéger leur santé et celle de leurs élèves. Il faut ajouter à cet événement les déclarations erronées provenant du cabinet du ministre Roberge selon lesquelles le personnel enseignant était soi-disant payé pour le temps supplémentaire qu’il effectuait. Les enseignantes et enseignants ont été piqués au vif et avaient alors signifié au ministre que si l’on avait pris en considération tout leur temps supplémentaire, ils ne seraient peut-être pas les moins bien payés au Canada, comme c’est le cas actuellement.

Rappelons que les membres de la FSE‑CSQ ont rejeté les dernières offres patronales dans une proportion de 97 %. Au total, 98 % des enseignantes et enseignants consultés ont réitéré leur désir d’obtenir des améliorations dans les quatre grands domaines suivants :
la composition de la classe et les services aux élèves HDAA ;
la lourdeur de la tâche ;
la rémunération, dont une majoration de l’échelle de traitement pour tous les enseignants et enseignantes ;
la précarité et l’entrée dans la profession.

La négociation est amorcée depuis maintenant un an, mais les travaux n’ont pas démontré de progrès significatifs aux tables.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...