Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé et sécurité au travail

La FTQ rejette le projet de loi n° 59 sur la réforme de la Loi sur la santé et la sécurité du travail

MONTRÉAL, le 17 sept. 2021 - La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au ministre du Travail Jean Boulet de retirer son projet de loi n° 59 sur la réforme de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. Malgré tous les efforts déployés et après avoir participé de bonne foi aux travaux parlementaires afin de faire adopter les amendements nécessaires pour améliorer le projet de loi, nous sommes forcés de constater que ce qui est proposé est nettement insuffisant. Réunis en Bureau spécial hier soir, c’est à l’unanimité que les dirigeants de la FTQ représentant les principaux affiliés ont rejeté le projet de loi n° 59 et demandent au gouvernement de refaire ses devoirs.

« Depuis le tout début du projet de réforme, nous avons été ouverts aux discussions et avons proposé au gouvernement des mesures visant à améliorer ce projet de loi. Pour la FTQ, le projet de loi n° 59 rate l’objectif ultime d’améliorer la protection des travailleurs et travailleuses, et ce qui est sur la table ce sont des demi-mesures. Est-il besoin de rappeler que chaque année 200 hommes et femmes en moyenne meurent d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle, et 100 000 personnes sont victimes d’accidents de travail. C’en est assez de jouer avec la vie, la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

« Ça fait 40 ans que nous attendons cette réforme, et avec son projet de loi n° 59, le ministre est en train de rater la cible qui est de mieux protéger les travailleurs et travailleuses. Ce projet de loi va passer à l’histoire pour les mauvaises raisons. En plus de mettre en place des mécanismes de prévention pour tous les milieux de travail, incluant l’éducation et la santé, il faut entre autres maintenir la prépondérance du médecin traitant ; que les indemnisations soient équitables ; et que soit retirée la notion de multiétablissements », ajoute le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Lorsque vient le temps de parler de prévention, les employeurs n’ont qu’un seul argument : le coût des programmes. Or, ils font semblant d’ignorer qu’un seul dollar investi en prévention fait économiser 10 $ en réparation. Certains préfèrent engranger des profits rapides plutôt que de mettre en place des milieux de travail sécuritaires et productifs.

« Ce que nous voulons c’est une loi qui améliore la protection des travailleurs et travailleuses, et non une loi réductrice. Il est temps de rédiger une véritable loi pour que les travailleurs et travailleuses reviennent à la maison sur leurs deux jambes et en santé. Notre porte reste ouverte et nous sommes prêts à échanger en tout temps avec le ministre », conclut le président de la FTQ.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé et sécurité au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...