Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

La Marche « Ensemble contre l'uranium » arrive à l'Assemblée nationale

QUÉBEC, le 5 déc. 2014 - Après 13 jours et 600 kilomètres, la marche StandAgainstUranium (« Ensemble contre l’uranium ») arrive aujourd’hui à Québec. Les jeunes Cris rendent visite à l’Assemblée nationale et rencontrent des représentants de tous les partis politiques, afin de livrer leur message : la Nation Crie s’oppose à l’exploration et à l’exploitation de l’uranium sur leur territoire d’Eeyou Istchee.

Les jeunes Cris ont commencé leur marche le 23 novembre à Mistissini, où la lutte de la Nation Crie contre le développement de l’uranium a pris naissance lorsque Ressources Strateco a cherché à poursuivre le projet d’exploration uranifère Matoush, situé sur des terrains de trappage familiaux de la Nation Crie de Mistissini. Les Québécois et d’autres Premières Nations ont généreusement accueilli et appuyé les jeunes Cris le long de leur chemin, y compris les Innus de Mashteuiatsh et la Nation huronne-wendat, à Wendake. Les marcheurs traverseront plus de 850 kilomètres pour se rendre à Montréal, où ils remettront en mains propres au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) leur message le 15 décembre, soit le dernier jour des séances publiques du BAPE concernant la filière uranifère au Québec.

« Pendant treize jours, nous avons bravé les intempéries du nord du Québec, pour que ce soit clair pour le gouvernement et tous les Québécois, que la Nation Crie a dit NON au développement de l’uranium en Eeyou Istchee, » a indiqué le Grand chef des jeunes Joshua Iserhoff. « Notre Nation a dit, depuis le début, que lorsque les Québécois auront appris la vérité concernant l’uranium, ils se joindront à nous pour s’y opposer. C’est ce que nous observons aujourd’hui. Cette marche démontre la puissance de nos convictions et jusqu’à quel point nous sommes prêts à nous engager pour protéger notre territoire et notre peuple. La réponse enthousiaste et le soutien que nous avons reçu des Québécois au cours de notre trajet sont une source d’inspiration. »

« La Nation Crie de Mistissini a longuement réfléchi avant de se prononcer sur l’uranium. Nos dirigeants ont consulté des spécialistes externes et ont écouté les points de vue des Cris, » a ajouté le chef du Conseil des jeunes de Mistissini, Amy Linton. « Ces derniers mois, il est d’autant plus clair que non seulement les Cris s’opposent au développement de l’uranium, mais également les Québécois, qui se tiennent avec nous. Et maintenant, aujourd’hui même, on voit que les politiciens de Québec nous répondent. »

Pendant cette troisième et dernière phase des audiences du BAPE sur la filière uranifère au Québec, le BAPE fait le tour de la province pour donner la possibilité au public de présenter leur avis sur l’industrie de l’uranium. La réponse à chaque arrêt de cette démarche a été extrêmement claire : la population québécoise n’appuie pas le développement de l’industrie uranifère au Québec.

Les audiences du BAPE sur l’uranium se termineront le 15 décembre à l’hôtel Hyatt Regency de Montréal. Pour plus de renseignements sur le BAPE ou sur la marche de solidarité « Ensemble contre l’uranium », consultez le site web www.StandAgainstUranium.com, la page Facebook (James Bay Cree Against Uranium) ou le compte Twitter (@JBCAUranium).

Grand conseil des Cris

Eeyou Istchee

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...