Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La crise en Ukraine ne porte pas sur l’Ukraine… mais sur l’Allemagne

« L’intérêt primordial des États-Unis, pour lequel nous avons mené des guerres pendant des siècles – la Première, la Seconde et la Guerre froide – a été la relation entre l’Allemagne et la Russie, car unies, elles sont la seule force qui pourrait nous menacer. Et nous devons nous assurer que cela ne se produise pas » George Friedman, directeur général de STRATFOR, Council on Foreign Affairs de Chicago

13 février 2022 | https://french.almanar.com.lb/2247049

La crise ukrainienne n’a rien à voir avec l’Ukraine. Il est question de l’Allemagne et, en particulier, d’un pipeline qui relie l’Allemagne à la Russie, appelé Nord Stream 2.
nord_stream2-jpg2Washington considère ce gazoduc comme une menace pour sa primauté en Europe et a tenté de saboter le projet à tout bout de champ. Malgré cela, Nord Stream 2 est allé de l’avant et est maintenant entièrement opérationnel et prêt à être utilisé. Dès que les régulateurs allemands auront délivré la certification finale, les livraisons de gaz commenceront. Les propriétaires et les entreprises allemands disposeront d’une source fiable d’énergie propre et bon marché, tandis que la Russie verra ses revenus gaziers augmenter de manière significative. C’est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties.

L’establishment de la politique étrangère des États-Unis ne se réjouit pas de cette évolution. Ils ne veulent pas que l’Allemagne devienne plus dépendante du gaz russe, car le commerce crée la confiance et la confiance conduit à l’expansion du commerce. À mesure que les relations se réchauffent, les barrières commerciales sont levées, les réglementations sont assouplies, les voyages et le tourisme augmentent et une nouvelle architecture de sécurité se met en place.

Dans un monde où l’Allemagne et la Russie sont des amis et des partenaires commerciaux, il n’y a plus besoin de bases militaires américaines, d’armes et de systèmes de missiles coûteux fabriqués aux États-Unis, ni de l’OTAN. Il n’est pas non plus nécessaire de conclure des transactions énergétiques en dollars américains ou de stocker des bons du Trésor américain pour équilibrer les comptes. Les transactions entre partenaires commerciaux peuvent être effectuées dans leurs propres monnaies, ce qui ne manquera pas de précipiter une forte baisse de la valeur du dollar et un déplacement spectaculaire du pouvoir économique. C’est pourquoi l’administration Biden s’oppose à Nord Stream 2. Il ne s’agit pas seulement d’un gazoduc, mais d’une fenêtre sur l’avenir, un avenir dans lequel l’Europe et l’Asie se rapprochent dans une zone de libre-échange massive qui accroît leur puissance et leur prospérité mutuelles tout en laissant les États-Unis à l’écart. Le réchauffement des relations entre l’Allemagne et la Russie annonce la fin de l’ordre mondial « unipolaire » que les États-Unis ont supervisé au cours des 75 dernières années. Une alliance germano-russe menace de précipiter le déclin de la superpuissance qui se rapproche actuellement de l’abîme. C’est pourquoi Washington est déterminé à faire tout ce qu’il peut pour saboter Nord Stream 2 et maintenir l’Allemagne dans son orbite. C’est une question de survie.

C’est là que l’Ukraine entre en jeu. L’Ukraine est « l’arme de choix » de Washington pour torpiller Nord Stream 2 et créer un fossé entre l’Allemagne et la Russie. La stratégie est tirée de la première page du manuel de politique étrangère des États-Unis, sous la rubrique : Diviser pour mieux régner. Washington doit donner l’impression que la Russie représente une menace pour la sécurité de l’Europe. Tel est l’objectif. Ils doivent montrer que Poutine est un agresseur assoiffé de sang, au tempérament instable, à qui l’on ne peut faire confiance. À cette fin, les médias ont été chargés de répéter encore et encore que « la Russie prévoit d’envahir l’Ukraine ». Ce qui n’est pas dit, c’est que la Russie n’a envahi aucun pays depuis la dissolution de l’Union soviétique, que les États-Unis ont envahi ou renversé des régimes dans plus de 50 pays au cours de la même période et que les États-Unis maintiennent plus de 800 bases militaires dans le monde entier. Rien de tout cela n’est rapporté par les médias, au contraire, l’accent est mis sur le « méchant Poutine » qui a rassemblé environ 100 000 soldats le long de la frontière ukrainienne, menaçant de plonger toute l’Europe dans une nouvelle guerre sanglante.

Toute cette propagande de guerre hystérique est créée dans l’intention de fabriquer une crise qui puisse être utilisée pour isoler, diaboliser et, finalement, diviser la Russie en petites unités. La véritable cible, cependant, n’est pas la Russie, mais l’Allemagne.

Regardez cet extrait d’un article de Michael Hudson sur The Unz Review : « Le seul moyen qui reste aux diplomates américains pour bloquer les achats européens est de pousser la Russie à une réponse militaire, puis de prétendre que la vengeance de cette réponse l’emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l’a expliqué la sous-secrétaire d’État aux Affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’un point de presse du département d’État le 27 janvier : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas ».

C’est écrit noir sur blanc. L’équipe Biden veut « pousser la Russie à une réponse militaire » afin de saboter Nord Stream 2. Cela implique qu’il y aura une sorte de provocation destinée à inciter Poutine à envoyer ses troupes de l’autre côté de la frontière pour défendre les Russes ethniques dans la partie orientale du pays. Si Poutine mord à l’hameçon, la réponse sera rapide et sévère. Les médias dénonceront cette action comme une menace pour toute l’Europe, tandis que les dirigeants du monde entier dénonceront Poutine comme le « nouvel Hitler ». C’est la stratégie de Washington en quelques mots, et toute cette mise en scène est orchestrée dans un seul but : rendre politiquement impossible au chancelier allemand Olaf Scholz de faire passer Nord Stream 2 par le processus d’approbation finale.

Compte tenu de ce que nous savons de l’opposition de Washington à Nord Stream 2, les lecteurs peuvent se demander pourquoi, plus tôt dans l’année, l’administration Biden a fait pression sur le Congrès pour qu’il n’impose pas davantage de sanctions au projet. La réponse à cette question est simple : La politique intérieure. L’Allemagne est en train de mettre hors service ses centrales nucléaires et a besoin de gaz naturel pour combler son déficit énergétique. De plus, la menace de sanctions économiques est un « repoussoir » pour les Allemands qui y voient un signe d’ingérence étrangère. « Pourquoi les États-Unis se mêlent-ils de nos décisions en matière d’énergie ? », demande l’Allemand moyen. « Washington devrait s’occuper de ses propres affaires et ne pas se mêler des nôtres ». C’est précisément la réponse que l’on attendrait de toute personne raisonnable.

Ensuite, il y a cette déclaration d’Al Jazeera :
« Les Allemands dans leur majorité soutiennent le projet, ce ne sont que certaines parties de l’élite et des médias qui sont contre le gazoduc …
“Plus les États-Unis parlent de sanctionner ou de critiquer le projet, plus il devient populaire dans la société allemande”, a déclaré Stefan Meister, expert de la Russie et de l’Europe de l’Est au Conseil allemand des Relations étrangères ».

L’opinion publique soutient donc fermement Nord Stream 2, ce qui contribue à expliquer pourquoi Washington a opté pour une nouvelle approche. Les sanctions ne fonctionnant pas, l’Oncle Sam est passé au plan B : créer une menace extérieure suffisamment importante pour que l’Allemagne soit obligée de bloquer l’ouverture du gazoduc. Franchement, cette stratégie sent le désespoir, mais il faut être impressionné par la persévérance de Washington. Ils sont peut-être menés de 5 points dans la dernière ligne droite, mais ils n’ont pas encore jeté l’éponge. Ils vont se donner une dernière chance et voir s’ils peuvent faire des progrès.

Lundi, le président Biden a tenu sa première conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz à la Maison Blanche.

Le battage médiatique qui a entouré cet événement était tout simplement sans précédent. Tout a été orchestré pour fabriquer une « atmosphère de crise » que Biden a utilisée pour faire pression sur le chancelier dans le sens de la politique des États-Unis. Plus tôt dans la semaine, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré à plusieurs reprises qu’une « invasion russe était imminente ».
Ses commentaires ont été suivis par le porte-parole du département d’État, Nick Price, qui a déclaré que les agences de renseignement lui avaient fourni des détails sur une opération sous faux drapeau soutenue par la Russie, qui devrait avoir lieu prochainement dans l’est de l’Ukraine. L’avertissement de M. Price a été suivi dimanche matin par le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan, qui a déclaré qu’une invasion russe pouvait se produire à tout moment, peut-être « même demain ». Ceci quelques jours seulement après que l’agence Bloomberg News ait publié son titre sensationnel et totalement faux : « La Russie envahit l’Ukraine ».

Pouvez-vous voir le schéma ici ? Pouvez-vous voir comment ces affirmations sans fondement ont toutes été utilisées pour faire pression sur le chancelier allemand, qui ne se doutait de rien et ne semblait pas conscient de la campagne qui le visait ?

Comme on pouvait s’y attendre, le coup de grâce a été porté par le président américain lui-même. Au cours de la conférence de presse, Biden a déclaré avec insistance que :

« Si la Russie envahit […], il n’y aura plus [de] Nord Stream 2. Nous y mettrons fin ».

Donc, maintenant, Washington décide de la politique de l’Allemagne ???

Quelle arrogance insupportable !

Le chancelier allemand a été décontenancé par les commentaires de Biden, qui ne faisaient manifestement pas partie du scénario initial. Malgré cela, Scholz n’a jamais accepté d’annuler Nord Stream 2 et a même refusé de mentionner le gazoduc par son nom. Si Biden pensait pouvoir intimider le dirigeant de la troisième plus grande économie du monde en le coinçant dans un forum public, il s’est trompé. L’Allemagne reste déterminée à lancer Nord Stream 2, quelles que soient les tensions potentielles dans la lointaine Ukraine. Mais cela pourrait changer à tout moment. Après tout, qui sait quelles incitations Washington pourrait préparer dans un avenir proche ? Qui sait combien de vies ils sont prêts à sacrifier pour créer un fossé entre l’Allemagne et la Russie ? Qui sait quels risques Biden est prêt à prendre pour ralentir le déclin des États-Unis et empêcher l’émergence d’un nouvel ordre mondial « polycentrique » ? Tout peut arriver dans les semaines à venir. Tout.

Pour l’instant, l’Allemagne est en position de force. C’est à Scholz de décider comment l’affaire sera réglée. Va-t-il mettre en œuvre la politique qui sert le mieux les intérêts du peuple allemand ou va-t-il céder aux pressions incessantes de Biden ? Tracera-t-il une nouvelle voie qui renforcera de nouvelles alliances dans le corridor eurasien en pleine effervescence ou soutiendra-t-il les folles ambitions géopolitiques de Washington ? Acceptera-t-il le rôle central de l’Allemagne dans un nouvel ordre mondial – dans lequel de nombreux centres de pouvoir émergents partagent équitablement la gouvernance mondiale et où les dirigeants restent indéfectiblement engagés en faveur du multilatéralisme, du développement pacifique et de la sécurité pour tous – ou tentera-t-il de soutenir le système d’après-guerre en lambeaux qui a clairement dépassé sa durée de vie ?

Une chose est sûre : quelle que soit la décision de l’Allemagne, elle nous affectera tous.

Par Mike Whitney.
Sources : The Unz Review ; traduction Réseau International

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...