Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La gestion désastreuse de la COVID par l’oligarchie et les élites politiques

Un an après le début de la pandémie, il est bien clair que la COVID-19 a un caractère de classe, correspondant aux inégalités enracinées et à la discrimination raciale du capitalisme financiarisé. La maladie est particulièrement menaçante pour les personnes atteintes de problèmesde santé à long terme. Les couches les plus vulnérables sont les travailleurs, les personnes à faible revenu et les personnes âgées, qui sont tous fortement exposés à des problèmes souvent associés à des conditions environnementales et qui sont marginalisés par les systèmes de santé, même des pays les plus riches du monde.

6 janvier 2021- |extrait d’un texte paru dans Jacobin | tiré des Nouveaux Cahiers du socialisme

Une malgestion généralisée

Les États riches ont été à la fois réticents et incapables d’adopter une politique locale de confinement du COVID-19. Une telle stratégie aurait impliqué un plan national cohérent, avec la coopération internationale, se concentrant sur les grappes initiales de la maladie, avec des tests généralisés et ciblés. Cela aurait créé un réseau de personnel médical au niveau primaire orienté vers les zones de contamination, telles les lieux de travail et les transports et l’éducation. L’objectif aurait été d’identifier et de retracer les personnes infectées et d’isoler les individus, les groupes et les espaces, y compris les plus vulnérables en raison des conditions à long terme. Des ressources auraient été également nécessaires de toute urgence pour étendre la capacité de soins d’urgence dans des conditions de dignité et de sécurité.

Le problème n’était pas la disponibilité des ressources ou le savoir-faire technologique, mais l’échec institutionnel et idéologique. Une stratégie à la base aurait conduit à repenser en profondeur les mécanismes de santé publique. Les implications pour les géants pharmaceutiques et le secteur biomédical auraient été profondes – et les États néolibéraux n’étaient pas prêts à perturber leurs intérêts.
Si une stratégie de base n’était pas dans les cartes dans les pays développés, elle était impensable pour les États périphériques plus faibles. Les pénuries de ressources, les systèmes de santé défectueux et les mécanismes étatiques dysfonctionnels laissent peu de place pour donner la priorité aux pauvres. La nature de classe de la pandémie est frappante dans les pays périphériques, où les riches sont encore plus obsédés et arrogants que dans les pays développés. Les pauvres du monde savent déjà qu’ils ne peuvent attendre presque rien de l’État.

L’enjeu des vaccins

Le désarroi est évident dans la recherche d’un vaccin. Trouver un vaccin était un complément nécessaire à la politique de restrictions et de verrouillage. Cela a été rendu d’autant plus urgent qu’une politique de confinement à la base n’a jamais été sérieusement envisagée. Les États-nations ne sont pas parvenus à s’entendre sur la conduite de recherches internationales conjointes et se sont plutôt engagés dans une course compétitive pour développer des vaccins.

La course s’est appuyée sur la recherche accumulée à l’échelle mondiale dans les universités et les laboratoires publics et privés qui dépendent fortement du financement public. Le résultat a été une mobilisation des ressources publiques au service des profits privés.

La Russie a été la première à annoncer le développement d’un vaccin en août 2020, produit par son Institut national d’épidémiologie et de microbiologie. Plusieurs vaccins sont également en cours de développement en Chine par des groupes pharmaceutiques opérant en collaboration avec des laboratoires et instituts de recherche publics bénéficiant du soutien de l’État.

Les arnaques du big pharma

Au Royaume-Uni, la direction a été prise par le géant pharmaceutique AstraZeneca, qui a travaillé en collaboration avec des équipes de recherche de l’Université d’Oxford. L’effort britannique s’est donc directement inspiré du secteur biomédical, l’un des éléments les plus compétitifs de l’économie britannique qui dépend fortement des universités et de la recherche académique, tout en mobilisant également des financements publics. Le gouvernement britannique a systématiquement ciblé ses interventions fiscales et son financement pour soutenir la campagne de vaccination.

Le même secteur est également très présent aux États-Unis. Le géant pharmaceutique Pfizer a collaboré avec la petite entreprise biomédicale allemande BioNTech, qui s’appuie systématiquement sur la recherche universitaire et les financements publics pour concurrencer en privé. Le vaccin développé par BioNTech est financé en grande partie par le gouvernement allemand et a été rapidement approuvé par le Royaume-Uni en décembre 2020.

Un autre vaccin a été développé par Moderna, une petite entreprise biomédicale aux États-Unis qui a également reçu d’importants financements publics pour sa recherche. Ces deux vaccins sont basés sur une technologie biomédicale impliquant ll’ingénierie génétique, qui a été développée pendant les deux décennies précédentes en s’appuyant sur des financements publics, et dont les effets à long terme sont inconnus.

L’effort de production de vaccins a été largement stimulé par l’opération Warp Speed aux États-Unis, une organisation dirigée par le ministère de la Santé. Les fonds du gouvernement américain étaient à l’origine d’autres vaccins développés en 2020 par plusieurs sociétés pharmaceutiques telles Johnson and Johnson, Regeneron, Novavax, Sanofi et GlaxoSmithKline, AstraZeneca et d’autres. Le développement de vaccins a une très forte probabilité d’échec et les géants pharmaceutiques sont réticents à risquer leur capital en essayant de créer de nouveaux vaccins. Ils n’ont accepté d’entrer sur le terrain qu’après avoir été assurés du soutien de l’État.
Sans un financement public soutenu des secteurs biomédical et pharmaceutique sur plusieurs décennies – et surtout sans le coup de pouce public massif de 2020 – il n’y aurait pas eu de vaccin dans les pays occidentaux. Des fonds substantiels ont été fournis par l’opération Warp Speed non seulement pour entreprendre les recherches nécessaires, mais aussi pour acheter de grands volumes de doses de vaccins à l’avance, permettant ainsi aux fabricants de réduire les risques et d’augmenter la production.

Le résultat a été une prolifération de vaccins qui déploient différentes technologies avec une efficacité variable. Le résultat commercial de cette lutte concurrentielle est toujours dans la balance et dépendra de l’efficacité et du coût des vaccins. Mais il ne fait aucun doute que certains des géants pharmaceutiques et les petites entreprises biomédicales sont en passe de réaliser d’énormes profits.

La multiplication des efforts et le gaspillage des ressources à travers le monde ont été énormes. Au début de 2021, le monde s’emploie à développer des dizaines de vaccins produits de manière indépendante en utilisant des technologies disparates, avec des droits de propriété intellectuelle distincts, des coûts très différents et des exigences techniques très variables en matière de stockage et de transport.
Il est peu probable que la résolution de tels conflits soit généreuse envers les pauvres du monde. Pour les pays en développement, le coût des vaccins ainsi que les exigences techniques de stockage et de déploiement dans des volumes énormes sont des questions de premier ordre. L’absence de collaboration intergouvernementale pour une réponse mondiale cohérente à la pandémie a laissé les pays en développement dans une position extrêmement précaire.

La façade « philanthropique »

C’est dans ce contexte que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec le président de la Commission européenne, le président français Emmanuel Macron, et la Fondation Bill et Melinda Gates, ont lancé l’ accélérateur d’accès aux outils COVID-19 (ACT) en avril 2020.

ACT Accelerator prétend faciliter la prise de décision pratique concernant le diagnostic, la thérapie et le développement de vaccins pour COVID-19. Son pilier vaccin, COVAX, est dirigé par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), une autre organisation privée-publique créée par la Fondation Gates, en collaboration avec la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), une organisation privée-publique dans laquelle la Fondation Gates joue un rôle décisif avec l’OMS.

L’objectif déclaré de COVAX est de mobiliser les gouvernements nationaux et les puissantes institutions multilatérales, comme la Banque mondiale, pour développer et intensifier la production de vaccins. Vers la fin de 2020, on comptait plus de cent quatre-vingt-dix gouvernements nationaux sur sa liste.

COVAX conclut des accords avec des producteurs de vaccins privés, qui sont ensuite inscrits dans un registre permettant aux pays de faire des achats de gros volumes de vaccins. Les pays pauvres auraient ainsi la possibilité de conclure des accords avec les producteurs privés du portefeuille COVAX pour une somme symbolique, voire gratuitement. L’objectif est de produire deux milliards de doses de vaccins en 2021, dont la moitié irait aux pays pauvres.

Ce qui n’a pas être fait

La trajectoire du déploiement des vaccins en 2021 sera déterminée par la concurrence nationale et les bénéfices des entreprises, et non par les besoins humains et la coopération. La réalité du capitalisme contemporain est basée sur la concurrence entre les géants des entreprises motivées par le profit et la dépendance à l’égard des États-nations qui se font également concurrence. Les vaccins produits par les sociétés pharmaceutiques occidentales participent à une compétition avec les vaccins russes, chinois et indiens destinés à être utilisés à travers le monde.
Au lieu de soutenir et de financer correctement un effort international pour faire face à la pandémie, les États puissants ont cherché une couverture morale dans une construction imprégnée de la logique du commerce privé et s’appuyant sur des accords financiers et commerciaux avec des fabricants de vaccins.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...