Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

La législation anti-briseurs de grève est une grande victoire pour les travailleurs : Unifor

OTTAWA, ON, le 9 nov. 2023 - Aujourd’hui marque une victoire importante pour les travailleuses canadiennes et les travailleurs canadiens, car la nouvelle loi fédérale anti-briseurs de grève garantit le droit de grève des travailleuses et travailleurs sans la menace des employeurs d’utiliser des briseurs de grève pour prolonger inutilement les conflits de travail ou tenter d’affamer les travailleurs.

"Les travailleuses et travailleurs et les syndicats se sont organisés et ont lutté pour ce moment pendant des décennies", déclare la présidente nationale d’Unifor, Lana Payne. "Des générations de travailleuses et travailleurs ont courageusement tenu les piquets de grève dans ce pays pour défendre leur droit à la grève et à la négociation collective libre et équitable. Certains ont payé le prix. Cette législation s’adresse à toutes ces travailleuses et tous ces travailleurs qui n’ont jamais abandonné. Lorsque nous nous mobilisons, nous gagnons. »

La nouvelle législation intervient après qu’Unifor et d’autres organisations syndicales ont plaidé avec acharnement pour que le gouvernement libéral tienne sa promesse d’interdire le recours aux travailleurs de remplacement.

Unifor félicite le ministre du Travail, Seamus O’Regan, d’avoir tenu son engagement d’interdire le recours aux briseurs de grève sur les lieux de travail fédéraux, et le NPD d’avoir négocié cette législation essentielle dans le cadre de l’accord de confiance et d’approvisionnement.

"La législation anti-briseurs de grève incite les employeurs à négocier et à conclure des conventions collectives équitables ", déclare Daniel Cloutier, directeur québécois d’Unifor. "Les contrats sont réglés à la table de négociation et les efforts pour briser la grève, comme le recours à des travailleuses et travailleurs de remplacement, minent le processus de négociation collective en retardant les négociations et en minimisant le pouvoir crucial que le retrait de la main-d’œuvre confère aux travailleurs."

Entre 2013 et 2020, des conflits de travail ont eu lieu dans environ 2,1 % des négociations contractuelles d’Unifor, moins de 10 % de ces conflits impliquant des briseurs de grève. Les trois conflits les plus longs de l’histoire du syndicat ont impliqué le recours à des briseurs de grève. Bien que le taux d’incidence soit faible, l’impact du recours aux briseurs de grève est important, car cette pratique augmente la durée du conflit et a des conséquences négatives sur les relations de travail.

Unifor est le plus grand syndicat du Canada dans le secteur privé réglementé par le gouvernement fédéral. Il représente plus de 66 000 travailleurs dans des secteurs réglementés par le gouvernement fédéral, notamment les transports, les médias, les télécommunications et les services financiers.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...