Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Le monde se soulève contre l'austérité et l'autoritarisme

La majeure partie du monde à l’heure actuelle est un laboratoire à la recherche d’une alternative au capitalisme, et les spécialistes des sciences sociales qui gèrent les expériences se trouvent dans la rue.

Samedi 26 octobre 2019 | tiré d’Europe solidaire sans frontières | traduction PTAG
New Politics, 26 octobre 2019

Partout dans le monde, des peuples se lèvent, sur presque tous les continents et dans plus d’une douzaine de pays. Au cours des six derniers mois, des rébellions ont eu lieu en France, en Catalogne, à Porto Rico, à Hong Kong, au Liban, au Chili, en Équateur, au Honduras, en Haïti, en Irak, au Soudan et en Algérie. Ces rébellions ont généralement eu un caractère populaire et marqué à gauche et elles sont en colère, militantes et provocantes. Leurs caractéristiques communes sont qu’il s’agit de rébellions de la classe moyenne inférieure, de la classe ouvrière et des pauvres. Ces différents mouvements ont partout envahi les berges du système politique. Les vagues de protestation se heurtent aux fondements de l’État. Les militant-e-s dans la rue remettent partout en question le système, quel que soit le nom du système dans lequel ils vivent. Lorsque les gouvernements ont tenté d’écraser ces mouvements, les populations ont riposté, refusant d’abandonner la rue. Qu’est-ce qui se cache derrière ces rébellions ? Qu’est-ce qui les a causées et où vont-elles ?

La situation politique dans chacun de ces pays varie énormément et les éléments déclencheurs ont été très différents : d’une nouvelle loi contestable à une élection volée, d’une dictature vieille de plusieurs décennies devenue insupportable à une augmentation des tarifs de transport en commun. Au Liban, ce fut l’imposition d’une taxe sur les appels téléphoniques de Whatsapp ; en Équateur, la décision du gouvernement permettant une augmentation du prix de l’essence ; au Chili, l’augmentation du prix du métro au Honduras, la découverte que le président aidait son frère, qui dirigeait un cartel de la drogue ; à Porto Rico, c’était un président corrompu et misogyne ; à Hong Kong, la promulgation d’une loi portant atteinte à l’autonomie locale ; en Catalogne, dans l’État espagnol, la condamnation à de longues peines de prison prononcées contre des dirigeants nationalistes catalans ; en Irak, le peuple s’est levé contre le chômage, la corruption et un gouvernement qui ne réagit pas ; en Algérie et au Soudan, des populations lasses font face à des gouvernements autoritaires, et ce depuis longtemps ; au Nicaragua, une réforme des retraites de la sécurité sociale ; en Haïti aussi, la protestation contre un président corrompu et autoritaire.

Partout, il y a eu un déclencheur différent. Cependant, le problème central est partout le désir d’être traité avec dignité et respect.

Parmi ces rébellions, il y a des éléments communs : l’inégalité économique, l’imposition de l’austérité et l’abus de pouvoir de la part des gouvernements. Le sentiment est qu’ils ne se soucient pas de nous. Dans bon nombre de ces pays, l’État a perdu sa légitimité et les citoyen-ne-s n’ont plus confiance dans les partis politiques historiques, mais de manière générale, aucun parti politique n’est en mesure de proposer un programme politique alternatif ou une nouvelle direction. Pourtant, les révoltes ont ébranlé les pouvoirs en place dans chaque pays et ont envoyé de puissantes ondes de choc contre l’ordre politique international. Nous semblons être dans une période de révoltes politiques synchronisées, mais non coordonnées, exigeant la démocratie et une vie meilleure. Une situation que nous avons déjà connue.

Ce n’est pas la première fois qu’il y a une apparente simultanéité internationale de révolte et même de révolutions. La première de ces vagues - presque toute une époque - a eu lieu au cours du dernier quart du XVIIIe siècle, avec le déclenchement de la révolution américaine en 1776, puis de la Révolution française de 1789, suivie de la révolution haïtienne de 1804, puis des révolutions latino-américaines. de 1810 à 1821. Une autre vague de ce type a eu lieu avec la révolution européenne de 1848 qui a balayé la France, l’Allemagne et l’empire austro-hongrois, et nous pourrions inclure dans cette vague le mouvement chartiste en Angleterre. La période de 1917 à 1919 a entraîné des révolutions en Russie, en Allemagne, en Autriche et en Hongrie, ainsi que dans l’Empire ottoman. Et bien que 1968 n’apporte aucune révolution, ce fut une année de bouleversements radicaux de la France à la Tchécoslovaquie, jusqu’au Mexique. Tout comme aujourd’hui, pendant chacune de ces périodes de bouleversements radicaux, les événements déclencheurs dans chaque pays ont été uniques, mais en même temps, on pouvait voir des éléments communs et souvent aussi des dynamiques similaires. Tandis que dans la plupart des cas la bourgeoisie se mettait tôt ou tard à la tête des mouvements révolutionnaires, ce sont toujours les travailleurs et les pauvres qui donnaient généralement à ces rébellions leur poussée radicale et leur donnaient leur ligne de crête.

À différentes périodes, différentes situations ont créé la situation prérévolutionnaire et une grande variété d’événements ont déclenché les mouvements révolutionnaires, mais il est généralement possible de discerner les points communs de chaque vague. La croissance du commerce international, les rivalités impériales et le contraste entre l’ancien ordre aristocratique et la société bourgeoise naissante conditionnent les révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. La montée du capitalisme en Angleterre puis en France, l’usine puis le chemin de fer, ainsi que la montée de l’État libéral et du gouvernement représentatif, ont alimenté les conflits de 1848 alors que les idées de l’Occident poussaient vers l’Est jusqu’à la menace de la révolution de classe a conduit la bourgeoisie dans les bras des aristocrates, et ceux-ci ont ensuite écrasé le mouvement démocratique et socialiste. L’expansion puis la domination des financiers capitalistes et des sociétés industrielles dans les États rivaux ont conduit à l’impérialisme moderne, puis à la guerre mondiale en 1914. La guerre avec ses millions de morts et ses destructions massives ont conduit à la révolution, puis à l’effondrement des anciens empires. : Allemagne, Autriche-Hongrie et empire ottoman. La Révolution russe d’octobre 1917, qui a provoqué le soulèvement des ouvriers et des paysans, a conduit aux tentatives de répandre les conseils d’ouvriers et la révolution socialiste dans toute l’Europe et au-delà.

La force motrice derrière les soulèvements

Les révoltes aujourd’hui dans tous les pays que nous avons nommés sont motivées par plusieurs forces qui ont redéfini l’équilibre des pouvoirs entre les États-nations ainsi que les classes sociales au sein de cet État et ont conduit simultanément à la crise de l’ordre néolibéral et à l’effondrement final plus important. De l’ordre depuis la Seconde Guerre mondiale. La transformation de la Chine en une société capitaliste très performante, la chute de l’Union soviétique et de l’Europe orientale dans les années 90, puis la récession de 2008 ont presque remplacé la vieille division du monde entre un secteur capitaliste, un secteur communiste et le tiers monde par celle entre pays développés et pays en voie de développement. Nous vivons maintenant dans un monde caractérisé par une mosaïque d’une extrême richesse et de pauvreté inutile dans presque tous les pays.

Les forces motrices qui sous-tendent ces développements - certaines à peine visibles à l’heure actuelle à travers les jets de canons à eau ou les nuages de gaz lacrymogène - peuvent être reconnues dans la réorganisation de l’économie mondiale des financiers, motivée par le souci du profit et du contrôle économique. Au cours des cinquante dernières années et à une vitesse de plus en plus rapide ces vingt dernières années, les industriels et les financiers ont transformé l’industrie par les satellites, les micropuces, les ordinateurs et l’ automatisation, par de nouvelles formes d’organisation managériale de la main-d’œuvre et ont créé des lieux de travail supervisés surveillés électroniquement. L’incroyable augmentation de la production dans le monde entier - de l’extraction minière à la fabrication, en passant par la fabrication de services - toutes conduites dans le cadre d’accords commerciaux internationaux et transportées par le secteur de la logistique avec ses entrepôts et ses conteneurs d’expédition, a conduit, dans le cadre économique néolibéral, à une énorme croissance de l’inégalité économique. Partout, la classe capitaliste et ses partenaires politiques se sont enrichis aux dépens de la classe ouvrière et des pauvres. Tout cela a suscité un ressentiment énorme et bien justifié dans la majorité des pays du monde entier.

Il ne fait aucun doute qu’au lendemain de la Grande Récession de 2008, nous sommes entrés dans une nouvelle période politique où la rébellion alterne avec la répression, à compter de 2011 avec le Mouvement des places en Espagne, Occupy Wall Street aux États-Unis, le Printemps arabe. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. La crise économique a également donné naissance à de nouveaux partis et personnalités politiques nationalistes, de la Ligue du Nord en Italie à l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), de Boris Johnson en Angleterre à Donald Trump aux États-Unis. Les conséquences de la crise se font encore sentir un peu partout, même si l’Amérique du Nord (Canada, États-Unis et Mexique) reste jusqu’à présent pratiquement à l’abri de la contagion radicale.

Dans tous les bouleversements récents, nous voyons la classe ouvrière et les pauvres se soulever et agir en dehors, voire contre les organisations et institutions sociales, les syndicats et les partis politiques qui ont prétendu par le passé les représenter. Lorsque les partis politiques de gauche et les bureaucraties syndicales ont tenté de restreindre ces mouvements, comme cela a été le cas dans de nombreux endroits, les travailleurs et travailleuses eux-mêmes ont soit contourné ces institutions, soit ont tenté de les forcer à agir et se sont efforcés de repousser les dirigeants actuels et de modifier les politiques de ces organisations. Sans partis politiques propres aux travailleurs, les travailleurs n’ont souvent pas été en mesure de formuler un programme clair, mais leurs actions militantes et leurs slogans ont clairement montré qu’ils réclamaient une société d’un tout autre genre, une société où les voix des travailleurs sont entendues et leurs besoins satisfaits.

Ces révoltes simultanées ont des caractères divers. En France, le mouvement des Gilets jaunes, qui pendant des mois a bloqué le trafic dans tout le pays puis s’est rendu dans les quartiers les plus riches de Paris, est composé de travailleurs sans syndicat, du coiffeur et de l’homme à tout faire, ainsi que des membres de syndicats de la Confédération générale du Travail (CGT) ou du Parti socialiste. Au Chili, les étudiant-e-s ont fait déclencher la rébellion en refusant de payer le nouveau tarif plus élevé et en sautant les tourniquets, mais lorsque le gouvernement a mis des chars dans les rues pour la première fois depuis la dictature du général Augusto Pinochet, les débardeurs se sont mis en grève. À Hong Kong, tout le monde, des cuisiniers des restaurants aux programmeurs, s’est joint aux manifestations. Au Nicaragua, les personnes âgées ont été rejointes par des étudiant-e-s, puis par la population générale qui a levé des barricades dans les villes.

Presque partout, les gouvernements ont réagi en tentant de réprimer le mouvement en utilisant la police antiémeute, des canons à eau, des gaz lacrymogènes, des coups, des arrestations. Presque partout il y a eu des morts et des blessés graves. Dans certains endroits, comme à Hong Kong et au Nicaragua, la police a été appuyée par des gangsters ou des paramilitaires. Au Soudan et au Chili, l’armée a été envoyée pour écraser le mouvement, tandis qu’en dehors de Hong Kong, l’armée populaire chinoise reste massée à la frontière, dans l’attente d’un appel à intervenir. Mais les gens refusent de quitter la rue. Ils appellent à la solidarité et cherchent de nouvelles voies de protestation, et l’hydre à plusieurs têtes ne cesse de réapparaître au prochain tournant. À mesure que les révoltes se propagent, elles peuvent commencer à façonner l’esprit du temps, légitimant ainsi l’idée de rébellion et mettant à l’ordre du jour la question de la révolution.

Néanmoins, il ne faut pas exagérer et nous devons nous rappeler que toute cette agitation se déroule dans un contexte de despotismes enracinés et de gouvernements autoritaires gouvernant la plupart des peuples du monde : la dictature du Parti communiste qui gère le capitalisme en Chine, la dictature personnelle de Vladimir Poutine et sa mafia oligarchique en Russie, Bashir al Assad en Syrie, les régimes autoritaires personnalistes de Narendra Modi en Inde et de Recep Tayyip Erdoğan, ainsi que Rodrigo Duerte aux Philippines, ainsi que le nouveau gouvernement de droite de Jair Bolsonaro au Brésil. Ces gouvernements bloquent leurs populations pour empêcher précisément le type de mouvements militants en faveur du changement dont nous discutons ici.

Debout avec les peuples insurgés !

Pour en revenir à notre discussion sur les révoltes elles-mêmes, où une grande partie de la population sympathise avec les protestations ou se joint à celles-ci, celles-ci deviennent des rébellions populaires, c’est-à-dire des rébellions de l’ensemble de la population. Par conséquent, leur caractère de classe peut devenir vague et indéterminé, même si ce sont les travailleurs qui les propulsent. De même, leurs demandes de démocratie sont parfois peu claires et non développées. Leur appel à la démocratie peut occulter les contradictions inhérentes entre ceux qui veulent un État libéral et une démocratie parlementaire - dominée par les banques et les entreprises - et ceux qui veulent une sorte de démocratie de la classe ouvrière où tout le monde a la même voix et le même vote. Précisément parce que ce sont des bouleversements de masse, ils contiennent de nombreux groupes sociaux et des idées très divergentes et sont sujets à controverse set à débats - ce qui est à la fois nécessaire et très bon.

Le fait que beaucoup de ces révoltes soient populaires et non dirigées par des partis de gauche et non guidées par des idéologies socialistes, et qu’elles contiennent de nombreux courants contradictoires, a semé la consternation parmi les groupes de gauche aux États-Unis comme ailleurs. Leur confusion provient du fait qu’ils n’ont pas eu pendant presque cinquante ans à essayer de comprendre et d’interpréter de tels mouvements populaires de masse. Lorsqu’un manifestant de Hong Kong porte un panneau indiquant « Trump Liberate Us » ou une poignée de Nicaraguayens se rend à Washington et s’entretient avec des députés républicains, les gauchistes d’autres pays peuvent abandonner la rébellion, car ils n’ont aucune expérience des mouvements populaires de masse, de leur complexité et de leur caractère contradictoire. Même dans leur propre pays, les gauchistes sont peut-être incapables de comprendre ce qui se passe, comme en France où, pendant des mois, une grande partie de la gauche a qualifié les gilets jaunes de fascistes.

Nous devrions au contraire reconnaître que les révoltes populaires de masse entrent dans une quête politique et dans la recherche de leur programme et de leurs dirigeants. Nous savons par l’histoire que si les révoltes sociales deviennent politiques, les dirigeants, les partis et les programmes seront mis à l’épreuve dans la lutte contre l’ancien ordre social et dans la lutte entre les différentes tendances du mouvement pour établir un nouvel ordre. Les mouvements ont besoin de temps pour élaborer leurs points de vue, peut-être pour se diviser en positions différentes ou rivales. Et pour avoir ce temps, ils ont besoin de notre solidarité.

Là encore, nous pouvons observer certaines tendances, bien qu’elles ne soient que cela et qu’aucune alternative politique n’ait encore été définie. Dans des endroits comme Hong Kong, qui veulent tenir la dictature à distance, ou en Algérie ou au Soudan, où le mouvement se renverse pour renverser l’ancien ordre dictatorial, l’exigence initiale est une démocratie parlementaire et des droits civils, ce qui représente un progrès considérable par rapport à la dictature. Il en va de même lorsque la population pense que le gouvernement trahit les normes démocratiques, comme à Porto Rico et au Honduras.

Néanmoins, l’histoire suggère que, dans les luttes pour la démocratie parlementaire, les travailleurs et travailleuses vont également soulever des revendications économiques et sociales, alors que leurs luttes peuvent engendrer de nouvelles institutions comme solutions de rechange non seulement aux anciens partis, mais peut-être même à l’ancienne constitution et au parlement. Dans d’autres pays, tels que la France et le Chili, la lutte pour des questions économiques et pour la démocratie est complètement imbriquée dès le début. La vérité est cependant que, à l’exception de l’Algérie et du Soudan, et peut-être du Chili, presque aucun de ces pays ne se trouve dans une situation prérévolutionnaire et dans pratiquement aucun d’entre eux la rébellion sociale n’a donné naissance à un parti politique révolutionnaire. Cependant, il est également vrai qu’une grande partie du monde à l’heure actuelle est un laboratoire à la recherche d’une solution au capitalisme, et les spécialistes des sciences sociales qui gèrent les expériences se trouvent dans la rue.

Toutes ces luttes méritent notre soutien, inconditionnel dans de nombreux cas, mais pas sans esprit critique. Nous soutenons ceux et celles qui luttent pour la démocratie dans la rue, mais nous comprenons également que, tout comme nous, ils n’ont pas encore clarifié leurs positions politiques et n’ont pas encore construit les outils politiques nécessaires pour changer la société. Nous assistons à de grands mouvements simultanés d’en bas pour la démocratie et la justice économique à travers le monde et nous soutenons ces mouvements.

Dan La Botz
P.-S.

• DAN LA BOTZ est un enseignant, écrivain et militant de Brooklyn. Il est co-éditeur de New Politics.

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...