Édition du 17 septembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

« La mort d’Oussama Ben Laden n’a pas grande importance »

Le vétéran du journalisme Robert Fisk, correspondant pour le Moyen-Orient du quotidien anglais The Independent, qui a interviewé à trois reprises Oussama Ben Laden, dit que l’annonce de sa mort est bien moins importante que les révoltes populaires dans le monde arabe.« Je m’évertue à répéter depuis quelque temps déjà qu’à mon avis, la question de savoir si cet homme est mort ou vivant n’est pas significative ». « De son point de vue, il a créé Al-Qaida et selon lui, ce fut là son grand succès. »

Le célèbre journaliste dit qu’Oussama Ben Laden n’était pas en mesure de diriger réellement les activités d’Al-Qaida. « Il n’était pas dans une cave assis devant un ordinateur à presser sur des boutons pour lancer des opérations », dit Robert Fisk.

Fisk, qui a effectué dernièrement un travail d’information sur les événements en Syrie, dit que par de nombreux aspects, le monde a beaucoup changé depuis le 11 septembre. « Au cours des derniers mois, nous avons assisté à un réveil arabe au cours duquel des millions de musulmans arabes ont jeté dehors leurs propres directions », dit-il.

« Ben Laden a toujours voulu en finir avec Moubarak, Ben Ali, Kadhafi et tous les autres, les accusant d’être des infidèles à la solde des Etats-Unis, et de fait il y a eu des millions de personnes tout fait ordinaires qui se sont débarrassées de ceux-ci de manière pacifique, en tout cas en Tunisie et en Egypte. Ce n’est pas Ben Laden qui l’a fait, et en cela, il a échoué. Il faut se rappeler que ces régimes ont toujours assuré les Etats-Unis de leur appui, parce que dans le cas contraire, leur pouvoir tomberait aux mains d’Al-Qaida. Il est intéressant de rappeler qu’après la chute de Moubarak, la première chose que l’on a entendue d’Al-Qaida, ce fut un appel à renverser Moubarak, une semaine après qu’il l’eut déjà été. Ce fut pathétique. »

Fisk dit que les célébrations qui ont lieu aux Etats-Unis à l’occasion de la mort de Ben Laden manquent de sens. « Je pense qu’il e a cessé d’être important il y a longtemps déjà. S’ils l’avaient tué une année ou deux après le 11 septembre, ces festoieries auraient peut-être eu un certain sens. Tout cela génère une sensation de victoire aux Etats-Unis, c’est comme une bonne photo, mais je ne crois pas que cela signifie quoi que ce soit. Le fait est que dans ce qui est en train de se produire actuellement dans le monde, ce qui importe c’est le soulèvement massif et le réveil de millions d’arabes musulmans qui veulent renverser leurs dictateurs. »

Robert Fisk dit que ces soulèvements sont « largement plus importants que le fait d’avoir tué un homme d’âge moyen au Pakistan ». (Traduction de A l’Encontre ; entretien effectué sur la chaîne 774 ABC Melbourne.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...