Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Répartition de la richesse

Le 1% au Québec (1) : plus de revenus, moins d’impôts

Statistique Canada a publié aujourd’hui de tout nouveaux chiffres sur le revenu des Canadiens les plus riches. Les données obtenues permettent d’observer l’évolution de la part de la richesse accaparée chaque année par différentes portions de la population, le 1% le plus riche par exemple, mais aussi le 0,1% ou même le 0,01% qui trône au sommet des plus hauts revenus. À l’inverse, ces études statistiques permettent également de calculer la progression (ou la régression…) des revenus des moins riches.

Tiré du site de l’IRIS.

Nous vous proposons une première analyse des chiffres de ce matin en se concentrant sur le « 1% Québécois ».

Graphique 1 : Évolution de la part du revenu de marché et du revenu après impôts du 1% des Québécois-e-s les plus riches, 1982-2010.

Les chiffres au tableau 1 montrent que le 1% le plus riche a concentré entre ses mains une part de plus en plus grande des revenus de 1982 à 2010. Même si l’effet redistributif de l’impôt a participé à réduire ce fait, il n’a pas modifié la tendance générale.

On pourrait croire, après un premier coup d’oeil aux données et en lisant le communiqué de Statistique Canada, que les riches participent plus à l’effort fiscal. En effet, ils paient une part grandissante du total des impôts comme le montre le graphique 2.

Graphique 2 : Évolution de la part de l’impôt payé par le 1% des Québécoi-e-s les plus riches, 1982-2010.

Sources : Statistique Canada, CANSIM Tableau 204-0002

Pourtant, ce serait se méprendre, car l’effort fiscal se mesure d’abord à la part du revenu qu’on consacre aux paiement de l’impôt. Or, loin d’avoir augmenté pour le 1% le plus riche au Québec, celui-ci a diminué – en particulier depuis la fin des années 1990 – comme le montre le graphique suivant.

Graphique 3 : Évolution du taux effectif d’imposition du 1% des Québécois-e-s les plus riches, 1982-2010

Sources : Statistique Canada, CANSIM Tableau 204-0002

Comment cela est-il possible ? C’est que les revenus du 1% le plus riche ont augmenté très rapidement : même en tenant compte de l’inflation, ils ont crû de 59,3% de 1982 à 2010.

Graphique 4 : Évolution des revenus de marché moyens et impôts payés par le 1% des Québécois-e-s les plus riches, en dollars constants 1982-2010

Sources : Statistique Canada, CANSIM Tableau 204-0002

Pendant ce temps-là que se passe-t-il pour le reste d’entre nous ? Eh bien pour la moitié de la population qui fait le moins de revenus, la situation a été beaucoup moins réjouissante, comme on peut le voir au graphique 5.

Graphique 5 : Évolution des revenus moyens avant et après impôt des 50% des Québécois-e-s les plus pauvres, 1982-2010

Sources : Statistique Canada, CANSIM Tableau 204-0002

Julia Posca

Doctorante en sociologie à l’UQAM et chercheuse associée à l’IRIS

Sur le même thème : Répartition de la richesse

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...