Édition du 21 mai 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Le cœur de sa jeunesse bat à Gaza... et l’Amérique entre en crise !

Jour après jour, ou plutôt heure après heure, le mouvement étudiant de solidarité avec le peuple palestinien et d’opposition au soutien du gouvernement à Israël se propage comme une trainée de poudre dans les universités et les écoles des États-Unis d’Amérique. Et comme il se distingue pour sa radicalité, les médias américains multiplient les flash-back pour comparer le mouvement actuel à l’immense mouvement de la jeunesse contre la guerre du Vietnam dans les années 1960 et 1970 ! D’ailleurs, c’est un article du New York Times qui titre éloquemment... « Le fantôme du mouvement anti-guerre de 1968 est de retour ».

30 avril 2024 | Tiré du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM)
Photo : Alisdare Hickson, Flickr, CC, https://www.flickr.com/photos/alisdare/27771123037

En effet, aujourd’hui comme hier, ce mouvement est confronté à la même féroce répression et aux mêmes calomnies de la part des mêmes milieux politiques et économiques. Les arrestations de manifestants pacifiques se comptent par milliers et les menaces et ultimatums des autorités universitaires et autres de l’establishment politique américain pleuvent. Mais, comme à l’époque, le mouvement ne se laisse pas intimider et persiste : il défie les menaces et les ultimatums et continue de s’étendre une semaine après le début de sa phase actuelle, centrée sur l’université Columbia à New York. Comme le montre la carte empruntée à Al Jazeera, le mouvement d’occupations et autres manifestations pro-palestiniennes s’étendait le 25 avril à toutes les grandes universités « historiques » - Harvard, MIT, Princeton, Yale, Berkeley, Columbia, mais aussi aux universités et collèges de presque tout le pays, au nord comme au sud, à l’est comme à l’ouest !

Au-delà de son caractère massif et radical, une autre caractéristique clé du mouvement actuel est sa maturité politique. Il ne se limite pas à manifester sa solidarité avec les Palestiniens, son opposition à la politique américaine au Moyen-Orient et sa condamnation des politiques génocidaires d’Israël. Il va plus loin, en frappant l’adversaire tout-puissant là où cela lui fait le plus mal : dans son portefeuille et son arsenal. C’est pourquoi sa principale revendication est de mettre fin immédiatement et une fois pour toutes aux relations et transactions économiques de toute espèce des universités américaines avec Israël et avec les entreprises américaines qui soutiennent financièrement et militairement Israël, allant jusqu’à l’armer pour mener sa guerre génocidaire à Gaza !

Mais il ne faut pas croire que ce mouvement est confiné aux universités. Comme le montrent tous les sondages depuis 7-8 ans, c’est l’ensemble de la jeunesse américaine qui est majoritairement (environ 80% !) possédée par les mêmes sentiments de solidarité avec le peuple palestinien et de condamnation de l’apartheid de l’État israélien, qui caractérisent le mouvement étudiant. En d’autres termes, le mouvement étudiant actuel puise sa force dans l’immense réservoir qu’est la jeunesse américaine.

En réalité, cette jeunesse nord-américaine a commencé à se radicaliser en masse à l’occasion et pendant les première et deuxième campagne électorale du sénateur indépendant Bernie Sanders. Un Sanders qui semble aujourd’hui s’inspirer à son tour du mouvement de la jeunesse et qui semble retrouver sa combativité lorsque, ce juif, dénonce le « raciste réactionnaire » Netanyahou et les calomnies « antisémites » systématiquement répandues par ce génocidaire et bien d’autres, avec ses six thèses tranchantes dont voici un extrait : "Non, Monsieur Netanyahou. Ce n’est pas être antisémite ou pro-Hamas que de rappeler qu’en un peu plus de six mois, votre gouvernement extrémiste a tué 34 000 Palestiniens et en a blessé plus de 77 000 - dont 70 % de femmes et d’enfants. »

Cependant, ces calomnies « antisémites », qui sont monnaie courante dans la bouche des pro-sionistes et autres partisans de droite et d’extrême droite de l’apartheid israélien partout dans le monde, ont récemment commencé à faire un flop aux États-Unis pour la simple raison suivante : Parce qu’au point de départ et à la tête des mobilisations de solidarité avec les Palestiniens et contre leur génocide par l’État d’Israël se trouvaient et se trouvent les organisations de jeunes juifs antisionistes telles que If Not Now et Jewish Voice for Peace. Alors quand les différentes autorités universitaires, secondées par les médias, les politiques et la...police, justifient la répression des manifestations, allant même jusqu’à demander l’intervention de l’armée ( ! ), avec l’« argument » qu’ils veulent protéger les étudiants juifs pacifiques des manifestants « antisémites », les manifestants juifs antisionistes répondent qu’en fait, les premières et principales victimes de la répression brutale, qui veut soi-disant protéger les étudiants juifs, sont justement... les jeunes étudiants juifs, car ils sont toujours en première ligne et participent plus massivement que n’importe quelle autre communauté au mouvement étudiant actuel !... [1]

Mais, comme en 1968, ce mouvement anti-guerre des jeunes ne se limite pas aux États-Unis et tend à s’étendre à d’autres pays et à d’autres continents. Il se développe déjà rapidement en Australie, et commence à trouver des imitateurs dans les universités européennes (France, Catalogne, Grande-Bretagne, Italie...) où pourtant sévit la répression « préventive » qui met en pièces ce qui nous reste de droits démocratiques fondamentaux. Toutefois, ses répercussions les plus significatives sur le plan politique se manifestent déjà... en Palestine. C’est de là, dans la bande de Gaza martyrisée, que vient lemessage de remerciement chargé d’émotion que les jeunes Palestiniens adressent aux étudiants américains mobilisés qui manifestent leur solidarité avec eux…

Ceci étant dit, en même temps que nous assistons à un soulèvement historique et si prometteur de la jeunesse américaine, nous sommes également témoins de la reprise rapide du mouvement syndical états-unien. Et ce n’est pas un hasard si, parmi les pancartes des étudiants mobilisés, on trouve de plus en plus d’analogues des syndicats, et tout d’abord du syndicat des travailleurs de l’automobile, l’UAW.

En effet, après les victoires historiques de ce syndicat (700. 000 membres) sous sa nouvelle direction radicale et classiste en septembre dernier dans le Nord américain, nous avons eu ces jours-ci un nouveau succès au moins aussi historique : pour la première fois, il a rompu la tradition d’interdire - de fait et par la répression - toute syndicalisation des travailleurs dans le Sud américain, puisque 73% des travailleurs de l’usine Volkswagen de Chattanooga, Tennessee, ont défié les menaces et les chantages, et ont voté en faveur de la syndicalisation de leur usine par l’UAW. L’événement suivant, qui s’est produit les jours mêmes où le mouvement anti-guerre des jeunes atteignait son point culminant, est révélateur de cette reprise fulgurante : la réunion annuelle de Labour Notes, qui est le rassemblement classiste et plutôt d’extrême-gauche des responsables syndicaux et qui, traditionnellement, ne réunissait pas plus de quelques centaines de syndicalistes, a accueilli cette année dans une ambiance survoltée 4.700 responsables syndicaux, présidents de syndicats et autres « troublemakers” ( fauteurs de troubles ), comme ils aiment s’appeler eux-mêmes les militants de Labour Notes. Il est à noter qu’en clôturant les travaux, Shawn Fain, le nouveau président radical de l’UAW connu aussi pour sa solidarité active avec le peuple palestinien, a prononcé un discours très combatif, soulignant que « la classe ouvrière est l’arsenal de la démocratie et les travailleurs sont les libérateurs »…

S’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives, ce qui est certain en revanche, c’est que le crime contre l’humanité commis à Gaza contre le peuple palestinien par Israël et ses complices, commence - enfin - à se retourner contre eux au cœur même de la superpuissance mondiale. Et qu’en outre, la multiplication des secousses pré-sismiques à la base de la société de cette superpuissance américaine, préfigurent le grand tremblement de terre à venir, quel que soit le résultat des élections de novembre prochain. D’autant plus qu’il sera précédé par le grand rendez-vous du mouvement étudiant - et pas seulement - devant et peut-être à l’intérieur de la Convention Démocrate qui, comme en 1968, se tiendra à la même date et encore à Chicago. A l’époque, il y avait environ 10-12 000 manifestants [2] qui ont fait face à la férocité de 15 000 policiers lourdement armés et déchaînés, hurlant “kill the commies” (tuez les cocos). Aujourd’hui, les étudiants mobilisés prévoient qu’ils seront au moins 30 000 devant et autour de la convention démocrate qui se tiendra du 18 au 22 août. Sans doute, la suite des événements s’annonce passionnante... surtout aux États-Unis d’Amérique !…

mailfacebookprintertwitter

Notes

[1] Voir Jewish Voice for Peace, Statement on Columbia University’s discriminatory and repressive treatment of Jewish students (Déclaration sur le traitement discriminatoire et répressif des étudiants juifs par l’université de Columbia) : https://www.jewishvoiceforpeace.org/2024/04/24/seder-campus/

[2] « Pour que les vieux se souviennent et les jeunes apprennent », voici un bref, mais génial, aperçu musical des événements historiques qui ont eu lieu lors de la Convention Démocrate de 1968 à Chicago :https://www.youtube.com/watch?v=Pswvi3QN_tI

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Yorgos Mitralias

Journaliste, Giorgos Mitralias est l’un des fondateurs et animateurs du Comité grec contre la dette, membre du réseau international CADTM et de la Campagne Grecque pour l’Audit de la Dette. Membre de la Commission pour la vérité sur la dette grecque et initiateur de l’appel de soutien à cette Commission.

http://www.contra-xreos.gr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...