Édition du 25 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Libre-échange

Le syndicat Unifor Québec inquiet pour l'avenir des emplois dans le secteur de l'aluminium

MONTRÉAL, le 11 déc. 2019 - Au lendemain de la signature du nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), le syndicat Unifor qui représente des milliers de travailleuses et travailleurs dans le secteur de l’aluminium ne comprend pas pourquoi ce dernier ne bénéficierait pas du même traitement privilégié que celui réservé à l’acier.

« Même si rien n’a été concédé, il demeure que l’acier a obtenu une protection supplémentaire alors que ce n’est pas le cas de l’aluminium. On s’inquiète que cette brèche puisse porter atteinte aux emplois dans l’industrie au Québec à moyen et long terme », a commenté Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

Le syndicat déplore le fait que le Mexique puisse s’approvisionner impunément en aluminium chinois, un aluminium sale - car il est produit au charbon - et de moins bonne qualité pour le transformer. « Cette situation procurera au Mexique un avantage indu qui est contraire à l’esprit du libre-échange, c’est incohérent et injuste pour notre industrie », a indiqué M. Gagné. « Sans compter le risque que des industries s’installent au Mexique pour pouvoir s’alimenter avec l’aluminium chinois qui est moins cher ».

« Je tiens à le mentionner, cet accord comporte aussi de bons éléments. Et je comprends que dans le jeu de la négociation, on ne peut pas tout gagner. Sauf qu’après la gestion de l’offre, le bois d’œuvre et maintenant l’aluminium, c’est à se demander si le Québec n’est pas l’enfant pauvre de cette entente », s’interroge le directeur québécois.

Le syndicat Unifor qui représente plus de 13 000 membres dans le secteur de la forêt au Québec s’inquiète aussi de la question du bois d’œuvre qui n’est toujours pas résolue alors que l’industrie forestière continue de débourser des taxes injustes.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Libre-échange

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...