Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Octobre 2017 en Catalogne - Cinq ans plus tard

Les conditions d’un nouveau mois d’octobre

La mobilisation du référendum du 1er octobre et la grève générale du 3 octobre sont les références pour surmonter la situation actuelle. De ses succès et de ses échecs, nous devons tirer les leçons qui nous permettent d’aller vers une deuxième vague de mobilisations plus larges et plus intenses du peuple de Catalogne, vers un nouvel Octobre qui, cette fois, atteint ses objectifs.

[Cet article fait partie du dossier commun « Octobre souverain : 5 ans après », préparé entre les publications Catarsi, Debats pel Demà, Realitat, Sin Permiso, Sobiranies et Viento sSur]

29 octobre 2022 | tiré de Viento Sur |Version originale encatalan

Les succès sont nombreux : les grandes manifestations unitaires, l’occupation et la défense des bureaux de vote sur 1-O, la grève générale du 3-O, la capacité d’une partie des premiers Comités de Défense de la République (CDR) à intégrer de nouvelles personnes, le début du contrôle des voies de communication du 8-N, ... Il faut imaginer comment ces succès pourraient être reproduits, élargis et combinés dans de nouvelles circonstances pour donner lieu à une mobilisation qui permettrait de contrôler le territoire et de se maintenir dans le temps.

Il faut reconnaître que le principal mérite de ces succès correspond au mouvement indépendantiste et, en particulier, à ses organisations populaires les plus importantes, l’Assemblée nationale catalane (ANC) et Òmnium Cultural. Vous ne pouvez pas penser à un deuxième octobre sans eux.

Mais il faut aussi reconnaître que dans les orientations politiques qui étaient majoritaires jusqu’aux 1er et 3 octobre, les lacunes qui ont influencé par la suite le manque d’initiative du gouvernement et du mouvement jusqu’au 27 octobre étaient déjà présentes. Ce jour-là, la proclamation symbolique de l’indépendance a été suivie par l’abandon du gouvernement et des institutions, l’acceptation de facto de l’application de l’article 155 et les élections du 21 décembre convoquées par Rajoy. En ce sens, 27-O n’était pas une victoire mais une défaite du mouvement, pas définitive mais importante. Ensuite, d’autres suivraient et la division entre les forces indépendantistes majoritaires s’aggraverait beaucoup plus.

Il y avait des affirmations et des convictions bien ancrées qui ne résistaient pas à l’épreuve des faits :

  • L’indépendance peut être obtenue en passant d’une loi à l’autre, comme expliqué dans le Livre blanc sur la transition nationale.
  • L’Etat n’osera pas réprimer une large mobilisation de personnes qui veulent voter. Et s’il gagne, le Oui permettra le déploiement des lois de déconnexion, ou il acceptera de négocier.
  • Si une grande mobilisation est réalisée et que le référendum est gagné, l’Europe nous soutiendra.

La mobilisation des indépendantistes suffit, il n’est pas nécessaire de faire des efforts particuliers pour gagner d’autres secteurs sociaux, comme celui qui a commencé à s’exprimer fortement à partir du 20-S lors des manifestations contre les actions de la Garde civile dans les délégations gouvernementales et dans les locaux de la CUP. Roger Palà l’a baptisé commeun « nouveau nous ». Laia Facet et Oscar Blanco ont également souligné l’entrée en scène de cesnouveauxacteurs et le potentiel des CDR pour les accueillir.

La solidarité des peuples de l’État n’est pas un élément fondamental pour travailler activement : la seule action de masse importante appelée pour cet objectif a été la manifestation du 16 mars 2019 pour la liberté des prisonniers et des exilés.
Après 27-S, le rapport de forces avec l’État n’a cessé de se détériorer. De nombreux secteurs indépendantistes ont tardé à le reconnaître ou ne l’ont pas encore fait, peut-être éblouis par les résultats électoraux du 21 décembre 2017 ou du 14 février 2021, sans prêter suffisamment attention à la baisse du niveau de mobilisation populaire qui est le facteur fondamental. La faible mobilisation et la grande division exprimée dans le 11-S de cette année semblaient être un bain de réalité pour de larges secteurs du mouvement indépendantiste, mais cela n’a été que partiellement.

Actuellement, les principales stratégies présentes sont les suivantes :

Une partie importante du mouvement indépendantiste, représenté par l’ANC, un secteur de l’entourage de JuntsxCat et Puigdemont, estime que le référendum 1-O donne déjà suffisamment de légitimité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et qu’il est seulement nécessaire de remplir son mandat et de rendre l’indépendance effective. De là, il y a beaucoup de divergences, à commencer par qui peut être le protagoniste de l’initiative : Junts lui-même malgré les divisions internes, une liste civique indépendante des partis comme proposé par l’ANC,... Mais personne n’a été en mesure d’expliquer comment l’indépendance serait effective, comment elle serait défendue et pourquoi elle n’a pas été faite lorsque Puigdemont était président et que les conditions étaient beaucoup plus favorables.

ERC a longtemps été avec une opinion contre le fait de rendre le résultat de 1-O effectif maintenant. Il défend que pour cela nous devons être de plus en plus forts, et que maintenant il est temps d’élargir la base, d’ajouter plus de personnes favorables à l’indépendance, en combinant deux éléments. D’une part, une bonne action gouvernementale, commençant à démontrer dans la pratique qu’avec un gouvernement indépendantiste, tout le monde gagnerait. D’autre part, en utilisant la force du mouvement indépendantiste pour que la Taula de Diàleg commence à donner des résultats dans les domaines de l’amnistie et de la reconnaissance du droit à l’autodétermination. Mais il est très difficile de mener une bonne action gouvernementale si la priorité n’est pas donnée aux besoins des secteurs les plus durement touchés par la crise et si les ressources et les compétences sont contrôlées d’une main de fer par le gouvernement central. Et la Taula de Diàleg sans mobilisation populaire ne peut pas donner de résultats en amnistie et en autodétermination, et jusqu’à présent, elle ne leur a pas donné dans d’autres questions beaucoup plus modestes telles que la fin de la répression, la déjudiciarisation de la politique, la réforme du crime de sédition ou le respect de la langue catalane.

Le 11 septembre, avant l’effondrement du gouvernement de coalition, Xavier Antich au nom d’Òmnium Cultural a clairement appelé à abandonner les politiques antérieures et à travailler pour un nouveau cadre stratégique du mouvement de libération nationale. C’est important parce qu’il l’a dit au nom de la plus grande entité du pays et en raison des idées qu’il a avancées. En premier lieu, il a précisé que ce nouveau cadre n’a rien à voir avec la récupération de formules qui n’ont pas fonctionné, comme celles qui ont été utilisées au cours des cinq dernières années, et qu’il doit être construit avec la complicité de nouveaux agents. Il a également avancé quelques idées générales qui me semblent fondamentales. Il n’y aura pas de chemin vers l’indépendance qui ne soit pas démocratique et ce chemin ne remet pas seulement en cause l’indépendance, mais la souveraineté et les démocrates. Pour gagner, nous devons être plus et pour être plus, nous devons participer à toute la diversité des luttes qui se déroulent dans toute la Catalogne.

Cette position d’Òmnium me semble un bon point de départ et le début des échanges entre magazines de gauche que nous faisons peut certainement aider à commencer à ouvrir le débat sur un nouveau cadre stratégique pour le mouvement de libération nationale et sociale, deux composantes que la tradition de la meilleure gauche a toujours considérées comme liées. J’avance quelques considérations.

Le référendum 1-O ne donne pas assez de légitimité pour proclamer l’indépendance ou assez de force pour la défendre plus tard. Un autre référendum est nécessaire et l’emporte clairement avec une participation de plus de 50% au recensement (avant 1-OJordi Muñozavait déjà raisonné l’opportunité de fixer un seuil de participation de 50%). C’est bien de l’exiger de l’Etat, mais on sait qu’il est très difficile pour lui de s’entendre, même avec de grandes mobilisations dans la rue. C’est pourquoi il ne faut pas exclure de le faire sans accord, pour rendre un nouveau 1-O plus massif et radical. Mais il est nécessaire de faire une approximation des difficultés.

Avec un recensement électoral de 5 624 067 personnes (2021) pour atteindre une participation de 55%, 3 093 237 électeurs sont nécessaires, soit 807 020 de plus que sur 1-O. Si les votes en faveur de l’indépendance étaient les mêmes qu’alors (2 044 038), ils représenteraient 66,08% et le résultat serait d’une légitimité incontestable. Mais les chiffres ne sont pas la chose la plus importante (d’autres peuvent être faites), l’essentiel est quevous ne pouvez pas gagner un référendum qui légitime l’indépendance interne et externe sans une forte participation des personnes non indépendantistes. Car l’hypothèse la plus raisonnable est que la majorité de ces 800 000 personnes portées disparues ne sont pas indépendantistes et ne le seront pas, mais font partie de ces nouveaux secteurs sociaux qui ont commencé à s’exprimer le 20 septembre 2017, que le 1-O faisait partie des 242 000 votes Oui différents, et qui ont soutenu la grève générale des 3-O.

Pour quelles raisons ces peuples pourraient-ils participer à un référendum d’autodétermination ? Je crois qu’ils pourraient le faire pour défendre la démocratie contre un État qui la coupe continuellement dans de nombreux domaines et dans l’espoir de parvenir à un pays beaucoup plus juste et durable sur le plan social. Mais je crois qu’ils ne le feront pas pour une indépendance qui n’est pas décidée démocratiquement, qu’on ne sait pas à quelles revendications populaires elle répondra et s’il n’a pas prouvé qu’elles ont été défendues depuis longtemps auparavant dans des luttes partagées par des secteurs importants des partis et des entités du mouvement indépendantiste. C’est-à-dire qu’un référendum ne sera pas gagné si, au sein du mouvement indépendantiste, les positions radicalement démocratiques favorables aux revendications populaires ne prennent pas un poids important.

Enfin, un nouvel Octobre beaucoup plus puissant n’empêchera pas la répression de l’État et ne pourra pas y résister s’il n’a pas été sérieusement diminué (par exemple, par une crise profonde du régime de transition) et si des solidarités actives et importantes n’ont pas été réalisées dans le reste des peuples de l’État.

Au cours du 1er octobre, l’État n’a utilisé qu’une petite partie de la force répressive qu’il pouvait mobiliser sans s’exposer à une crise politique majeure ou à une réaction contraire généralisée des citoyens hors de Catalogne. Et sans ces deux choses, l’Europe n’agira pas non plus pour défendre activement la Catalogne. Le succès d’un nouvel Octobre dépend non seulement du travail effectué en Catalogne, mais aussi de ce qui se fait dans le reste de l’État espagnol.

La Catalogne devrait jouer un rôle actif et solidaire dans le processus d’affaiblissement et de dénuement du régime de transition dont la monarchie est la clé de voûte. Les mouvements sociaux catalans, y compris le mouvement indépendantiste, doivent se coordonner efficacement avec ceux des autres peuples de l’État dans la lutte contre la répression, pour la démocratie, pour le droit des peuples à décider et pour la défense des conditions de vie des classes populaires. Des luttes communes sont nécessaires non seulement en Catalogne, mais au niveau de tout l’État. Nous devons à nouveau être considérés comme un élément indispensable d’une lutte commune, comme ce fut le cas à l’époque de la lutte contre la dictature franquiste.

Enfin, nous devrions vouloir faire partie d’une sortie positive du régime de transition, non seulement faire partie du processus de destitution, mais aussi proposer que la fin de la monarchie s’accompagne de processus constituants dans les différents peuples de l’État et d’une discussion sur les relations qu’ils souhaitent entretenir. N’oublions pas que le centralisme est remis en question dans de nombreux endroits et que les revendications d’indépendance sont enracinées dans un plus grand nombre de peuples. Les citoyens de Catalogne devraient décider démocratiquement dans leur propre processus constituant comment ils veulent que la République catalane soit et, en particulier, s’ils veulent qu’elle soit indépendante, fédérée ou confédérée avec les autres peuples de l’État. Mais, précisément parce que la décision doit être démocratique, toutes les options sont ouvertes et il est donc nécessaire de dis-le du mouvement indépendantiste : la chose fondamentale est le droit de décider pas le résultat de la décision à un moment donné.

Il est impossible de prédire comment le nouvel octobre que nous voulons va percer. C’est pourquoi les considérations ci-dessus ne sont que cela, ce ne sont ni des prévisions ni des propositions rigides. Ils ne sont que le reflet de la façon dont nous pouvons essayer de renforcer ce que nous avons trouvé comme un succès et de surmonter ce que nous considérons comme des lacunes. Et soyez attentifs à la réalité, car sûrement la deuxième vague de luttes populaires nous surprendra comme ils l’ont fait le 15-M de 2011 ou le 1er octobre 2017. J’aimerais que nous puissions nous revoir à nouveau.

22/10/2022

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...