Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Les coupes dans les services aux élèves à besoins particuliers doivent absolument cesser (QS)

QUÉBEC, le 19 avril 2016 - La députée de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, demande au ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, de reconnaître que les premières victimes des coupes dans les services aux élèves sont les enfants à besoin particuliers et leurs familles.

« Depuis l’élection du gouvernement libéral, des centaines de professionnel.les, comme des orthopédagogues et des éducateurs spécialisés, ont été coupés dans 72 commissions scolaires et ce n’est pas fini. Selon des données préliminaires, à Espace Jeunesse, une école montréalaise pour adolescents avec un handicap ou un trouble mental, 9 classes sur 26 seront fermées l’an prochain. La Commission scolaire de Laval envisage de supprimer l’accompagnement particulier des élèves handicapés pendant l’heure du dîner. Sachant que nous sommes actuellement en surplus budgétaire, il est urgent de mettre les coupes projetées au placard et de réinvestir massivement dans les services aux élèves les plus vulnérables. C’est une question de justice sociale pure et simple », a indiqué Mme David en point de presse avec Brigitte Dubé de la Coalition de parents d’enfants à besoins particuliers, mardi.

Le parti libéral a bloqué la motion solidaire visant à rappeler que les coupes de personnel projetées dans les établissements d’enseignement affecteront au premier chef les enfants à besoin particulier et demandant au gouvernement de financer davantage le réseau d’éducation public pour qu’il puisse répondre à sa mission d’offrir une éducation de qualité aux enfants du Québec.

Pour Brigitte Dubé, les conséquences des compressions sur le terrain sont flagrantes : « On parle ici d’humains, pas de colonnes de chiffres. Le réinvestissement annoncé en grande pompe lors du dernier budget n’est simplement pas au rendez-vous. Des élèves seront intégrés dans des conditions qui ne conviennent pas à leurs besoins et qui nuiront au bon fonctionnement de la classe ; les ressources, déjà insuffisantes, seront encore amputées, les parents et les enseignants perdent espoir ».

Mme Dubé a aussi rappelé qu’on ne gaspille pas seulement le potentiel des élèves, mais celui des parents aussi. « Les conséquences du manque de ressources dans les écoles affectent directement l’employabilité des parents, et ce, malgré des diplômes et une expertise reconnus. Car qui croyez-vous, veut réellement d’un employé qui peut se faire appeler par l’école à tout moment parce que le personnel scolaire peu nombreux et insuffisamment formé ne réussit pas à encadrer un enfant en crise ? Qui d’autres que les parents doivent assurer la scolarisation à domicile à mi-temps ou à temps complet en même temps qu’ils travaillent ? Avec toutes les conséquences financières et la détresse que cela implique ? Les parents sont à bout de souffle et c’est collectivement qu’on en paiera le prix », a-t-elle affirmé.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...