Édition du 19 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Les Premières nations contre Coastal GasLink

Merci aux Wet’Suwet’En !

Remercier les Wet’suwet’en ? Quelle drôle d’idée ! Et pourtant… Les Wet’suwet’en ne font pas que défendre (légitimement) leur territoire et leurs droits ancestraux.

Ils s’opposent à la construction d’un gazoduc qui acheminerait du gaz naturel (essentiellement du gaz de schiste) vers une usine de liquéfaction en vue de son exportation. Ce faisant, ils visent à freiner l’extraction d’hydrocarbures fossiles, source importante d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Nous sommes dans l’urgence climatique. Tout le monde, ou presque, le sait, et cherche à agir, chacun à son échelle. Le problème, c’est que ceux qui se trouvent en haut de l’échelle, les pouvoirs publics, ne semblent pas savoir que faire, à part des promesses et de grandes déclarations creuses.

Les Wet’suwet’en nous donnent une leçon : en agissant à leur échelle, ils sont en train d’ébranler nos certitudes et de susciter une mobilisation inattendue d’un bout à l’autre du Canada, et même ailleurs dans le monde.

Ébranler nos certitudes ? Le blocus des voies ferrées montre à quel point notre système économique, fondé sur les exigences du marché, est fragile. Importations et exportations sont bloquées dans les ports ; le transport des marchandises et des personnes, les réseaux de distribution des matières premières, des produits finis et des aliments sont au ralenti. Nous devons réduire nos attentes et notre consommation pour les semaines qui viennent. Horreur ! La croissance et le PIB vont en souffrir !

Pourquoi ne pas en profiter pour réfléchir à notre avenir commun ? Penser à une forme de décroissance, de modération, de transition vers un mode de production et de consommation à plus petite échelle ii ? Pendant que nous en avons encore le loisir, redéfinir nos priorités : assurer un mode et un milieu de vie sains pour nos descendants, et pour cela freiner les activités toxiques et protéger autant que possible les territoires, les eaux et l’air ?

Et faire passer le message : nos pouvoirs publics doivent agir en dirigeants conscients et responsables, pas en marionnettes des lobbys. Ils doivent aider les provinces qui en ont besoin, non pas en stimulant le développement des secteurs pétrolier et gazier, mais en soutenant la reconversion énergétique et économique. Et ils doivent, immédiatement, ordonner la suspension des travaux du pipeline Coastal Gaslink. Cette première étape ouvrirait la voie à une réflexion sur les véritables enjeux du conflit.

Les moyens d’action des citoyens sont nombreux. Exprimons-nous, sans craindre d’aller jusqu’à la désobéissance civile, comme le prônent un millier de scientifiques français iii.

Le temps est aussi venu de laisser parler et agir les Premières Nations iv. Nos concitoyens autochtones, qui ont su, contre vents et marées, préserver leur culture et leur attachement à la Terre, nous montrent le chemin. Nous habitons le même territoire fini et menacé, et leur combat est le nôtre.
Merci aux Wet’suwet’en !

Denise Campillo
Roxton Falls
Le 21 février 2020

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Les Premières nations contre Coastal GasLink

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...