Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

LA GUERRE EN UKRAINE

Non à la guerre de Poutine ! Ni Washington ni Moscou, solidarité mondiale contre la guerre !

L’invasion barbare de l’Ukraine par les troupes de Poutine est l’événement géopolitique le plus important depuis la fin de la guerre froide. Il s’agit d’un tournant dans l’histoire mondiale qui conditionnera toutes les relations entre les États du système impérialiste et les luttes de classe et sociales en son sein.

18 mars 2022 | tiré de Viento sur
https://vientosur.info/no-a-la-guerra-de-putin/

La gauche et le mouvement anti-guerre doivent se montrer à la hauteur de la situation et présenter des positions et des exigences claires. Nous devons condamner la terrible guerre de Poutine, construire une solidarité avec la résistance ukrainienne et le mouvement anti-guerre russe et nous opposer à la tentative des États-Unis et de l’OTAN de transformer cette conflagration en une guerre inter-impérialiste entre des puissances dotées de l’arme nucléaire.

Une guerre criminelle et catastrophique

Il y a près de quinze jours, Poutine a ordonné à ses troupes d’envahir l’Ukraine dans l’idée qu’elles seraient accueillies comme des forces de libération contre un gouvernement qui, selon lui, ne bénéficie pas du soutien populaire. Il a promis une victoire rapide. Il est clair qu’il s’est trompé de manière tragique, déployant trop peu de troupes et trop peu d’armes pour conquérir et soumettre le pays rapidement. L’Ukraine a opposé une résistance militaire et civile héroïque à l’invasion russe.

Forcés par la résistance à se réorganiser, Poutine et ses généraux semblent prêts à adopter la stratégie de la terre brûlée qu’ils ont utilisée lors des précédentes guerres en Tchétchénie et en Syrie, menaçant la vie de millions de personnes. L’invasion russe a déjà poussé deux millions d’Ukrainiens à fuir leur pays à la recherche d’un refuge en Pologne, en Slovaquie, en Hongrie et au-delà. Les quelque 40 millions de personnes restées dans le pays sont confrontées à une catastrophe humanitaire. La Russie bombarde les zones résidentielles et menace l’accès à l’eau, à la nourriture, aux médicaments et à l’électricité.

Les États-Unis et l’OTAN ont répondu par tout sauf par une intervention militaire directe. Ils ont lancé une guerre économique contre la Russie, en imposant des sanctions sur le système commercial et financier de la Russie. Alors que les États-Unis ont déclaré un embargo sur le pétrole et le gaz russes, l’Union européenne (UE) ne l’a pas fait, car elle dépend fortement des importations de carburant en provenance de Russie. Les sanctions ne touchent pas seulement Poutine, sa bureaucratie d’État et la classe dirigeante du pays, mais l’ensemble de l’économie nationale. Elles auront un impact dévastateur sur la classe ouvrière et la population opprimée, qui souffrent déjà d’une extrême inégalité en raison de l’énorme concentration des richesses entre les mains des oligarques.

Les États-Unis et l’OTAN ont également déployé en toute hâte des troupes dans les pays limitrophes de l’Ukraine et de la Russie et ont augmenté l’aide militaire à l’Ukraine. Les pays sont prêts à augmenter leurs budgets militaires les uns après les autres pour se préparer à la rivalité entre grandes puissances, l’Allemagne en tête et s’engageant à doubler ses dépenses militaires l’année prochaine.

Résistance internationale à la guerre de Poutine

L’espoir dans ce sombre tableau réside dans l’émergence d’une résistance internationale à la guerre par le bas. La composante la plus importante est, bien sûr, la résistance ukrainienne sous toutes ses formes militaires et populaires. Cette résistance a inspiré la mobilisation contre la guerre dans le monde entier, et plus particulièrement en Russie. Là-bas, les militants anti-guerre ont défié la répression du gouvernement, manifestant par milliers à travers le pays. Déjà, plus de 13 000 personnes ont été arrêtées et soumises à un traitement brutal aux mains de la police politique de Poutine. Face à cette intimidation, des centaines de milliers de personnes ont signé une pétition contre la guerre, des artistes ont risqué leur carrière dans des institutions financées par l’État en manifestant contre Poutine, des professeurs de l’université de Moscou se sont déclarés contre la guerre et des membres du parlement ont demandé l’arrêt de la guerre.

Ce sentiment anti-guerre s’enflammera davantage lorsque des milliers de conscrits russes perdront la vie, l’intégrité physique et la santé dans une guerre de conquête impérialiste. Cela alimentera l’action anti-guerre au niveau national et même parmi les membres de la base. Face à la résistance civile et militaire ukrainienne, les soldats réalisent le mensonge de Poutine selon lequel les envahisseurs seraient accueillis comme des libérateurs. On rapporte déjà que des troupes refusent de se battre, sabotent leur propre approvisionnement et, dans certains cas, désertent.

Au-delà de la résistance ukrainienne et russe, un mouvement international contre la guerre de Poutine a commencé à émerger. Elle varie en taille et en composition, mais dans certains pays, elle rassemble des milliers de personnes, notamment une manifestation de 100 000 personnes à Berlin.

La politique de la guerre en Ukraine

Cette résistance internationale est politiquement hétérogène, avec toutes sortes de courants pointant vers de bonnes et de moins bonnes idées. La question clé pour les socialistes est la position que nous devons adopter pour éduquer, orienter et construire le mouvement. Puisque, comme l’a dit Carl von Clausewitz, "la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens", nous devons d’abord comprendre l’aspect politique de cette guerre et ses différents camps opposés.

La Russie mène une guerre d’agression impérialiste. Comme Poutine l’a clairement indiqué dans de nombreux discours, son objectif est de reconstruire l’ancien empire de son État en Europe orientale et il considère l’Ukraine comme un tremplin sur cette voie. Il a l’intention d’installer un régime fantoche dans tout le pays ou de diviser l’est, en maintenant le contrôle de la Russie sur l’Ukraine et les régions séparatistes de Lougansk et Donetsk.

L’Ukraine mène une guerre d’autodétermination nationale et, en fait, de libération nationale contre une puissance impériale envahissante et occupante. La lutte englobe des dimensions militaires et populaires, qui se poursuivront sous la forme d’une insurrection permanente, même en cas de victoire russe.

Les États-Unis et les autres puissances de l’OTAN visent à défendre leur sphère d’influence, qu’ils étendent toujours plus loin en Europe de l’Est depuis la fin de la guerre froide. Washington a clairement fait savoir qu’il faisait des nœuds à ses alliés face à la rivalité des grandes puissances avec la Russie - et au-delà, et d’une importance bien plus grande, avec la Chine - afin de renforcer son hégémonie dans le système capitaliste mondial.

Contre le faux anti-impérialisme

Il y a trois pièges dans cette guerre que la gauche internationale et le mouvement anti-guerre doivent éviter à tout prix. Premièrement, nous ne devons pas adopter la politique de l’ennemi de mon ennemi est mon ami et soutenir la Russie de Poutine comme une sorte d’État anti-impérialiste. Aussi étrange que cela puisse paraître pour la plupart des gens, cette position est défendue par certaines sections de la gauche. Ils sont peu nombreux, mais ils exercent une influence non négligeable sur des couches plus larges du mouvement anti-guerre, qui méprise à juste titre l’impérialisme américain.

Cette position considère les États-Unis comme le seul État impérialiste au monde et soutient tout régime, aussi répugnant soit-il, comme la Russie de Poutine et la Syrie de Bachar al-Assad, qui s’y oppose soi-disant. Ainsi, ses défenseurs ferment les yeux sur les multiples crimes de ces États, notamment les guerres et les contre-révolutions, ou les justifient comme des éléments de la realpolitik de ce qu’ils appellent l’anti-impérialisme. En réalité, cette position n’a rien à voir avec l’anti-impérialisme. Elle soutient des régimes en Russie ou en Chine qui exploitent la classe ouvrière, oppriment d’autres nations et peuples et aspirent à devenir de grandes puissances.

Quant à la guerre de la Russie contre l’Ukraine, ces faux anti-impérialistes adoptent des positions différentes. Certains soutiennent la guerre de la Russie, d’autres l’approuvent du bout des lèvres, d’autres encore réduisent les tâches du mouvement anti-guerre à la seule opposition aux États-Unis et à l’OTAN. En tout cas, ce faux anti-impérialisme compromet fondamentalement une position anti-guerre en Ukraine, puisqu’il ne s’oppose pas frontalement à l’invasion et à l’occupation du pays par la Russie. Pire, son refus de s’opposer à la guerre de la Russie sape la solidarité avec la résistance ukrainienne, la considérant comme un combat téléguidé et contrôlé par Washington.

Elle porte également atteinte à la solidarité avec le mouvement anti-guerre russe. Les faux anti-impérialistes ont longtemps condamné cette opposition intérieure dans des pays prétendument anti-impérialistes comme des révolutions de couleur entièrement orchestrées par les États-Unis.

Au fond, les faux anti-impérialistes violent l’internationalisme ouvrier et le soutien au droit à l’autodétermination des nations opprimées. Ils voient le monde comme un tout divisé uniquement entre les États et soutiennent ceux qu’ils considèrent comme anti-impérialistes, peu importe à quel point ils exploitent la classe ouvrière et oppriment les autres peuples. Adopter ce faux anti-impérialisme compromettrait sérieusement le mouvement anti-guerre et serait rejeté par de nombreuses personnes, notamment en Ukraine, qui sont descendues dans la rue pour s’opposer à la guerre de Poutine et qui verraient la gauche en faire l’apologie.

Contre le soutien à l’intervention des États-Unis et de l’OTAN

Le deuxième piège, qui est peut-être le plus dangereux, consiste pour la gauche et le mouvement anti-guerre à soutenir les États-Unis et l’OTAN comme moyen d’arrêter la guerre et d’assurer la libération de l’Ukraine. Cela conduirait le mouvement à se ranger du côté de la plus puissante puissance impérialiste du monde, dont les objectifs sont totalement prédateurs. Personne ne devrait oublier la longue histoire sanglante de Washington, de la guerre hispano-américaine aux deux guerres mondiales impérialistes, en passant par la guerre du Viêt Nam, les invasions de l’Irak et de l’Afghanistan et son soutien actuel à l’occupation de la Palestine par Israël et à la guerre de l’Arabie saoudite au Yémen. Ce bilan a conduit Martin Luther King à qualifier les États-Unis de "plus grande cause de violence au monde".

L’Alliance atlantique de Washington fait partie de cette histoire impériale. Les États-Unis l’ont créée, selon la célèbre phrase de leur premier secrétaire général, Lord Ismay, pour "empêcher les Russes d’entrer, les Américains d’entrer et les Allemands d’entrer" en Europe. En d’autres termes, il s’agit d’un instrument de la domination impérialiste américaine sur le capitalisme européen.

La plupart des autres États membres de l’OTAN et de l’UE ont leur propre histoire colonialiste sordide, et nombre d’entre eux ont été complices des guerres menées par Washington, tout récemment en Afghanistan, où l’OTAN a beaucoup fait pour pacifier le pays, commettant pour l’occasion de nombreux crimes de guerre. En outre, la décision des États-Unis et des puissances européennes d’étendre l’OTAN et l’UE en Europe de l’Est est l’une des causes de la guerre en Ukraine, car elle a alimenté le désir croissant de Poutine, au cours de la dernière décennie, de regagner la sphère d’influence perdue de la Russie.

Les États-Unis et l’UE n’offrent à l’Ukraine aucune autre alternative que de se soumettre à leurs intérêts impériaux et à l’économie néolibérale. En effet, par le biais du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, les États-Unis sont l’un des oppresseurs de l’Ukraine. Ces institutions financières internationales ont plongé l’Ukraine dans une dette qui dépasse désormais 129 milliards de dollars. La classe ouvrière et les opprimés du pays ont payé un prix exorbitant pour servir cette dette et ses intérêts.

Comme elles l’ont fait dans l’ensemble du Sud, les institutions financières internationales ont exigé de l’Ukraine qu’elle réduise ses programmes sociaux, qu’elle privatise l’industrie publique, qu’elle licencie les fonctionnaires et qu’elle réduise les salaires et les avantages sociaux des travailleurs afin d’obtenir de nouveaux prêts. Les paiements annuels de l’Ukraine soustraient au pays des milliards de dollars qui sont en fait nécessaires de toute urgence pour mettre en œuvre des réformes sociales visant à améliorer le maigre niveau de vie de la majorité de la population.

Les États-Unis et l’OTAN cherchent à défendre et même à étendre leur domination militaire sur l’Europe de l’Est et à imposer une économie néolibérale. Ils n’offrent aucune solution à la situation critique de la majorité de la population ukrainienne qui lutte pour sa libération. Malgré tout cela, de nombreuses personnes, horrifiées par la guerre de Poutine, appellent à tort Washington et Bruxelles à intervenir directement ou à établir une zone d’exclusion aérienne. Cela entraînerait des affrontements militaires entre les États-Unis/OTAN et la Russie, avec le risque d’une troisième guerre mondiale entre puissances nucléaires.

Pour la paix, pas le pacifisme

Le troisième piège consiste à adopter une position pacifiste, en s’opposant à toute guerre et à toute violence. Bien que compréhensible à la lumière de l’invasion de Poutine, cette position est erronée et trahirait le devoir de solidarité avec la résistance ukrainienne. Le pacifisme élève la non-violence au rang de principe valable en toutes circonstances. En réalité, cependant, toutes les formes de violence et de guerre ne sont pas réactionnaires. Ils peuvent être des instruments de libération de l’oppression.

La lutte de libération vietnamienne, qui a vaincu l’impérialisme français et américain, a représenté une utilisation progressive de la force militaire qui a assuré l’indépendance du pays. La guerre civile américaine, qui a impliqué la conquête du Sud par l’armée de l’Union et une grève générale de la population asservie, a mis fin à l’esclavage aux États-Unis.

Ce serait une profonde erreur de mettre sur un pied d’égalité la violence de la lutte vietnamienne et celle de l’impérialisme américain ou la violence des esclavagistes et des personnes asservies et de condamner les deux. Un côté est pour le maintien des systèmes violents d’oppression et l’autre pour leur suppression. Au lieu d’une morale abstraite, qui peut conduire à une neutralité franchement immorale dans la lutte entre oppresseurs et opprimés, nous devons aborder la question de la violence et de la guerre politiquement et comme une question tactique. Nous devons nous opposer aux guerres qui renforcent la domination, l’oppression et l’exploitation, et soutenir les guerres qui libèrent les gens de ces structures.

Cela ne signifie pas que nous devons soutenir toute violence, quelle qu’elle soit, dans la poursuite de la victoire. Nous ne devons soutenir que l’utilisation de moyens qui organisent et renforcent la lutte collective de la majorité opprimée. Et cela ne peut être jugé que dans les circonstances concrètes d’une guerre donnée.

Des positions de principe pour le socialisme et contre la guerre

Alors quelles positions les socialistes et les militants anti-guerre doivent-ils adopter face à l’invasion de l’Ukraine par les troupes de Poutine ? Cette guerre combine trois éléments : la conquête impérialiste de l’Ukraine par la Russie, la lutte de l’Ukraine pour l’autodétermination et un conflit inter-impérialiste entre la Russie et les États-Unis, l’hégémon mondial.

Notre mot d’ordre doit être : Ni Washington ni Moscou, solidarité internationale d’en bas contre la guerre et l’impérialisme. Nous devons soutenir le droit de l’Ukraine à l’autodétermination et sa lutte pour la libération nationale contre l’occupation russe. Nous devons défendre le droit du peuple ukrainien à se procurer des armes partout où il le peut pour se défendre, mais nous devons également le mettre en garde contre les conditions qui accompagneront les armes et le soutien qu’il cherche à obtenir des États-Unis et d’autres puissances impérialistes.

Nous devons soutenir les forces progressistes - gauchistes, féministes, syndicalistes - de la résistance ukrainienne qui défendent les droits des minorités nationales opprimées du pays, des russophones, de la population juive et autres. Seule l’unité du peuple ukrainien contre toute oppression peut consolider la résistance contre la tentative de la Russie de diviser et de conquérir le pays.

Nous devons être solidaires du mouvement anti-guerre russe. Si elle peut s’étendre à davantage de secteurs et de territoires, elle peut encourager les troupes russes à refuser de se battre et ainsi mettre fin à l’invasion. De cette résistance peut émerger une lutte plus radicale pour défier l’autocratie de Poutine. Rappelons que les défaites militaires russes ont historiquement conduit au déclenchement de révolutions : la guerre avec le Japon a conduit à la révolution de 1905 ; la première guerre mondiale a conduit à la révolution de 1917 ; et l’occupation de l’Afghanistan dans les années 1980 a conduit aux révolutions politiques de 1989-91.

En nous opposant à la guerre de la Russie, nous ne devons pas demander aux États-Unis et aux puissances de l’OTAN d’intervenir. Nous ne devrions pas soutenir leurs sanctions, qui dans ce cas sont une guerre avec d’autres moyens financiers. Ils représentent la punition collective de la classe ouvrière et de la population opprimée, qui souffrent déjà d’une extrême inégalité à cause des crimes de leurs dirigeants. Ce régime de sanctions est très hypocrite. Les États-Unis s’opposent aux sanctions contre l’Arabie saoudite, malgré sa guerre génocidaire au Yémen, et contre Israël, malgré sa politique d’apartheid et son occupation de la Palestine depuis des décennies. Les États-Unis appliquent et rejettent les sanctions selon qu’elles favorisent ou non leurs intérêts impérialistes.

Les sanctions contre la Russie visent à garantir l’hégémonie des États-Unis, en envoyant un message à la Chine et à d’autres pays sur le potentiel géopolitique et économique des États-Unis et sur les risques encourus par quiconque conteste leurs desseins. Ils intensifient les rivalités inter-impérialistes pour la domination du capitalisme mondial.

Nous devons également nous opposer aux appels lancés aux États-Unis et à l’OTAN pour qu’ils imposent une zone d’exclusion aérienne, ce qui transformerait l’invasion russe en une guerre inter-impérialiste entre puissances nucléaires, mettant ainsi le monde en danger d’armageddon nucléaire. Nous devons également nous opposer à la nouvelle militarisation des États-Unis, des pays de l’OTAN, de la Russie et d’autres pays pour préparer la rivalité entre grandes puissances et le déclenchement de guerres mondiales. Au lieu de cela, nous devons faire des demandes pour répondre à la crise humanitaire immédiate. Avant tout, nous devons appeler le monde à ouvrir ses frontières à tous les Ukrainiens qui fuient leur pays et à tous les autres migrants, en particulier les Africains et les Arabes qui, avec une attitude ouvertement raciste, ont été refoulés aux frontières des États membres de l’UE et de l’OTAN.

Enfin, nous devons exiger que les États-Unis et leurs institutions financières internationales annulent la dette de l’Ukraine. Ce n’est qu’à ce moment-là, si l’Ukraine parvient à se libérer de l’occupation russe, qu’elle pourra éviter les entraves financières occidentales et se reconstruire comme elle l’entend.

Reconstruire l’internationalisme des travailleurs

La gauche et le mouvement anti-guerre doivent relever le défi de la guerre de Poutine. Elle façonnera la politique mondiale pour la prochaine génération, affectant chaque question nationale dans chaque pays et chaque classe et mouvement social.

La guerre a déjà ébranlé l’économie mondiale. Elle a provoqué une forte contraction des marchés boursiers dans le monde entier, une augmentation spectaculaire de l’inflation, notamment dans les secteurs du carburant et des denrées alimentaires, et a contraint les banques centrales des différents pays à relever leurs taux d’intérêt. Ceux-ci pousseront à leur tour les gouvernements à mettre en œuvre des mesures d’austérité, en réduisant les dépenses sociales et l’emploi public, tout en augmentant leurs budgets militaires. Ils sacrifieront notre pain pour payer leurs armes.

Leurs préparatifs militaires vont accroître les tensions entre les États. Chaque pays tentera de protéger sa zone d’influence, mettant à rude épreuve les structures du capitalisme mondial. Et tous feront tout ce qu’il faut pour s’assurer des réserves suffisantes de combustibles fossiles, ce qui provoquera de nouvelles tensions entre eux au passage. Cette dynamique va intensifier la polarisation politique déjà existante dans chaque pays. Dans ce contexte de crise, de réductions budgétaires et de préparatifs de guerre, la droite et la gauche auront l’occasion de proposer des solutions alternatives.

Cela se produira dans un contexte d’intensification probable de la lutte des classes, stimulée par les mesures d’austérité des gouvernements. Par exemple, aux États-Unis, les patrons diront, lors de la négociation des accords avec les syndicats, que l’inflation et la hausse des taux d’intérêt les empêchent d’accorder des augmentations de salaire et d’améliorer les conditions pour assurer la rentabilité de leurs entreprises, ce qui donne lieu à une prolifération de grèves.

En ce moment historique, la gauche doit saisir l’opportunité, s’opposer à la fois à Moscou et à Washington, organiser les luttes sociales et de classe et faire tout son possible pour les relier à des batailles similaires dans le monde entier pour la justice sociale et économique. Plus que jamais, nous devons construire et reconstruire la politique de l’internationalisme ouvrier et organiser la lutte pour un monde qui place les gens au-dessus de l’empire et du profit.

10/03/2022

Tempest

Ashley Smith

Collaboratrice à la revue américaine Jacobin. Membre des Democratic Socialist of America (DSA) à Burlington, Vermont, rédactrice régulière de nombreuses publications, dont Truthout, Jacobin, New Politics, Harpers, Spectre et Tempest.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débats : quel soutien à la lutte du peuple ukrainien ?

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...