Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Pakistan, Inde, Chine. Réalignement des planètes en Asie du Sud

Lentement, silencieusement, les vieilles alliances forgées durant la Guerre froide en Asie du Sud se modifient. Le Pakistan, l’Inde et la Chine infléchissent leurs politiques étrangères, loin de toute considération idéologique, mais en fonction de ce qu’ils perçoivent comme leurs intérêts nationaux.

Tiré de Orient XXI.

Depuis le milieu des années 1950, le cadre était bien défini : au nom d’un anticommunisme partagé, les États-Unis s’appuyaient sur le Pakistan auquel ils ne ménageaient pas leur soutien. Ils savaient pouvoir compter sur l’appui politique (et financier) de l’Arabie saoudite pour maintenir à flot le jeune État né en 1947 au nom de l’islam. On avait pu voir une illustration magistrale de cette triple alliance au début des années 1980 pour soutenir le combat des moudjahidines afghans face à l’Armée rouge.

L’Inde de son côté, officiellement non alignée, penchait en réalité significativement du côté soviétique qui lui avait apporté tout son appui à l’issue de l’affrontement militaire sino-indien, achevé par la déroute indienne dans les montagnes himalayennes.

Le dégel sino-américain intervenu dans les années 1970 à l’initiative du président Richard Nixon était venu compléter l’ensemble : Pékin et Washington ayant en commun un antisoviétisme intransigeant, rien ne s’opposait à ce que la Chine se rapproche du Pakistan dans une alliance de revers visant notamment l’Inde, qui partage ses deux frontières terrestres les plus longues avec ces deux pays qui lui ont livré les seules guerres de son existence depuis l’indépendance de 1947.

Le « NON » d’Islamabad à MBS

Les premières tensions visibles entre Riyad et Islamabad sont apparues en 2015. En avril, alors que l’Arabie saoudite venait de déclencher quelques jours auparavant l’opération Tempête décisive, autrement dit une campagne de bombardements aériens du Yémen à la tête d’une coalition, le Pakistan a fait savoir officiellement que contrairement aux informations diffusées par l’Arabie, il n’était pas partie prenante de cette coalition.

Afin de clarifier les choses et de soutenir les efforts du gouvernement d’Islamabad face aux pressions saoudiennes, un vote du Parlement pakistanais interdit à celui-ci de s’engager dans une telle coalition. Quelques mois plus tard, l’homme fort de l’Arabie, Mohamed ben Salman (MBS), qui n’est alors « que » ministre de la défense et vice-prince héritier, annonce le 14 décembre 2015 la constitution d’une « coalition antiterroriste » composée de 34 pays musulmans. Mais dans les jours qui suivent, trois des pays cités par MBS font savoir qu’ils n’ont pas donné leur accord : le Liban, la Malaisie et à nouveau le Pakistan.

Pour apaiser ces crispations dommageables pour les deux parties, le gouvernement pakistanais autorise en mars 2016 son chef d’état-major Rahil Charif, qui vient de prendre sa retraite, à prendre le commandement militaire de la coalition. L’honneur est sauf pour les deux pays, mais il ne règle en rien les différends de fond.

Des années durant, l’alignement du Pakistan sur l’Arabie saoudite était l’un des axiomes de la géopolitique régionale, tout particulièrement du temps du général Zia Ul-Haq, au pouvoir entre 1977 et 1988 qui avait accentué l’islamisation du Pakistan avec l’appui saoudien. L’armée pakistanaise était discrètement présente dans le royaume pour garantir la pérennité du régime en cas de troubles au sein des forces armées saoudiennes, et l’Arabie assurait les fins de mois budgétaires du Pakistan, y compris le financement des recherches nucléaires qui devaient aboutir à la production par le Pakistan de la « bombe atomique islamique ».

Si les intérêts stratégiques de Riyad et Islamabad étaient alignés pour l’essentiel, les inévitables désaccords étaient réglés dans la discrétion. À partir du moment où, en Arabie, l’essentiel du pouvoir a été concentré entre les mains de MBS, dont la patience et le tact diplomatique ne sont pas les qualités premières, les données ont changé du tout au tout. Un homme capable de retenir en otage le premier ministre libanais parce que sa politique intérieure ne lui convenait pas n’allait évidemment pas se sentir tenu de respecter les sensibilités du Pakistan, censé s’aligner sur la politique saoudienne. Les pressions brutales et visibles qu’il a exercées sur son allié pakistanais se sont, comme il était prévisible, révélées contre-productives et ont abouti à l’humiliation publique qu’a représentée le refus répété de participer aux deux coalitions montées par MBS.

De plus, les dirigeants pakistanais n’ont pas manqué de noter le manque d’enthousiasme de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour condamner les actions du gouvernement indien au Jammu-et-Cachemire et, tout dernièrement, l’Arabie a, semble-t-il, exigé le remboursement d’un prêt de 3 milliards de dollars (2,48 milliards d’euros) qu’elle avait consenti au Pakistan en 2018. En dépit de ses difficultés financières, au lieu de solliciter un report, le Pakistan s’est exécuté et, en décembre 2020, avait déjà remboursé 2 milliards (1,65 milliard d’euros), le solde devant être réglé courant janvier 2021. En d’autres termes, non seulement le mariage idéologico-stratégique forgé il y a un demi-siècle bat de l’aile, mais il semble même en voie de dissolution.

Des alliances de revers

Longtemps, l’Inde a tenté de garder de bonnes relations avec tout le monde (Pakistan et Chine exceptés), même si son non-alignement penchait clairement du côté de Moscou. Sans annoncer en tant que telle une réorientation des priorités diplomatiques de son pays, le premier ministre nationaliste hindou Narendra Modi a imprimé des inflexions sensibles à la politique étrangère indienne.

Ce nationaliste hindou réputé hostile aux musulmans et proche du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a créé la surprise en multipliant les visites dans les pays arabes du Golfe dès le début de son mandat, et tout particulièrement aux Émirats arabes unis. À l’issue de chacune de ses visites, le communiqué commun publié dénonçait non seulement le terrorisme, mais les États qui le favorisent ou le soutiennent. Le Pakistan, qui a parfaitement compris qu’il était visé, n’a pas tardé à éprouver l’efficacité de la realpolitik de Modi en constatant que les liens naguère très étroits qu’il avait avec l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis se distendaient sensiblement. Ces alliances de revers dont il était la cible l’ont mis en difficulté auprès de ses alliés de longue date.

Les changements impulsés par Modi ne se limitent pas au Proche-Orient. Le rapprochement avec les États-Unis qui était une réalité du temps où le parti du Congrès dirigeait le pays, s’est accéléré depuis 2014 et davantage encore après l’élection de Donald Trump en 2016. Au-delà des liens personnels qu’ont forgés les deux dirigeants, c’est la menace chinoise qui constitue la trame de cette évolution, marquée principalement par la réactivation du Quadrilateral Security Dialogue lancé en 2004 par le Japon, l’Australie, les États-Unis et l’Inde — et plus connu sous son diminutif de « Quad ». Mais ce groupement informel dénoncé par Pékin comme une OTAN asiatique est rapidement tombé dans un demi-sommeil devant le refus des Australiens et des Indiens d’en faire ouvertement une alliance antichinoise.

Les choses ont changé voici trois ans, en raison principalement de la politique suivie par Xi Jinping, perçue comme une menace par tous ses voisins asiatiques. En novembre 2020, les marines des quatre pays ont effectué leur plus important exercice naval dans l’Océan indien à la faveur des manœuvres « Malabar ». Le Quad n’est toujours pas une alliance formelle, mais il s’en rapproche quand même sensiblement, ce qui provoque la fureur de Pékin, mais aussi le mécontentement de Moscou, qui n’a jamais admis non plus le concept d’« Indo-Pacifique » qui, au-delà du Quad, rassemble d’autres pays riverains des océans Indien et Pacifique, y compris la France. Cette approche stratégique et militaire, ostensiblement tournée contre la Chine, marginalise également la puissance russe.

C’est dans ce contexte qu’il faut sans doute comprendre le report sine die du sommet annuel russo-indien prévu à l’automne et qui s’était jusque-là tenu chaque année depuis 2000, lorsqu’avait été signée la Déclaration sur le partenariat stratégique Inde-Russie. La raison invoquée — la pandémie de Covid-19 — ne doit pas faire illusion. Aussi bien le président russe Vladimir Poutine que le premier ministre indien Narendra Modi ont multiplié en cette fin 2020 les vidéoconférences avec les principaux dirigeants du monde. Les causes du mécontentement russe ont été évoquées plus haut. Quant à l’Inde, elle n’a semble-t-il guère apprécié les tentatives de médiation russe dans le conflit frontalier au Ladakh entre l’Inde et la Chine, Moscou étant soupçonnée d’être trop favorable au point de vue chinois.

Crise de confiance avec Moscou

À ce stade, il convient d’insister sur un point capital : l’essentiel de la politique extérieure et sécuritaire du Pakistan est déterminé par un seul et unique facteur : l’hostilité à l’Inde, doublée de la crainte qui n’est pas seulement théorique d’une intervention militaire de son grand et puissant voisin. Cette peur est entretenue par la rhétorique martiale et belliqueuse de nombreux dirigeants du Parti indien du peuple (Bharatiya Janata Party, BJP) au pouvoir et des médias qui leur sont proches, encourageant Narendra Modi à multiplier les « frappes chirurgicales » en territoire pakistanais. Elle justifie la réelle paranoïa pakistanaise, surtout depuis que l’aviation indienne a effectué en février 2019 une incursion dans l’espace aérien pakistanais, au-delà du territoire de la partie du Cachemire sous administration pakistanaise. Elle nourrit aussi, bien entendu, l’emprise de l’armée et des services secrets (Inter-Services Intelligence, ISI) sur les institutions du Pakistan.

C’est à l’aune de cette vision du monde et à la lecture des évolutions intervenues récemment qu’il faut lire l’approche actuelle des autorités pakistanaises. Le Pakistan s’adapte, lui aussi, à cette nouvelle donne. Le pays a une image déplorable en Occident et il en a parfaitement conscience. Ses actions (ou inaction vis-à-vis de mouvements terroristes) en sont largement responsables, mais ce n’est pas une raison pour sous-estimer ses capacités à tirer les leçons qui s’imposent des dynamiques récentes. L’Inde se rapproche des États-Unis ? Le Pakistan en fait autant avec la Russie. Longtemps, Moscou a été l’allié des bons et mauvais jours pour l’Inde. Le pays sur lequel l’Inde a pu compter après la débâcle de 1962 face à la Chine, avec lequel elle a signé en août 1971 un « traité de paix, d’amitié et de coopération », juste avant la guerre de sécession du Pakistan oriental qui a donné naissance au Bangladesh grâce à l’intervention militaire indienne, et en l’absence de toute immixtion chinoise, Pékin étant dissuadée d’intervenir du fait de cette alliance politico-militaire qui ne disait pas son nom.

Mais la Russie, privée ces dernières années de son rôle de principal fournisseur d’équipements militaires de l’Inde par Israël, la France et les États-Unis, s’est à son tour tournée vers le Pakistan en lui livrant quelques hélicoptères et avions de combat, et engageant des discussions pour la livraison de chars. Bien entendu, le marché pakistanais ne saurait se comparer au marché indien, mais le signal en direction de New Delhi était suffisamment clair pour que l’Inde, au grand déplaisir des États-Unis, commande ces derniers mois le système de défense aérienne russe S-400 pour une valeur estimée à 5,4 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros).

Quoi qu’il en soit, dans le sous-continent, la relation entre l’Inde et la Russie n’est plus exclusive, et c’est un indice de la crise de confiance qui s’est installée ces dernières années entre Moscou et New Delhi.

Privé de l’appui garanti des États-Unis (et d’autres pays occidentaux) et des monarchies du Golfe, le Pakistan n’est pas dépourvu pour autant d’autres options. Lorsqu’il regarde autour de lui, il constate que des pays musulmans (non arabes, comme lui) parviennent à tenir tête à l’Arabie saoudite et à lui contester son influence : la Turquie, l’Iran, la Malaisie. Très logiquement, le Pakistan s’est rapproché de la Turquie et de la Malaisie tout en faisant de son mieux pour effacer les sources de tensions qui l’opposaient à l’Iran.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont, semble-t-il, fait pression sur Islamabad pour que le Pakistan rejoigne les rangs des pays musulmans qui normalisent leurs relations avec Israël. Le gouvernement pakistanais s’y est jusqu’à présent refusé, mais c’est sans doute la raison pour laquelle il a fait fuiter récemment des informations surprenantes sur les visites secrètes effectuées en Israël par des responsables pakistanais, y compris des membres de l’opposition.

Si l’Inde de Narendra Modi a entrepris de redessiner la géopolitique de la région, le Pakistan entend ne pas être en reste et répond à sa façon au nouvel axe constitué par les États-Unis, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Israël en lui opposant une forme d’alliance composée de la Chine, de la Turquie, de l’Iran, de la Malaisie, tout en essayant de gagner la neutralité bienveillante de la Russie.

La configuration géostratégique actuelle est donc faite d’un ensemble d’actions-réactions dans ce qui ressemble à un jeu à somme nulle où du reste, la plupart des acteurs, hormis sans doute les États-Unis et la Chine, se gardent bien de mettre tous leurs œufs dans le même panier. Lorsque l’Inde se rapproche trop ouvertement des États-Unis, la Russie fait un pas en direction du Pakistan. Quand ses anciens alliés (Arabie saoudite et Émirats arabes unis) semblent prendre le parti de l’Inde, le Pakistan se rapproche des adversaires de ces monarchies de la Péninsule arabique.

Au fond, pas de basculement brutal, mais un changement relatif des équilibres qui reste mouvant, l’hostilité ou la méfiance n’excluant pas un certain degré de coopération, même entre l’Inde et la Chine. Mais au bout du compte, c’est bien à un réalignement des planètes selon un nouveau paradigme auquel on assiste actuellement en Asie du Sud.

Olivier Da Lage

Auteur sur le Proche-Orient pour la magazine Orient XXI.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...