Édition du 20 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Plus de 3 milliards de personnes touchées par la pénurie d’eau, selon les données

L’ONU met en garde contre les conséquences de l’absence de conservation de l’eau et de la lutte contre la crise climatique. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a constaté que 50 millions de personnes en Afrique subsaharienne vivent dans des zones où une grave sécheresse a des effets catastrophiques sur les terres cultivées et les pâturages tous les trois ans.

photo et article tirés de NPA 29

Les pénuries d’eau touchent aujourd’hui plus de 3 milliards de personnes dans le monde, comme le montrent les données sur la quantité d’eau douce disponible pour chaque personne, qui a chuté d’un cinquième en deux décennies.

Environ 1,5 milliard de personnes souffrent d’une grave pénurie d’eau, voire de sécheresse, car la dégradation du climat, l’augmentation de la demande et une mauvaise gestion ont rendu l’agriculture de plus en plus difficile dans de nombreuses régions du globe.

L’ONU a averti jeudi que des milliards de personnes seraient confrontées à la faim et à des pénuries alimentaires chroniques généralisées en raison de l’incapacité à préserver les ressources en eau et à lutter contre la crise climatique.

Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a déclaré :

«  Nous devons prendre très au sérieux la pénurie d’eau (le déséquilibre entre l’offre et la demande de ressources en eau douce) et les pénuries d’eau (qui se traduisent par des régimes pluviométriques inadéquats), car elles constituent aujourd’hui la réalité dans laquelle nous vivons tous… Les pénuries d’eau et la rareté de l’eau dans l’agriculture doivent être traitées immédiatement et avec audace  ».

Il a déclaré que les objectifs de développement durable des Nations unies, qui comprennent l’éradication de la faim et l’amélioration de l’accès à l’eau potable, étaient encore à portée de main mais qu’il fallait faire beaucoup plus pour améliorer les pratiques agricoles dans le monde et gérer les ressources de manière équitable.

Le rapport de l’organisation sur la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture en 2020 a révélé que 50 millions de personnes en Afrique subsaharienne vivent dans des zones où une grave sécheresse a des effets catastrophiques sur les terres cultivées et les pâturages une fois tous les trois ans. Plus d’un dixième des terres cultivées pluviales du monde sont soumises à des sécheresses fréquentes, de même qu’environ 14 % des pâturages de la planète.

L’agriculture pluviale représente 60 % de la production végétale mondiale et 80 % des terres cultivées, le reste bénéficiant de l’irrigation. Cependant, l’irrigation n’est pas la panacée : plus de 60 % des terres irriguées dans le monde sont fortement dépendantes de l’eau.

Une mauvaise irrigation peut entraîner un gaspillage d’eau, épuiser des ressources non renouvelables telles que les aquifères souterrains, et une mauvaise gestion peut faire perdre à certains agriculteurs leurs ressources en eau – par exemple, dans le cas des exploitations en aval, si les rivières et les cours d’eau sont asséchés par l’irrigation en amont.

Selon le rapport, les systèmes d’irrigation à petite échelle et dirigés par les agriculteurs sont souvent plus efficaces que les projets à grande échelle.

En Asie, par exemple, les projets à grande échelle financés par l’État reposent sur l’exploitation directe des eaux souterraines, ce qui exerce une pression excessive sur cette ressource. Mais les petits agriculteurs du monde entier sont confrontés à des difficultés supplémentaires, telles que l’absence de sécurité des droits sur l’eau et le manque d’accès au financement et au crédit.

Des recherches distinctes ont récemment montré que les terres agricoles du monde sont de plus en plus concentrées entre les mains d’un nombre réduit de personnes, les grandes entreprises et les propriétaires internationaux prenant le contrôle de pans entiers de la production, tandis que les petits agriculteurs – dont les exploitations sont souvent gérées selon des principes plus durables sur le plan environnemental – sont de plus en plus souvent mis à l’écart.

Environ 1 % des exploitations agricoles mondiales exploitent 70 % des terres agricoles du monde.

La production alimentaire doit changer afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’essayer d’éviter la dégradation du climat, mais même cela n’est pas simple, a averti la FAO.

«  Alors que le monde vise à passer à des régimes alimentaires sains – souvent composés d’aliments relativement gourmands en eau, tels que les légumineuses, les noix, la volaille et les produits laitiers – l’utilisation durable des ressources en eau sera de plus en plus cruciale ».

« L’agriculture pluviale fournit la plus grande part de la production alimentaire mondiale. Toutefois, pour qu’elle continue à le faire, nous devons améliorer la façon dont nous gérons les ressources en eau à partir de précipitations limitées  ».

Les récoltes mondiales de cette année ont été généralement bonnes, à quelques exceptions près, mais certaines régions d’Afrique sont toujours menacées par de graves problèmes alimentaires.

Fiona Harvey Thu 26 Nov 2020

https://www.theguardian.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...