Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Préparez-vous à combattre Joe Biden

Le départ de Donald Trump de la Maison Blanche est un motif de fête. Notre tâche est maintenant de construire une alternative socialiste démocratique à Joe Biden - et de nous opposer au programme néolibéral de l’establishment démocrate.

20 janvier 2021 | |Tiré de Jacobin

J’ai voté pour Joe Biden en novembre dernier dans l’État pivot du Michigan. Si le temps était rembobiné, je le referais. Biden était clairement le moindre mal, et il y avait des raisons à la fois stratégiques et de réduction des risques pour la gauche de préférer passer les quatre prochaines années à le combattre plutôt qu’à combattre Trump. Il importait de savoir si les extrémistes antisyndicaux seraient nommés au Conseil national des relations du travail, et il importait d’empêcher que les conservateurs sociaux soient nommés à la Cour suprême. Mais maintenant que Trump a quitté le bureau ovale, la gauche devrait résister à la tentation de se positionner comme un groupe de pression au sein d’une coalition permanente avec des centristes. Si nous voyons notre rôle comme « pousser Biden vers la gauche » à l’intérieur du giron démocrate traditionnel plutôt que d’offrir une alternative solide, nous risquons de cesser d’exister en tant que courant politique distinct.

La gauche après Bernie Sanders

Lorsque Bernie Sanders a annoncé sa première candidature à la présidence en 2015, il s’est entretenu avec une poignée de journalistes à l’extérieur du Capitole américain. Après avoir déplié un morceau de papier où il avait écrit sa déclaration, il a averti les journalistes qu’il n’avait pas un « temps infini » car il devait bientôt rentrer à l’intérieur.

Le nombre total de membres des Socialistes démocrates d’Amérique (DSA) cette année-là était d’ un peu plus de six mille personnes - et cela en faisait de loin le plus grand groupe socialiste des États-Unis. La seule fois où le mot « socialiste » a été prononcé sur les chaînes d’information par câble, c’est lorsque les conservateurs ont lancé l’accusation contre les libéraux centristes. L’expression « Medicare for All » (l’Assurance-maladie pour tous et toutes) était totalement absente du discours politique dominant.

Ce qui s’est passé depuis lors est au moins un tremblement de terre politique mineur. Après avoir considérablement dépassé les attentes en 2016, Bernie a failli décrocher la nomination présidentielle démocrate en 2020. DSA est presque vingt fois plus grand qu’il ne l’était en 2015. Plusieurs législateurs fédéraux sont membres de l’organisation et des scores ont été obtenus au niveau local.

Ce que le « socialisme démocratique » signifie pour ces politiciens ou pour la plupart de leurs partisans est souvent un peu vague, mais leur adoption de l’étiquette signale une ouverture généralisée à des critiques plus profondes et plus systémiques du statu quo. Bien que manifestement insuffisante pour atteindre des objectifs politiques majeurs tels que Medicare for All ou un Green New Deal, l’émergence d’une aile socialiste démocratique dans la politique américaine, à gauche du libéralisme, est certainement une condition nécessaire pour atteindre ces objectifs.

Pourtant, nous ne pouvons pas être satisfaits de la possibilité que tous ces progrès puissent être perdus. Avant la première campagne de Bernie et de Black Lives Matter, la dernière fois que la politique de gauche a percé de manière importante fut Occupy Wall Street. Il y avait des campements Occupy dans toutes les grandes villes, et beaucoup de petites aussi. Les phrases « 99% » et « 1% » semblaient être sur toutes les lèvres. Occupy semblait sur le point de devenir un mouvement durable. À l’automne 2012, ce n’était guère plus qu’un vague souvenir, ajoutant un peu de jus populiste à la campagne de Barack Obama contre Mitt Romney.

La gauche post-Bernie est plus durable qu’un mouvement largement désorganisé comme Occupy. Elle ne disparaîtra pas aussi rapidement. Mais cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas disparaître.

En termes de politique électorale, le principal danger pour la « gauche radicale dans le Parti démocrate »(le Squad) est qu’au lieu de passer de son effectif actuel à un chiffre à une nouvelle force majeure au sein du Congrès, elle stagnera ou deviendra progressivement moins distincte du reste du Caucus progressiste, un organe libéral de gauche qui, malgré ses positions politiques souvent décentes, s’est révélé incapable de changer les termes du débat politique.

De même, bien que nous devions être vigilants face aux nouvelles menaces contre les libertés civiles après l’émeute de droite du 6 janvier, le plus grand danger pour la DSA n’est pas qu’elle soit soumise à la répression étatique maccarthiste ou COINTELPRO. C’est que les branches de DSA se centrent de plus en plus d’un activisme local à petite échelle et ne deviennent jamais à être une menace réelle pour l’establishment démocrate.

Certains lecteurs de gauche pourraient rejeter cela comme une préoccupation sans importance. Pourquoi devrions-nous nous soucier de savoir si les socialistes démocrates ont une existence bien définie distincte des démocrates progressistes ? Le plus important n’est-il pas que nous avancions des réformes importantes qui puissent répondre aux besoins matériels des travailleurs et des travailleuses ? Pourquoi est-ce important que nous le fassions en tant qu’opposants socialistes démocratiques de la nouvelle administration ou en tant que membres les plus progressiste de la coalition de Biden ?

Le problème est que nos objectifs les plus importants ne peuvent être atteints par la stratégie des groupes de pression. Par exemple, Biden a déclaré lors de la campagne électorale qu’il opposerait son veto à Medicare for All. Il n’y a pas de scénario plausible où il soutiendrait volontairement la nationalisation du même secteur de l’assurance maladie avec lequel il s’est lié d’amitié il y a des décennies. Même s’il a tenu sa promesse électorale d’une option publique, il est extrêmement difficile d’imaginer que Biden et ses alliés centristes s’opposent à une résistance massive de l’industrie.

Le seul moyen de gagner la social-démocratie aux États-Unis - sans parler de rien de plusambitieux - est d’élire des centaines d’Alexandria Ocasio Cortez et de Rashida Tlaib au Congrès et de construire un mouvement ouvrier massif.

Nous n’y arriverons jamais en agissant comme de fidèles fantassins de l’administration Biden, en concentrant nos tirs uniquement sur les obstructionnistes républicains et en traitant les politiques sociales-démocrates comme des suggestions amicales pour les dirigeants démocrates.

L’un des plus grands atouts de Bernie Sanders était son statut de partisan ambigu. Comme ses ennemis n’ont cessé de nous le rappeler, il était un indépendant qui s’est allié aux démocrates au Sénat - il n’était pas un « vrai démocrate ». C’était parfois un handicap dans les primaires présidentielles démocrates, mais cela a contribué à sa popularité massive auprès du grand public.

Pour aller d’où nous en sommes maintenant à là où nous devons aller, la gauche devra générer la même perception d’indépendance relative par rapport à l’establishment politique - même si les aspects pratiques de la politique électorale américaine nous obligent à utiliser la ligne de scrutin démocrate.

Ce que Biden ne dira pas lors de l’inauguration

La seule façon d’y parvenir est de tracer des lignes claires entre ce dont les travailleurs ont désespérément besoin et ce que l’administration Biden est prête à leur donner. Nous ne pouvons pas nier la réalité évidente de l’obstruction républicaine, mais au lieu de s’y fixer, nous devrions souligner ce que la nouvelle administration pourrait faire si elle le voulait.

Si Biden adoptait l’assurance-maladie pour tous demain, il est peu probable qu’elle soit adopté par la Chambre - où tous les républicains et environ la moitié des démocrates s’y opposent - et certain qu’elle ne passerait pas au Sénat. Mais si Biden utilisait son discours inaugural aujourd’hui pour la préconiser comme une nécessité urgente pendant la pandémie, les types d’arguments que les démocrates et les républicains auraient au cours des deux prochaines années, avant la mi-mandat, seraient très différents. Il ne fera pas ça parce qu’il ne veut pas le faire.

De même, si Biden respectait sa promesse de campagne d’introduire une législation sur le « contrôle des cartes » pour faciliter l’organisation des syndicats, cela ne deviendrait pas loi. Mais s’il utilisait son discours inaugural pour parler de l’impuissance des travailleurs et des travailleuses quand ils n’ont pas de syndicats, ce serait une aubaine d’organiser des campagnes dans des États et des villes « bleus » - remontant aux années 1930, lorsque les organisateurs du CIO ont dit aux travailleurs « le président veut que vous deveniez membre d’un syndicat ». Cela rendrait également la vie moins confortable pour les républicains qui prétendent vouloir ramener de bons emplois mais n’aiment pas parler des syndicats forts qui ont permis l’existence de ces « bons » emplois.

La raison pour laquelle Biden ne s’engagera pas dans cette attaque totale contre le pouvoir des patrons n’est pas que les républicains le bloqueront d’une manière ou d’une autre. C’est qu’il ne veut pas le faire.

Cette version alternative de Biden ne devrait pas non plus se limiter à des gestes rhétoriques. Il pouvait copier-coller toute la suite de décrets exécutifs que Bernie Sanders a lancés à la fin du mois de janvier, allant de la directive au ministère de la Justice de légaliser la marijuana à l’annulation des contrats fédéraux pour les entreprises payant moins de 15 $ l’heure. Il pourrait ordonner au ministère de l’Éducation de cesser de recouvrer les prêts étudiants. Il pourrait même émettre une ordonnance pour étendre Medicare à tous les résidents des États-Unis.

Les républicains lanceraient sûrement une vague de contestations juridiques face à ces réformes ambitieuses. Biden perdrait au moins certaines de ces batailles. Mais Biden étant Biden, il n’essaiera même pas.

Pour réaliser les réformes dont nous avons besoin, nous devons concentrer notre énergie non pas au lobbying sur les centristes pour qu’ils soient plus social-démocrates, mais sur la construction d’une gauche qui puisse les battre dans un proche avenir - et gouverner en son propre nom. Si cet objectif est notre guide, notre tâche est claire : définir une opposition sans ambiguïté à chaque tournant.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...