Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Rendez-vous de la réussite éducative - Consensus autour du manque de services professionnels (FPPE-CSQ)

MONTRÉAL, le 1er avril 2021 - Au moment où les Rendez-vous sur la réussite éducative, organisés par le ministère de l’Éducation les 31 mars et 1er avril 2021, se terminent, la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation (FPPE-CSQ) souhaite réitérer l’urgence d’améliorer l’accès aux services professionnels et de financer enfin les services à la formation professionnelle (FP) et à la formation générale des adultes (FGA) à la hauteur des besoins.

« La majorité des intervenants lors de la séance où participait la FPPE-CSQ ont insisté sur les difficultés d’accès aux services professionnels dans les écoles et les besoins urgents d’en hausser significativement le financement. La pandémie n’a fait qu’exacerber les enjeux déjà bien présents liés au manque de financement des services et la lourdeur des tâches administratives sur les bras du personnel professionnel », fait remarquer Sophie Massé, la présidente de la FPPE-CSQ.

Financer des services qui répondent davantage aux besoins

En effet, le 31 mars dernier, beaucoup l’ont signalé : il est urgent de revoir le système de financement ainsi que l’organisation des services aux élèves en difficulté.

« Il est impératif que le financement des services professionnels cesse de se concentrer uniquement autour du diagnostic, mais prenne en considération l’ensemble des besoins des élèves. Il faut mettre davantage l’accent sur les besoins, plutôt que sur les problèmes », affirme Sophie Massé.

Le professionnel doit pouvoir agir au bon moment, travailler en prévention, conseiller, accompagner, avoir la possibilité de faire les interventions de suivi, et ce, en collaboration avec les équipes-école. La multidisciplinarité est la clé !

Des ressources dans le milieu de vie de l’élève

Depuis un an, beaucoup de solutions proposées pour aider les élèves sont à l’extérieur du réseau scolaire : des applications mobiles d’intelligence artificielle, des psychologues du réseau privé, des ressources du réseau de la santé et des services sociaux ou des organismes communautaires. Le réseau doit se doter d’une vision spécifique et concertée.

« Si l’école est réellement un milieu de vie, tel que le rappelait le ministre Roberge lui-même lors des Rendez-vous, il est impératif que les services professionnels y soient concrètement ancrés, déployés adéquatement pour répondre aux multiples besoins et dispensés par des professionnelles et professionnels qui font partie intégrante de ce milieu de vie », affirme la vice-présidente de la FPPE-CSQ.

Urgence pour la FP et la FGA

« Il est plus qu’urgent de financer adéquatement le secteur adulte où les services professionnels sont essentiels. Depuis des mois, nos membres nous disent à quel point la FP et la FGA sont les grandes oubliés des préoccupations gouvernementales. Or, si la FP et la FGA incarnent réellement deux volets névralgiques pour la relance économique, tel qu’annoncé par le gouvernement en janvier, aucune excuse ne peut justifier l’inaction quant aux besoins criants de financement des services professionnels dans ces secteurs. »

Il est vrai que des sommes importantes ont bel et bien été investies, mais elles n’incluent aucune mesure protégée qui pourrait permettre d’assurer une diversité et une pérennité de services professionnels dans les centres de formation.

Encore une fois, l’ensemble des intervenantes et intervenants lors des Rendez-vous ont exhorté le ministre Roberge à ne plus oublier la FP et la FGA.

Quels lendemains pour les Rendez-vous ?

La FPPE-CSQ demeure sceptique devant la formule de consultation à huis clos imposée par le ministre, alors qu’il lui a été impossible d’apprécier le point de vue de la majorité des intervenants consultés.

« Le ministre Roberge doit prouver que les Rendez-vous sont davantage qu’une opération marketing. La meilleure preuve qu’il pourra nous donner, c’est de montrer qu’il a compris l’urgence d’agir pour la santé mentale et le bien-être des élèves en budgétant rapidement des sommes protégées, donc pérennes, pour les services professionnels. Nous sommes impatients de voir le plan du ministre », conclut Sophie Massé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...