Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Baltimore : 74e congrès de la United Electrical

Syndicalisme de combat

(Tiré d’Unité, octobre 2015, journal du Conseil Central du Montréal Métropolitain)

Le 74 e congrès de la United Electrical and Radio Machine Workers of America s’est tenu à Baltimore du 16 au 20 août dernier sous le thème Mobilize the movement . La présidente du conseil central, Dominique Daigneault, y représentait la CSN. Elle était accompagnée de Bruno-Pierre Guillette, membre du comité jeunes du conseil central. Ils ont aussi pris part à la rencontre précongrès de deux jours s’adressant aux jeunes militantes et militants.

United Electrical and Radio Machine Workers of America (UE) est une organisation syndicale indépendante qui regroupe environ 36 000 membres, provenant autant du secteur public que du secteur privé.

Nous avons été invités à y participer pour plusieurs raisons. D’abord, il faut souligner que la CSN et le conseil central entretiennent des liens de solidarité étroits avec UE depuis de nombreuses années. Aussi, nous faisons partie de l’Alliance trinationale, qui regroupe, entre autres, la CSN, UE et une organisation syndicale mexicaine, le Frente Auténtico del Trabajo (FAT). L’objectif de cette alliance est de tisser des liens entre différentes organisations syndicales des États-Unis, du Canada et du Mexique pour mieux résister aux grandes compagnies, qui agissent depuis des années au-delà des frontières dans un contexte de libre-échange. Elle vise également à manifester de la solidarité dans le cadre de campagnes pour le respect des droits syndicaux, plus particulièrement envers le Mexique où les droits les plus élémentaires sont régulièrement bafoués en toute impunité.

Les 14 et 15 août, c’était également le lancement officiel des Young Activists , caucus jeune des membres et des employé - es de l’organisation qui a pour but de former les jeunes aux questions syndicales, mais également de les préparer à assumer des fonctions dans l’organisation. C’est à la demande de UE qu’un membre du comité jeunes du conseil central y fut invité.

Deux moments forts ont teinté l’atmosphère de ce congrès : le mouvement Black Lives Matter et la question du travail précaire.

Black Lives Matters

UE n’a jamais hésité à dénoncer ouvertement le racisme. Avec le mouvement Black Lives Matter , ces questions ont refait surface aux États-Unis. Baltimore connut d’ailleurs en avril et en mai d’importants soulèvements lors de l’assassinat de Freddie Gray par la police. L’État a dépêché la garde nationale et l’état d’urgence y fut décrété.

Pour UE, il faut intimement lier l’injustice raciale à l’injustice économique. Par exemple, tout au long du congrès, plusieurs intervenants soulignaient la nécessité de parler de Freddie Gray non pas comme un jeune Noir délinquant, comme l’ont fait les médias, mais comme un travailleur pauvre. Nous avons d’ailleurs participé à une manifestation contre l’impunité policière qui s’est terminée à l’hôtel de ville.

Soutenir les non-syndiqués

Warehouse Workers for Justice (WWJ) est une campagne de UE. L’objectif est d’y défendre les travailleuses et les travailleurs des grands entrepôts des magasins au détail. Les magasins à grande surface et leurs réseaux de distribution de biens provenant de la Chine sont devenus l’un des grands piliers de l’économie américaine. WWJ avance trois grandes revendications : un salaire viable, des conditions de travail sécuritaires et le droit d’association.

La majorité des employés y travaillent dans des conditions précaires et sont engagés via des agences. Même s’il est presque impossible de les syndiquer, UE a réussi à faire modifier plusieurs lois et a gagné des augmentations de salaire, ainsi que le paiement de journées de maladie. Durant le congrès, UE a même lancé deux « attaques » contre l’entrepôt d’Amazon à Baltimore pour tenter de syndiquer l’entreprise.

Nous y étions !

UE est une organisation syndicale qui allie détermination et créativité pour aider les travailleurs précaires et difficilement « syndicables » à défendre leurs droits. Elle déploie des moyens pour rejoindre ces personnes qui pourraient inspirer nos propres pratiques. Aussi, elle participe activement à la campagne Fight for fifteen pour l’augmentation du salaire minimum à 15 $.

Le congrès a également abordé des thèmes que l’on retrouve au sein de nos propres luttes : attaques aux services publics et aux régimes de retraite, démantèlement du système d’éducation publique, discrimination basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, etc.

Le mélange de formation, de débats et d’actions a fait de notre participation au congrès de UE une expérience très motivante. Les liens avec cette organisation combative perdureront !

http://www.ueunion.org/

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...